De Ana Puerto / Motosan.es

Álvaro Bautista (Talavera de la Reina, le 21 novembre 1984) est aujourd’hui le leader du Championnat du monde Superbike avec 300 points, soit 41 de plus que le quadruple champion Jonathan Rea. Il a remporté 13 courses sur les 16 disputées sur 6 circuits différents à travers le monde. Le dernier rendez-vous a eu lieu à domicile, sur le Circuito de Jerez – Ángel Nieto.

Avant l’arrivée d’Álvaro en Superbike, ce potentiel n’était pas attendu, bien que son histoire d’amour avec la Panigale V4R soit un grand succès. De plus, s’il termine champion cette année, il sera le deuxième pilote espagnol à gagner en SBK et ajoutera sa deuxième couronne à sa liste de succès après avoir remporté le titre mondial 125cc en 2006. Il n’a toujours pas d’adversaire qui lui donne la réplique, mais cela ne veut pas dire que Bautista aura la vie facile s’il veut atteindre son but.


Que pensez-vous des rumeurs sur la réduction des homologations en Superbike ? Et sur l’extension du calendrier ?
Álvaro Bautista : « Honnêtement, je n’ai aucune idée sur l’homologation et je pense que ce n’est pas mon problème, mais celui des usines . Et bien, elles font ce qu’elles ont à faire. Les motos qu’elles décideront de fabriquer ou non, au final pour les pilotes, ce sera pareil car nous aurons tous les mêmes options. Pour ce qui est de faire plus de courses, oui, j’aimerais bien. Venant du MotoGP, nous avons eu un mois d’arrêt en Superbike et je m’ennuie. Je préfère plus de week-ends de courses ».

Vous n’avez pas goûté à la victoire depuis 2009 et soudain, cette année, vous avez gagné plus de dix courses: que pensez-vous de votre première victoire en SBK ? Ça a l’air facile, n’est-ce pas ?
« Ce n’est pas facile. C’est un championnat du monde, et avec les meilleurs. Ce n’est pas facile du tout. Cela peut sembler être le cas, vu de loin, mais c’est très difficile. Ce qui se passe, c’est que nous avons eu la chance de bien nous entendre avec l’équipe, et que nous avons pu tirer le meilleur parti de ce que nous avions. J’en suis donc heureux. Puis le fait que je n’ai pas gagné en dix ans, eh bien, en Australie, c’était vraiment spécial. Surtout parce que quand vous gagnez, je ne sais pas ce qui se passe, mais quelque chose change dans votre esprit. . Cela vous rend plus sûr de vous, plus calme, plus confiant… Vous n’aurez ce sentiment que si vous gagnez. Même si vous le savez et le travaillez,  vous ne l’obtenez pas jusqu’à ce que vous gagniez. La vérité est que je suis heureux parce que je l’ai ressenti à nouveau ».

Préférez-vous gagner avec un écart ou vous battre en groupe ?
« En tant que pilote, je préfère gagner avec un écart, mais c’est difficile. Je pense que sur le plan psychologique, il est plus difficile de gagner avec un écart que de gagner en combattant. Parce que quand tu te bats, tu ne penses pas. Tu es juste là et tu agis. Lorsque vous partez seul, vous commencez à penser aux tours suivants, à ne faire aucune erreur, à contrôler l’écart… Psychologiquement, c’est plus difficile de s’échapper ».

Quelles ont été vos premières impressions lorsque vous êtes arrivé en Superbike après avoir quitté le MotoGP: les motos sont-elles très différentes les unes des autres ?
« Je me souviens que la première fois, c’était à Jerez et j’ai dit : ” Ici, il y a quelque chose de cassé, la moto ne marche pas et elle bouge beaucoup “. J’ai tout dit. Au début, ça ne l’a pas fait. Étant des motos de route, elles ont moins de puissance, elles sont plus flexibles, elles bougent plus, les pneus sont plus souples… Donc bien sûr, c’est un moto plus lourde et c’était différent. Mais en roulant, on s’y adapte. Elles sont très différentes ».

La Panigale fait beaucoup parler, mais Chaz Davies dit que la différence, c’est vous et non la moto : Qu’en pensez-vous ?
« Je pense qu’à la fin, il faut avoir une bonne moto, parce que si on n’en a pas, on ne peut pas se battre pour gagner. Ensuite, il faut compléter cette bonne moto avec un bon pilote et une bonne équipe technique. Je pense que ça doit être un ensemble. La Ducati est une moto qui a beaucoup de potentiel, mais il faut quand même y travailler et en tirer le meilleur parti. Chaz est un coureur très rapide qui a été vice-champion du monde ces trois dernières années, et qui a été le seul à tenir tête à Jonathan. Mais bien sûr, il a pris cette moto qui est différente de celle qu’il pilotait et ça lui coûte cher. Je pense que c’est un tout ».

La victoire de Danilo Petrucci au Mugello a déclenché les sonnettes d’alarme. En termes de renouvellement, cela augmente-t-il vos chances de revenir en MotoGP sur une moto officielle ? Ou vous concentrerez-vous sur le SBK les prochaines années ?
« Honnêtement, si je retourne en MotoGP, c’est pour obtenir une moto officielle. Cela ne signifie pas que vous devez faire partie d’une équipe officielle, car vous pouvez faire partie d’équipes satellites avec le matériel et le contrat officiel. Le fait que Petrucci ait gagné, au final, je ne veux pas que la performance d’un autre coureur m’impacte ou pas. Je ne veux pas qu’il fasse mal, je veux que tout le monde fasse de son mieux et que tous ceux qui décident le fassent. En ce moment, chez Ducati, ils voient ce qu’ils font là-bas, mais aussi ce que nous faisons ici, ils savent comment je travaille et ils me connaissent. En fin de compte, ils doivent décider de la meilleure option pour chaque chose. Chaz n’est pas là pour le moment, mais Ducati veut aussi gagner en Superbike. Petrucci fait une année qui n’est pas facile, parce que vous pouvez clairement voir qu’il est deuxième dans l’équipe, et l’autre jour il a montré qu’il était fort. Je pense honnêtement qu’il est un candidat de plus pour le championnat. Je ne sais pas ce qui finalement va se passer ou ce qui ne va pas se passer ».

Profitez-vous autant que durant l’année où vous avez gagné votre Championnat du Monde 125cc ?
« Oui, et plus encore. Parce que j’ai plus d’expérience et que j’ai eu de bons et de mauvais moments dans ma carrière sportive. Peut-être que maintenant, j’apprécie encore plus ces bons moments qu’en 2006 ».

Votre arrivée au SBK a fait beaucoup de bruit dans le championnat : Diriez-vous que l’audience de ce championnat du monde a augmenté ?
« Je ne suivais pas beaucoup le Superbike, donc je ne savais pas combien de personnes le suivaient. Ce qui est clair, c’est que les informations du SBK  ne sont pas beaucoup vues en Espagne. Je ne sais pas si c’est parce que c’est depuis que je suis ici que je le remarque plus, mais maintenant presque chaque semaine, il y a des nouvelles, je vois qu’il y a toujours du mouvement. Je pense que nous le faisons croître davantage en Espagne. Je suis désolé, car en Italie, il y a un attrait incroyable pour le Superbike. En Hollande, il a neigé et il faisait très froid, mais les tribunes étaient pleines. S’ils m’avaient dit que c’était du MotoGP, je l’aurais cru. Les gens nous attendaient pour courir pendant qu’il neigeait. Ici en Espagne, je pense que, par tradition, ce championnat n’est pas beaucoup suivi, c’est pourquoi il n’y a pas eu beaucoup de pilotes espagnols et que nous avions Carlos Checa comme champion du monde. Ce championnat du monde n’est pas terminé ici, voyons voir si avec mon arrivée les pilotes seront un peu motivés, et de cette façon, ils seront encouragés à courir ici et nous ferons grandir ce championnat ».

Comment voyez-vous le championnat MotoGP de l’extérieur ?
« Je vois les choses à peu près de la même façon. Surtout Márquez et Ducati. Cette année, je la vois très compétitive. Les Yamaha sont toujours sur la pente descendante qu’elles suivent depuis quelques années, mais je pense que ça se joue entre quatre : Márquez, les Ducati et Rins, qui m’a surpris avec sa façon de tirer le meilleur parti de la Suzuki ».

Est-ce que la Honda est bien meilleure que le reste des motos ou est-ce grâce à Marquez ?
« Pour moi, la moto est bonne parce qu’elle s’est améliorée surtout en termes de puissance et qu’elle est bien meilleure que les autres années. Mais c’est la même chose qu’en SBK, Marc fait un peu la différence. Pour les autres pilotes Honda, c’est un peu plus difficile. La moto est bonne, mais Marc donne ce petit extra ».

Selon vous, quel sera le résultat final en MotoGP ?
« C’est difficile, mais je pense que Marc gagnera encore. Je pense que Rins sera vice-champion et Petrucci troisième ».

Pensez-vous que si vous aviez une moto MotoGP officielle, vous vous seriez battu pour le championnat comme vous l’avez fait au SBK ?
« Je n’en sais rien. La seule fois où j’ai eu une moto officielle, c’était en Australie et cela a été un week-end difficile car j’ai subi trois chutes, mais nous nous sommes battus pour le podium. C’est tout ce que je peux dire. D’un autre côté, j’espère avoir une chance de le découvrir ».

Lire l’article original sur Motosan.es

Ana Puerto

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams :