Comment passe-t-on d’un geste d’humeur furtif mais bien explicite, tel le coup de pied de Miguel Oliveira revenu dans son box après un incident de course avec Pol Espargaró, au communiqué de presse suivant, publié quelques heures plus tard ?

Miguel Oliveira : « C’est un résultat difficile. C’est sûr que nous avons fait preuve de beaucoup de vitesse aujourd’hui et je pense que nous aurions pu obtenir un très bon résultat pour l’équipe. Malheureusement, Pol avait du mal à arrêter la moto et j’ai vu qu’il allait trop loin dans quelques virages, alors dans le quatrième virage, j’ai vu qu’il allait très, très loin, donc j’ai plongé à l’intérieur. Normalement, quand un coureur élargit, on essaie d’en profiter, mais quoi qu’il en soit il est revenu très vite et nous sommes entrés en collision tous les deux. Je ne vois pas comment j’aurais pu éviter la collision. C’est juste dommage pour ce non résultat, mais nous avons une autre chance la semaine prochaine, donc nous commençons à nous concentrer sur cela. »

La réponse à notre question est le temps, bien sûr, qui a permis au jeune pilote portugais de redescendre en pression, ainsi que le logique travail égalisateur de son service communication, en l’occurrence celui du team Red Bull KTM Tech3.

Remontons donc un peu dans le temps, jusqu’à son débriefing avec les journalistes via un logiciel de visioconférence, où les propos sont quelque peu plus affirmés…

Miguel Oliveira : « Nous faisions une très bonne course, même si c’était encore un peu mieux durant la première partie. La chute était très simple : Pol a élargi à plusieurs reprises. Au virage quatre, j’étais proche de lui et cette fois il est parti très très au large. En tant que pilote, si je vois un espace, en particulier un grand, j’y plonge pour doubler. Apparemment, quand il est revenu sur la bonne trajectoire, il ne m’a pas vu et nous avons chuté. »

Le numéro 88 explique ainsi son coup de pied montré par la caméra : « j’étais très frustré par cette situation globale. C’est la deuxième fois que je chute à cause d’une KTM, et même la troisième si on compte celle de l’année dernière avec Zarco. À coup sûr, quand cette situation se répète, c’est frustrant ! Il n’y a pas vraiment de raison. Nous savons qu’il s’agit d’un fait de course, on peut se poser la question de savoir si le pilote a vu ou pas vu, mais il semble que la tendance pour Pol est de ne pas regarder à l’intérieur. Nous avons vu l’incident à Brno avec Johann. Pour être honnête, durant toute ma carrière, on m’a appris qu’un gars qui voyait de la place à l’intérieur (d’un autre pilote) devait y plonger. C’est la course ! C’est la règle basique de la compétition ! Si quelqu’un élargit, vous plongez à l’intérieur ! Il y a certains moments où on peut se poser la question : peut-être oui, peut-être non, mais au moins ce qui me concerne, quand j’élargis et que je reviens sur la trajectoire, je fais toujours attention de savoir si quelqu’un est à l’intérieur, car évidemment les trajectoires se croiseraient. C’est physique et il ne faut pas être très intelligent pour comprendre cela ! Je pense dans le cas présent, Pol n’a pas regardé et l’incident est survenu. Je pense que chaque pilote doit avoir à l’esprit ce qu’il aurait pu faire différemment. Si j’étais Pol, avec déjà deux incidents de même nature, je commencerais à me demander si mon approche de la course en général est correcte. Car en ce moment, il semble qu’on puisse se poser la question. »
« Mais je ne suis pas là pour le blâmer : nous avons parlé après la course. Il a dit qu’il ne n’avait pas vu, j’ai répondu que je ne l’avais pas vu non plus mais que j’étais à l’intérieur, ce qui était normal pour moi. »
« C’est dommage et c’est frustrant d’arriver dans le box en sachant que vous pouviez vous battre pour le top cinq et même pour le podium, et que vous ne le faites pas car vous chutez à cause d’un pilote KTM. Comme vous pouvez comprendre, c’est très frustrant pour moi. »

Mais il faut remonter encore plus en arrière, au moment où Canal+ interroge les pilotes après l’arrivée, pour prendre connaissance des véritables pensées à chaud de Miguel Oliveira…

« Je ne veux pas attaquer quelqu’un ou Pol, mais je pense qu’il se laisse submerger par ses émotions et peut-être qu’il ne réfléchit pas beaucoup. Malheureusement, chacun ne naît pas avec la même intelligence. Il est parfois difficile d’avoir cela et de penser durant la course, et quand vous êtes sur la moto, vous êtes en compétition et vous avez beaucoup l’adrénaline, mais en même temps vous devez gérer vos pensées. Ce n’est pas quelque chose qui est donné à tout le monde. »

Là, au moins, c’est clair…

Classement du Grand Prix d’Autriche MotoGP au Red Bull Ring :

Crédit photo et classement : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3