Le team manager du HRC de 52 ans Aberto Puig n’est pas du genre poète. Il ne fait pas plus dans l’empathie que dans l’indulgence. Si bien que lorsqu’il formule un compliment, c’est une sorte de mot compte triple au scrabble composé des lettres à la valeur maximum. Un moment appréciable et que l’on apprécie d’autant plus qu’il s’adresse à Fabio Quartararo.

Décidément, dans ce Grand Prix d’Espagne, le jeune Français ne se sera attiré que des éloges. Dans le clan Yamaha déjà, mais aussi au-delà. Jusqu’à chez Honda, avec Alberto Puig, qui n’est pas du genre à s’enflammer pour un rien. Dans son bilan sur le dernier rendez-vous du MotoGP avec Jerez, il commente en effet : « il est clair qu’avec Fabio Quartararo nous voyons qu’une nouvelle génération réduit l’écart avec les meilleurs. C’est ce que nous avons vu à Jerez » a déclaré Puig. « Le niveau du championnat est élevé. Nous devons faire attention et essayer d’obtenir le score maximum chaque week-end car tout est très serré pour le moment » a averti l’Espagnol.

Cela étant dit, il a dans son box un phénomène qui est revenu d’Espagne avec la victoire : « nous savions que Jerez était une piste sur laquelle nous devions travailler sereinement et pas à pas. Marc est resté calme » ​​a déclaré Alberto Puig, responsable de l’équipe Repsol Honda. Ce n’est pas un circuit où vous pouvez partir en un tour. Vous devez le faire petit à petit, comme l’a montré Marc. Dixième après dixième, augmentant lentement la distance » a expliqué Puig pour la stratégie de course que son pilote a parfaitement mise en œuvre. « Il a attendu jusqu’à ce qu’il se sente à l’aise et, une fois que les pneus se sont usés, il a pu garder le rythme, mais les autres pilotes ne l’ont pas fait ».

Et parmi ces pilotes en échec, il y a celui qui campe de l’autre côté de son box : Jorge Lorenzo : « malheureusement, Jorge ne se sent toujours pas à l’aise sur la moto, nous attendons qu’il trouve ce dont il a besoin pour y arriver rapidement. Sa stratégie était de bien commencer et de rattraper les pilotes, mais il n’a pas réussi et n’a pas été satisfait de son résultat » a résumé Puig.

Le team manager de Repsol Honda était donc déchiré après le Grand Prix d’Espagne : « ce qui est positif, c’est que Marc et Honda sont à nouveau en tête des championnats pilotes et constructeurs. Marc se sent à l’aise sur la RC213V. Du côté négatif, Jorge n’est pas dans la position dans laquelle nous aimerions le voir » a-t-il admis.



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team