Après avoir remporté le Championnat du Monde Moto3 en 2014, Álex Márquez a disputé cinq saisons consécutives en moto2 de 2015 à 2019. Certains pilotes ne sont restés qu’une seule saison en Moto2, comme Maverick Viñales ou Fabio Quartararo, avant de passer en MotoGP. Pour Álex, cela a pris nettement plus de temps.

« J’ai passé un mauvais moment en 2015 et 2016. Je n’étais pas à la hauteur. Mais ces deux années m’ont aidé à apprendre à ne pas remarquer ce que les gens disent ou écrivent. Quand vous avez des difficultés et que vous êtes dans la m… en parlant clairement, parce que c’est le cas, c’est là que vous voyez ce que vous voulez faire et ce que vous ne voulez pas faire » a déclaré le frère cadet de Marc Márquez à Alex Lopez-Rey dans un Red Bull podcast.

« Les gens à côté de vous veulent le meilleur pour vous et il y en a d’autres qui ne sont là que parce que vous gagnez. Vous apprenez ces choses. Mais pendant ces deux années, j’ai appris à gérer tous les commentaires ou tout ce qui peut vous affecter plus tard au niveau des résultats. »

« Je n’obtenais pas les résultats que j’attendais. Je venais de devenir Champion du Monde Moto3 et je n’étais pas à la hauteur. Mais comme nous l’avons déjà dit, vous ne savez pas vraiment tout : il y a eu des problèmes avec l’arrière, avec les suspensions, etc. A partir de 2016, Öhlins a changé ce qui existait à l’époque. Mais pendant ces deux années (2015 et 2016), à cause de l’ensemble dont je disposais, je ne savais pas comment m’adapter et j’ai passé un très mauvais moment. »

« Je n’ai pas été à la hauteur à cause de la façon dont je suis arrivé dans la catégorie. Mais je suis sûr que ce sont ces deux années qui m’ont permis de gagner en 2019, car mentalement, ce sont les deux années pendant lesquelles j’ai le plus appris en Championnat du monde. »

Souvenirs du premier jour où il a conduit une moto :

« Je ne sais pas pourquoi j’ai eu un flash dès le premier jour où j’ai conduit une moto. Je me souviens que j’ai toujours dit que je voulais être le mécanicien de Marc, que je ne voulais pas être un pilote. Mes parents m’ont aidé. Peu importe ce que vous aimez, parce que vous êtes leur enfant. Mes parents collaboraient avec le Moto Club de Segre et à Bellpuig, ils faisaient toujours des courses et, quand ils terminaient, l’après-midi, nous, les enfants, roulions un peu. Je ne sais pas pourquoi j’ai eu un flash ce jour-là. C’était quelque chose que j’attendais avec impatience. »

Le moment où il a réalisé qu’il pouvait devenir un pilote professionnel :

« Quand vous réalisez que vous pouvez le faire, c’est quand vous entrez dans le Championnat du Monde, où tout est déjà plus sérieux. Nous avons beaucoup de chance d’avoir un Championnat d’Espagne très fort, avec beaucoup de niveau, et les équipes qui sont plus professionnelles vous font arriver en Championnat du Monde beaucoup mieux préparé. Dans le CEV, on commence déjà à rêver de pouvoir se consacrer à sa passion, mais quand on arrive en Championnat du Monde, c’est quand on s’y consacre entièrement 24 heures sur 24, et que les choses deviennent sérieuses. »

« C’est une chose d’y arriver, mais rester 15 ou 20 ans en Championnat du Monde est le plus difficile. Beaucoup de gens y arrivent, mais ce qui coûte le plus cher, c’est de pouvoir se maintenir et s’améliorer chaque année. C’est alors que vous réalisez que vous pouvez vous y consacrer et que vous pouvez poursuivre votre rêve, qui est d’être Champion du Monde. »

Lorsqu’on lui demande qui était son idole en moto quand il était enfant, Álex Márquez est clair :

« J’ai 24 ans et quand j’ai commencé à me mettre les idées en place, celui qui gagnait à l’époque en 125 cm3 et 250 cm3 était Dani Pedrosa. Durant ses premières années en MotoGP, il a toujours été d’un grand soutien et il est le seul pilote qui, encore aujourd’hui, quand je le vois, et je ne sais pas pourquoi, me respecte. »

« Dani a été le partenaire de Marc pendant de nombreuses années et nous avons passé de nombreuses heures ensemble. Mais aujourd’hui, nous nous rencontrons peut-être un jour pour faire du motocross ou autre, et il me respecte toujours. Je pense que Dani n’a pas eu la chance qu’il méritait, parce que je pense qu’un titre en MotoGP est plus valorisant qu’autre chose, et c’est cette référence qu’il a toujours considérée depuis son enfance. »

Álex a déclaré qu’il n’avait jamais dit à Dani lui-même combien il le respectait :

« J’ai honte de le lui dire directement, mais je ne l’ai jamais caché. Quand j’étais enfant, c’est moi qui le regardais. Pour moi, il était le meilleur pilote techniquement sur une moto, mais à cause de sa taille et de ses déficiences physiques, il ne pouvait pas exploiter tout ce qu’il avait dans une catégorie comme la MotoGP, qui est très exigeante et où la forme physique est très importante. »

Álex raconte également comment il a rencontré Dani en personne et quand il lui a parlé pour la première fois :

« J’ai fait une photo avec lui, je crois en 2004 ou 2005, quand il était en 250 cm3 à Montmeló. Il était sur un scooter avec Raul Jara. Je ne sais pas où se trouve cette photo, je crois que je l’ai perdue. Il y avait mon frère, lui et moi. La première fois que je lui ai parlé, c’était en 2013, lors d’un événement Repsol à Madrid. »

En 2020, Álex est pilote Repsol Honda et partenaire de Marc Márquez, une position que Pedrosa a occupée de 2006 à 2018 (de 2013 à 2018 en tant que partenaire de Marc) :

« Le plus fort de tout, c’est que maintenant je suis à la place de mon idole. C’est quelque chose qui ne vous vient même pas à l’esprit quand vous êtes enfant, mais quand vous êtes là, vous vous dites : “Wow, il y a deux jours, j’étais là-bas, et maintenant je suis là où il était”. C’est quelque chose qui donne du respect, vraiment. »

« Dani a une super classe. Il n’a pas gagné le Championnat du monde MotoGP à cause de ce qu’il a vécu, et parce que dans la malchance, il nous bat tous. Chaque fois qu’il en a eu l’occasion, il lui est arrivé quelque chose. Mais en fin de compte, quand vous êtes au sommet, vous avez beaucoup de gens qui veulent le meilleur pour vous, mais Dani a conquis beaucoup de gens grâce à sa façon de transmettre les choses et à la simplicité qu’il avait. »

« Nous avons tellement de bons sportifs ici en Espagne, qui sont à un haut niveau, que gagner un Championnat du Monde est considéré comme “Eh bien… c’est quelqu’un”. Aujourd’hui, Marc a remporté huit Championnats du Monde et il semble que toutes les autres soient sans valeur, ce qui n’est pas le cas. Ça enlève de la valeur aux choses qui ont de la valeur. »

« Quand quelqu’un réussit bien, beaucoup de gens attendent qu’il baisse un peu la garde. Je ne dis pas cela pour Marc, je le dis en général. Le sport est comme ça; quand une équipe, un pilote ou un athlète gagne beaucoup de choses, beaucoup de gens attendent le moment où il faiblit un peu pour dire “Tu vois ? il est fini”. C’est comme ça. »

Photos © Repsol Media et Alex Marquez perso



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez, Dani Pedrosa

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team