Dans un monde où exister numériquement semble aussi important que de respirer quotidiennement, Dani Pedrosa est une anomalie.  La somme de ses interventions sur les réseaux sociaux le fait passer carrément pour un taiseux. Et pourtant, l’homme existe : un million de personnes le suivent sur Twitter et 1,2 millions de followers sont revendiqués sur son Instagram. Un style qu’il assume et qui lui donne raison. Il dit ne s’exprimer que lorsqu’il a quelque chose à dire. Justement, sur ce sujet, c’est le cas…

Déjà, lorsqu’il était un pilote titulaire jouant titres et victoires, il n’était pas très prolixe. Pour la petite phrase et la polémique Dani Pedrosa n’était pas un bon client. Sauf une fois, avec Marco Simoncelli, ce qu’il a toujours regretté après que la grande faucheuse l’ait pris plus tard… Une expérience qui ne l’a pas encouragé à faire plus derrière un clavier. Mais dans tous les cas, il n’est pas cet homme-là.

« Je sais que l’on doit être un peu plus actif aujourd’hui sur ce plan, mais il me semble que certaines personnes font des choses drôles, stupides ou du moins inhabituelles parce qu’elles sont sur les réseaux sociaux », analyse-t-il dans le podcast MotoGP “Last On The Brakes”.

“Je ne fais pas des choses que je ne ferai pas dans la vraie vie”

« C’est le seul moyen d’attirer l’attention », regrette le vainqueur de 54 Grands Prix. « Je ne suis pas le genre de gars qui fait des choses qu’il ne ferait jamais dans la vraie vie juste pour obtenir des likes ou de l’attention. Je ne fais pas quelque chose comme ça. Si j’ai quelque chose à dire, je parle, sinon, non ». Aussi limpide, on ne peut pas.

Mais Titanium a aussi conscience de son époque qui peut parfois passer à côté de l’essentiel. Ainsi, il se souvient que, parfois, bien qu’il ait gagné une course, il n’était pas le sujet principal : « parfois, vous êtes au milieu de cela et vous pensez :” Hé, j’ai gagné la course “, surtout si votre dernière victoire a eu lieu il y a un certain temps », dit-il. « Mais au fond de moi je me dis : ‘Tu peux parler de ce que tu veux, j’ai mon trophée !’ J’ai gagné pour mon équipe et l’équipe le sait aussi. Bien sûr, je veux que les gens apprécient la performance. Et lorsque cela se produit, je suis également très heureux. Sinon, cela ne m’affecte pas tellement, car je suis satisfait de ma performance », termine Pedrosa.



Tous les articles sur les Pilotes : Dani Pedrosa

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP