Gouverner, dit-on, c’est prévoir, et cette maxime s’applique d’autant plus lorsque l’on évolue dans un milieu où la compétition y est exacerbée. Pour battre l’adversaire, il faut être à l’affût de toutes les opportunités. En MotoGP, trouver la perle rare qui dominera le reste du peloton est un exercice bien connu mais qui relève aussi du pari. Si des facteurs existent pour éclaircir le choix, ils ne sont pas déterminants, et encore moins depuis l’avènement en 2019 de Fabio Quartararo. Un vrai casse-tête pour les teams managers. L’ancien Champion du Monde de WSBK Neil Hodgson compatit…

Trouver le pilote de la jeune génération qui fera la différence suffisamment tôt est un objectif que tous les teams managers poursuivent. Ces dernières années, c’est même devenu l’obsession. L’avènement de Marc Marquez a ainsi accéléré la tendance. Reste que pour ce dernier, les augures laissaient présager le phénomène qui ne demandait que le bon endroit pour s’épanouir. Deux titres de Champion du Monde étaient des indicateurs forts pour persuader du bon choix pour le MotoGP.

Mais depuis Fabio Quartararo, les choses se sont sérieusement compliquées. « Quartararo a tout bouleversé, ou du moins pour les pilotes plus âgés », a déclaré l’ex-Champion du Monde de Superbike millésime 2003 Neil Hodgson dans le podcast MotoGP “Last On The Brakes”. Aujourd’hui commentateur à BT Sports, il ajoute : « j’aime Fabio et je veux qu’il soit bon, mais je n’aurais jamais pensé qu’il réussirait ainsi. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il pouvait viser le top 10, et certainement pas le top 5 ou la totalité de ces pôles et les presque victoires dans je ne sais pas combien de courses », a déclaré le Britannique sur le Français de 21 ans aux six podiums, sept pole positions et de loin le meilleur débutant de la saison 2019.

« C’est pourquoi les gens regardent maintenant ce qui se passe autour et que les chefs d’équipe pensent ainsi : « est-ce que je continue de parier sur Dovi ou Cal ou sur tout autre pilote de plus de 25 ans, ils ont déjà eu assez de temps sur la piste… Ils doivent être déstabilisés » poursuit Hodgson. « Un pilote peut toujours se révéler avec une nouvelle équipe, une nouvelle moto, un nouveau chef d’équipe, etc.… et ils peuvent trouver plus de confiance dans les résultats, donc je suis sûr que certains chefs d’équipe, en voyant Quartararo faire de grandes choses se demandent : « qui est le prochain ? Est-ce Jorge Martin ? Qui est le prochain jeune homme ? ».

Qui sera le prochain ? Ducati parie sur Jorge Martin

« Quand je dis que Quartararo a rendu la tâche difficile à tous les autres pilotes MotoGP, je le dis parce qu’il n’était pas superbe en Moto3 et il ne l’était pas non plus en Moto2 … Nous avons vu son talent quand il a gagné à Barcelone et à un autre Grand Prix, avant son déclassement. Mais sinon, ce ne sont que des septième, huitième, douzième, cinquième et troisième places », a rappelé Hodgson lors des années en catégories intermédiaires du Français. « En tant que chef d’équipe, vous y pensez quand vous voyez tous les Baldassarri, Bastianini, Navarro ou un Remy Gardner ».

On rappellera que Danilo Petrucci âgé de 29 ans perdra sa place dans l’équipe d’usine Ducati au profit de Jack Miller, 25 ans, en 2021 avant même le début de la première course MotoGP de la saison 2020. Fabio Quartararo (21 ans) et Maverick Viñales, 25 ans, seront les fers de lance du team usine Yamaha en 2021 et 2022.  Pendant ce temps, Andrea Dovizioso et Cal Crutchlow, plus que trentenaires, doivent déterminer leur avenir, sans parler d’un certain Valentino Rossi qui va sur ses 42 ans…Quant à Jorge Martin, il aurait déjà sa place assurée chez Pramac Ducati.



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team