Alberto Puig fait le point sur le dernier rendez-vous honoré par ses troupes Repsol Honda à Assen. Une échéance qui succédait, à une semaine près, à l’euphorie de la victoire de Marc Marquez sur le Sachsenring. Cependant, personne ne doutait dans ses rangs que ce Grand Prix des Pays-Bas serait une autre histoire. Et elle l’a été. Elle aurait même pu être dramatique après cette violente chute aux essais de Marc Marquez qui a secoué le pilote convalescent non seulement physiquement, mais aussi mentalement. Car la RC213V venait de le trahir, en lui imposant une figure qui a beaucoup rappelé son accident à Jerez en 2020, et dont il paie encore les conséquences…

Le Directeur de l’équipe Repsol Honda exsudait le bonheur au terme du Grand Prix d’Allemagne mais une semaine après, aux Pays-Bas, il était en proie à des sueurs froides en voyant son pilote Marc Marquez tentant de reprendre ses esprits dans le bac à gravier du tracé d’Assen, après avoir été catapulté dans les airs par sa Honda. Une posture et un déroulé de l’accident qui rappelaient beaucoup ce qui avait été vécu en juillet 2020 du côté de Jerez. Avec les terribles conséquences, encore mesurables, que l’on sait…

Le parallèle a même été fait par Marc Marquez lui-même qui, cette fois, appuyait où ça faisait mal : l’électronique de la Honda. Une mise en cause qui sous-entendait la mise en danger. La tension venait de monter d’un cran. Cela étant dit, lors des heures suivantes, le même Marc Marquez l’a faite baisser en signalant la réaction technique de son employeur et en livrant une prestation digne de sa réputation qu’Alberto Puig rappelle ainsi : « il a gagné près de dix positions en un seul tour. C’était le Marc qu’on connaît » insiste l’Espagnol sur son compatriote de 28 ans qui, avec sa septième place sous le drapeau à damier, pouvait revendiquer une remontée faite depuis la 20e position sur la grille de départ.

L’octuple Champion du Monde avait déclaré que sa machine avait le potentiel pour un podium. Puig confirme : « la chute a rendu le week-end encore plus compliqué. Sans elle, Marc aurait pu se battre pour le podium. Mais il a perdu confiance dans l’accident. Tout le monde a essayé de résoudre le problème. Mais cela ne suffit pas » dit-il.

Le même Puig rappelle cependant qu’Assen était de toute façon attendu comme une autre histoire que le Sachsenring : « le Sachsenring est une piste qui convient très bien à la Honda et aussi à Marc Marquez. Marc a eu sa chance là-bas et il l’a prise à deux mains. Dans le passé, cependant, Assen n’a jamais été une piste facile et cela a été beaucoup plus difficile pour tous les pilotes Honda. Nous savions que ça n’allait pas être facile avant d’y arriver ».

Puig reconnait qu’il attendait plus de Pol Espargaró

Ce qui nous amène à parler des autres pilotes en RC213V. Alex Marquez a été anonyme, Nakagami a fait illusion, mais c’est sur son pilote Pol Espargaró, qui a terminé 10e, 18 secondes derrière son équipier, que s’attarde Alberto Puig : « nous nous attendions à ce qu’il fasse une bonne course. Nous avions vraiment de grands espoirs, mais lui aussi avait des problèmes à affronter ».

Assen a montré que tous les problèmes n’avaient pas été résolus chez Honda. Il reste encore beaucoup de travail à faire à l’usine. Puig et son équipe veulent profiter au mieux de la trêve estivale et soulignent : « ce n’était pas facile. Maintenant, une partie de notre équipe retournera au Japon et se reposera d’abord. Il n’est pas facile pour nos employés japonais de passer tout leur temps en Europe. Nous avons collecté beaucoup de données lors de toutes ces courses et nous savons que nous avons nos points faibles. Au Japon, ils les étudieront, travailleront dur et reviendront avec des idées prometteuses ». Et puis Marc Marquez sera reposé et aura aussi progressé de sa remise en forme.

Puig

MotoGP Assen J3 : classement

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team