Valentino Rossi avait annoncé qu’il se déterminerait sur la suite de sa carrière après les neuf premières courses de la saison. Et nous y voilà. Ce week-end, c’est le Grand Prix des Pays-Bas qui tiendra l’actualité d’un MotoGP qui entrera ensuite dans sa trêve estivale. Une période qui déterminera les derniers détails de la prochaine saison 2022. Qui devrait être la première sans Valentino Rossi sur la grille de départ depuis 1996, et voici pourquoi…

On l’appelle la cathédrale d’Assen en souvenir d’une splendeur passée que les contingences de la modernité ont transformé en église. Mais c’est la chapelle de tous les passionnés, et ce Grand Prix des Pays-Bas, qu’une crise sanitaire nous a privé l’an passé revient au calendrier. Après la 14e place du Grand Prix d’Allemagne, disputé dimanche dernier sur le Sachsenring, Valentino Rossi est prêt à se remettre en selle pour cette échéance symbolique.

Le « Doctor » adore la piste d’Assen, où il a remporté huit victoires, dix podiums, cinq pole positions et sept meilleurs tours dans la catégorie reine. Voici comment le pilote Petronas Yamaha aborde le sujet batave : « nous devons comprendre ce qui s’est passé en Allemagne et travailler dur pour apporter quelques améliorations avant de reprendre la piste ce week-end. Assen est toujours une belle piste et j’aime beaucoup le tracé, c’est très fluide. C’est un endroit que j’aime beaucoup et on ressent toujours un grand frisson au guidon. Il faut rester positif, se concentrer sur le dernier round avant la trêve estivale et obtenir un bon résultat à Assen ».

Rossi : David Munoz sera aux côtés de Luca Marini en 2022

Une échéance durant laquelle il devra faire face à l’interrogation redondante sur son avenir. Ce qui commence à l’agacer, car il veut maîtriser ce moment… Où il annoncera sa retraite. Une issue attendue par tout le paddock, et non seulement sur la base des résultats insuffisants de Vale. D’autres indices amènent à cette conclusion, dont celui avancé par Max Temporali, ancien pilote et aujourd’hui commentateur technique Superbike sur Sky Sport.

Sur son réseau social, il révèle en effet que son actuel chef-mécanicien David Munoz sera aux côtés de Luca Marini et sa Ducati dernier cri en 2022, dans le nouveau et huppé team Aramco VR46. Une structure à 20 millions d’euros dit-il, ce qui est inédit dans l‘écosystème du MotoGP. Ce qui ne manquera pas de faire bouger les lignes politiques et économiques. Mais ceci est une autre histoire…

En attendant, voici l’avis de Jorge Lorenzo, formulé après le Grand Prix d’Allemagne : « il y a beaucoup de gens qui parlent de l’avenir de Valentino. Le patron de l’équipe Petronas, Razlan Razali, a déclaré qu’ils ne comptaient pas sur lui pour 2022 et Ducati a confirmé l’équipe VR46 pour la même année. Le favori pour le poste, pour la deuxième moto de sa structure est Bezzecchi et lui-même ne se voit pas sur une Ducati pour l’année prochaine. Il est difficile de prévoir ce qui va se passer, seul Valentino Rossi le sait. Avec la pause qui vient après la course d’Assen, il pourra très bien réfléchir à son avenir, mais honnêtement, le sentiment que cela me donne, et si je devais parier quelque chose, je dirais que Valentino est très susceptible de prendre sa retraite cette saison. J’adorerais la voir comme la dernière tentative sur cette Ducati, une moto qui lui donnerait un coup de pouce, qui sait si elle pourrait lui procurer de meilleures sensations que la Yamaha”.



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team