Il faut le rappeler : avec nos deux Français Quartararo et Zarco en tête du championnat du monde MotoGP, la moto française vit un moment historique. Une visibilité jamais atteinte qu’une Fédération se doit de mettre en exergue pour développer l’intérêt ainsi provoqué pour le sport qu’elle représente. Et c’est le cas, tandis que les deux champions réagissent logiquement selon leur génération. Ainsi, à maintenant 31 ans depuis le 16 juillet dernier, Zarco a cerné les enjeux tandis que si Quartararo n’est pas insensible au sujet, il se concentre, avec neuf ans de moins, à bâtir sa carrière en ce moment clé aussi pour lui.

La moto en France a un succès d’estime mais elle est loin d’être aussi considérée qu’en Italie ou en Espagne. Et pour cause, notre verte contrée n’a pas de grands champions pour jouer les effigies. Une réalité qui n’est plus celle d’aujourd’hui avec cette saison en MotoGP qui présente son classement général provisoire avec deux tricolores aux deux premières places. Une exception dans l’histoire sur laquelle il faut capitaliser. Car rien ne dit que ça va durer…

Une opportunité pour capter une génération et y susciter des vocations que Johann Zarco a comprise. L’idée de l’académie à la Rossi fait ainsi son chemin, sachant que le concept a fait ses preuves : le coéquipier actuel de Vale chez Petronas Yamaha n’est autre que l’ancien élève Franco Morbidelli et le pilote d’usine Ducati Francesco Bagnaia sort du même moule, sans oublier le demi-frère de Rossi, Luca Marini, qui fait sa saison de rookie chez Esponsorama Racing.

Pourrait-il y avoir quelque chose de similaire à l’académie VR46 en France à l’avenir ? “L’idée d’une académie est bien sûr sympa“, confie Zarco sur Motorsport-total. “Deux français au top, ça peut vouloir dire que les gosses en France se mettent à rêver.” Le pilote Pramac Ducati regarde vers l’avenir : “nous devrions utiliser ce rêve, mais nous devons le garder vivant pendant plus d’un an. Ensuite, nous pourrons penser à fonder une sorte d’académie pour créer une bonne base pour la prochaine génération.”

Zarco

Zarco veut garder le rêve vivant pour les enfants

Quartararo, en revanche, qui a neuf ans de moins que Zarco, avoue franchement qu’il n’a pas encore trop réfléchi à la création d’une académie : « en ce moment, j’ai assez à faire avec moi-même. Quand je suis chez moi, j’ai envie de déconnecter et de ne plus voir de moto ou de combinaison en cuir. ”

Mais Zarco note que la Fédération française de Moto l’avait déjà approché avec l’idée d’une académie. “La Fédération veut saisir l’opportunité. Si nous sommes tous les deux si forts cette année, le sujet peut être oublié dans un an, deux ou trois ans“, craint Zarco. Le double Champion du Monde de Moto2 le sait : “ce ne sera pas le cas si Fabio et moi nous nous occupons d’une académie tout de suite. Mais nous sommes tous les deux assez occupés en ce moment.” L’idée d’une académie moto en France n’est donc pas mise de côté.

Même Valentino n’a pas commencé tout de suite, mais a construit le tout petit à petit“, rappelle Zarco au sujet de la VR46 Academy en Italie et il ajoute : “c’est comme ça que nous devons le faire en France aussi. Mais surtout, nous devons faire ça une première fois pour garder le rêve vivant pour les enfants. ». Si Quartararo ou Zarco étaient champions du monde MotoGP à la fin de l’année, le sujet d’une académie en France devrait prendre de l’ampleur et l’idée perdurer avec le titre.

Zarco Quartararo



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3, Pramac Racing