Par ses résultats, qui font de lui aujourd’hui le second de Marc Marquez chez Honda, Cal Crutchlow n’a jamais semblé être en danger au HRC. Une légitimité qui l’autorisait à parler comme il l’entendait. Mais peut-être a-t-il dit quelques mots de trop fin 2019 en faisant allusion à une possible retraite. Car depuis que Pol Espargaró se rapproche inexorablement du box Repsol Honda, ce sont ses discours qui reviennent en mémoire, et ils ont agacé beaucoup de monde. Ceci ajouté à son âge et à la nécessité de trouver un refuge à Alex Marquez qui devra quitter sa place sans avoir combattu font que le Brexit s’annonce possible avec un Crutchlow sur le carreau. Que va en penser Dorna ?

Du point de vue des seuls résultats, Cal Crutchlow est celui qui a sans doute le moindre à craindre pour son avenir chez Honda. Mais les performances ne sont qu’une partie de l’équation qui prend aussi en compte le politiquement correct et l’état civil. Or, sur ces deux derniers points, l’Anglais ne rentre pas dans le moule.

La tendance actuelle veut que Takaaki Nakagami ne soit pas trahi par ses compatriotes qui n’ont pas intérêt à décevoir leur champion Marc Marquez en refusant un plan B à son frère Alex. Déjà qu’il doit faire place nette à Pol Espargaró sans avoir pu faire une course sur la RC213V…

Certes, mais le promoteur Dorna est soucieux de présenter une grille de départ avec plusieurs nationalités. Se retrouver sans sujet de sa Gracieuse Majesté n’est donc pas une bonne nouvelle. Et ce n’est pas Bradley Smith en intérim qui donnera le change. Justement, Aprilia pourrait être une opportunité pour un Crutchlow titré en WSS, formé en WSBK, et ancien à la fois de Yamaha, Ducati, et donc, peut-être demain, de Honda. Enfin, ça , c’est seulement si Andrea Iannone perd son procès pour dopage en appel… Sinon, ce sera la fin de carrière en Grand Prix pour la « grande gueule » …



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda