Descendu de la troisième marche du podium du Grand Prix d’Andalousie, Valentino Rossi aborde le Grand Prix de la République tchèque avec la possibilité de renouveler l’opération pour la 200ème fois de sa carrière en catégorie reine. Cependant, ce ne sera pas simple, car le voilà classé dernier du clan Yamaha, à la dixième place sur la grille de départ. Devant lui, il y a Viñales, cinquième, et, surtout les deux pilotes Petronas deuxième et troisième. Mais comment cette équipe satellite peut-elle se retrouver ainsi devant le team officiel ? Le Doctor donne son diagnostic, qui pourrait bien agacer Viñales…

A Jerez 2, Lin Jarvis voulait monter sur le podium pour fêter un triplé Yamaha. Mais Razlan Razali lui a rappelé que le vainqueur avait les couleurs Petronas… La saine émulation entre les deux équipes se poursuit ce week-end à Brno. Et le même Lin Jarvis doit manger son chapeau en regardant la physionomie de la grille de départ. Une fois de plus, les couleurs malaisiennes sont devant les siennes…

Pour autant, la structure Petronas est-elle plus compétente que celle de l’usine ? Valentino Rossi répond clairement : « à mon avis, la différence aujourd’hui a été faite par les pilotes. Je ne pense pas que l’équipe Petronas soit meilleure que l’équipe officielle. Je pense que Morbidelli et Quartararo ont mieux piloté. J’ai beaucoup parlé avec Yamaha de ma décision de continuer l’année prochaine. Ils sont contents. J’ai également parlé avec les Japonais et leur soutien à l’équipe est vrai. La moto est bonne et, en tout cas, l’équipe est de première classe ».

« Ils ont très bien fait. Ils ont une bonne équipe, ils sont bien organisés et ils ont aussi un sponsor avec beaucoup d’argent, ce qui est également très important. Quant à Yamaha, ils apportent un grand soutien à leur équipe satellite, au niveau des ingénieurs japonais et des personnes qui travaillent sur les motos. Ils sont en arrière-plan ». Et il termine, taquin : « vu comme ça, la décision de signer pour l’équipe Petronas est bonne ».

« Trois pilotes satellites devant, c’est particulier »

Il revient ensuite sur sa prestation et raconte comment il envisage la course dominicale : « le fait qu’il y ait trois pilotes de satellites devant les officiels est quelque chose de particulier. Le rythme est bon. On a vu qu’on souffrait un peu plus dans l’après-midi, mais je m’attendais au moins à être au troisième rang. À partir de la dixième place, c’est plus difficile ».

« Vous devez tout faire correctement et avoir un peu de chance. Le podium sera difficile, mais il faudra quand même essayer et essayer de faire une bonne course. Il faudra bien partir et essayer d’être avec les coureurs devant, car nous avons le rythme ». On rappellera que c’est à Brno, en 1996, que Valentino Rossi a remporté la première de ses 115 victoires en Grand Prix.

MotoGP Brno J2 : qualifications



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP