Cal Crutchlow va faire l’actualité ce week-end. Et pour cause : l’événement de ce dernier se passera chez lui, devant son public, sur son tracé de Silverstone pour un Grand Prix de Grande Bretagne qui, pour lui, est national. Mais avant même qu’il ne pose sa Honda sur son bitume anglais que l’on espère correctement refait, le voilà qu’il défraie la chronique en annonçant que l’heure de la retraite pourrait bientôt sonner…

Depuis 2011, Cal Crutchlow est un pilote régulier en MotoGP. Il a piloté une Yamaha pendant trois ans, il est passé officiel Ducati pour un an et pilote la Honda du team LCR avec un contrat HRC pour la cinquième année consécutive. Avec elle, le Britannique a terminé second en 2016 à son Grand Prix à domicile à Silverstone.

Comme la plupart des ténors, Crutchlow voit son contrat expirer à la fin de 2020. Ce qui n’est pas si loin. Pourtant, à la veille de ce qui s’annonce comme d’âpres négociations, l’équipier d’un Nakagami qui lorgne sur sa place se met en difficulté en laissant entendre que 2020 pourrait bien être sa dernière campagne… « C’est difficile parce que j’ai l’impression physique que ce sera ma dernière année, mais j’ai le sentiment que je pourrais continuer à courir pour toujours » explique Crutchlow sur Motorsport-total.com. « Mais cela n’arrivera jamais ».

« Après ma blessure l’année dernière, après toutes les blessures que j’ai subies au cours de ma carrière, il est de plus en plus difficile d’être en forme, ce qui, à mon avis, est essentiel pour être compétitif » a déclaré l’Anglais de 33 ans. En 2018, il a eu une fracture à la cheville lors d’une chute à Phillip Island et a dû être convalescent pendant assez longtemps. À ce jour, son pied droit l’affecte toujours. Il n’est maintenu en principe que par une broche de métal.

« J’aime ce que je fais », souligne Crutchlow dans son interview. « Ma détermination et ma passion pour le sport ne sont pas brisées, le désir de rester compétitif est toujours en moi et je pense que ça va rester comme ça pendant longtemps, mais je suis aussi le genre d’homme qui dit que si je me réveille un jour et que je ne suis pas motivé pour monter sur la moto pour me préparer pour les courses, comme je le fais toujours, je ne le ferai plus ».

« Parce que ce sport est tout simplement trop risqué pour ne pas être enthousiaste » déclare le Britannique. « Cela n’a jamais été le cas avec moi, mais je ne sais pas, je suis toujours rapide, c’est le problème, je roule sur n’importe quelle piste et je suis plus rapide que l’année dernière. Le souci est que la compétition est très serrée. Je ne rajeunis pas, à la fin de mon contrat, j’aurai 35 ans ».

S’il le souhaite, il peut rester avec Honda et conclure un autre contrat avec le constructeur, qui est sûr à 100% de Crutchlow. « Cela a déjà été discuté », révèle-t-il. « Mais nous verrons comment ça se passe, j’ai apprécié ma carrière, j’ai eu des bons et des mauvais moments, mais au bout du compte, j’ai tout donné à 100% et c’est tout ce que je peux demander, même si ce que j’ai fait n’a pas toujours été fait correctement. Je vais juste devoir voir comment cette année se termine et comment commence la prochaine ».

Aujourd’hui, la Honda RC213V est reconnue comme une moto exigeante sur le plan physique et plus agressive que ses concurrentes. Pour Crutchlow, ce n’est pas grave. « Je sais ce que je pilote, je sais comment la piloter » dit-il. « Évidemment, je ne sais pas comment faire de la moto aussi bien que Marc Márquez, mais je pense que je suis le seul à pouvoir changer de constructeur et être bon sur la nouvelle machine ». Le message est passé…

Dans le même temps, Crutchlow a précisé : « la nature physique du pilotage de la Honda ne sera pas la raison pour laquelle je m’arrêterais un jour parce que je vais travailler plus fort pour que ça continue. Je pense que Honda fait un travail fantastique sur la moto. Ils font de leur mieux dans tous les domaines pour s’améliorer, le moteur est très fort cette année, beaucoup plus puissant que les années précédentes, et nous travaillons déjà sur de nouvelles choses pour l’année prochaine ».

« Vous savez à quel point il est important en MotoGP de commencer à travailler sur la machine de l’année prochaine plus tôt », ajoute Crutchlow. « J’aime ça, j’aime travailler avec Honda, j’ai une excellente relation avec eux, je leur ai tout donné ces cinq dernières saisons, et si je dois passer à la suivante, c’est avec Honda que j’aimerais être ».



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda