Le « Bar des Sports » hebdomadaire de nos amis transalpins nous replonge dans une ambiance passionnée, dans le pays qui compte 83 vainqueurs de 822 Grands Prix, le record absolu. Les deux plus grands vainqueurs sont également italiens, avec 122 victoires pour Giacomo Agostini et 115 pour Valentino Rossi. Du côté des constructeurs, c’est l’abondance avec MV Agusta, Aprilia, Moto Guzzi, Gilera, Mondial, Garelli, Minarelli, Morbidelli, Benelli, MBA, Ducati et Bimota, pour un total de 92 premières places.

Si l’activité se remet petit à petit en mouvement, avec notamment les tests de Misano, les multiples tractations qui se déroulent en ce moment sont par contre l’objet de nombreuses discussions. Le vice-Champion du Monde MotoGP des trois dernières années, Andrea Dovizioso, n’a toujours signé aucun contrat pour 2021.

Le Champion du Monde 125 cm3 en 2004, bloque les négociations, car celles-ci se déroulent toujours de façon pyramidale, du haut vers le bas. Au sommet, c’est réglé avec un renouvellement de quatre ans pour Marc Márquez chez Honda. Mais aussitôt ensuite, ça coince entre Dovi, son manager et Ducati. Bien que meilleur pilote Ducati – et de loin – l’homme de Forlimpopoli n’arrive pas obtenir la somme qu’il souhaite auprès du constructeur de Bologne, ce qui énerve entre autres Carlo Pernat.

« Je n’aime pas la façon dont se déroulent les négociations entre Ducati et Dovizioso, c’est la preuve qu’ils n’ont plus confiance en Andrea. Ils ont d’abord contacté tout le monde, de Márquez à Viñales, en passant par Quartararo, et maintenant ils ne veulent pas renouveler son contrat. Cette histoire me laisse un goût amer dans la bouche » a expliqué Pernat dans un chat de GPOne.com avec Paolo Scalera et Matteo Aglio.

« Moi, je l’aurais enfermé dans une pièce et ne l’aurais pas laissé sortir avant qu’il ne signe. Le contrat avec Dovi était la priorité, pourtant, pour autant que je sache, ils n’ont même pas encore signé la réduction de ses honoraires pour 2020, et les négociations pour 2021 n’ont pas encore commencé. »

Mais quelles sont les alternatives pour Dovizioso ?

« Il semble qu’il soit sur des montagnes russes », a poursuivi le manager italien. « Maintenant pour Andrea il n’y a plus la possibilité d’aller chez KTM et Lorenzo s’est présenté. » (chez Ducati, NDLR)

Jorge pourrait être l’alternative pour Ducati ?

« Une alternative valable, il n’aurait pas besoin de s’adapter à la Desmosedici, qu’il connait déjà, mais je ne pense pas qu’il acceptera un contrat réduit, autour de 2 millions d’euros, juste pour être clair » a observé Pernat. « Lorenzo s’est regardé dans le miroir, a décidé de revenir dans le jeu et Dall’Igna attend impatiemment de gagner son pari. »

Il n’y a pas d’autres pilotes pour Ducati ?

« Pour être honnête, je n’aime pas la politique de Ducati. Il semble qu’ils ne font que tirer dans le tas ! Ils devraient plutôt conclure un accord avec Dovizioso, qui est une certitude, et se concentrer sur les jeunes pour l’équipe Pramac. Andrea est un pilote froid, un calculateur. »

« Je ne pense pas qu’il souffrira même s’il commence le championnat sans contrat et ne pas le faire immédiatement pourrait s’avérer être une arme à double tranchant pour Ducati. S’il réussit ses premières courses, il tiendra alors le manche du couteau. »

Pernat a également eu des mots durs pour KTM après sa décision de placer Petrucci dans l’équipe satellite Tech3.

« Ils me semblent être dans une grande confusion, ils ont aussi perdu Pol Espargaró. Ils ont fait beaucoup de mauvais choix d’un point de vue managérial. »

En parlant de l’arrivée de Pol Espargaró chez Honda, Carlo est convaincu qu’elle aura des conséquences.

« À mon avis, tout le monde n’entrera pas dans le stand Honda à Jerez, et je ne parle pas seulement des pilotes ou des techniciens. Je suis convaincu que la décision de se passer d’Álex Márquez dans l’équipe officielle aura des conséquences, Marc ne restera pas là pendant encore 4 ans. »

Pernat a également parlé d’Aprilia dans le cas où la disqualification de Iannone serait confirmée.

« Ils ont trois voies : prendre Crutchlow, aider Lorenzo Savadori à grandir pour le promouvoir dans l’équipe, ou attendre quelques courses supplémentaires, dans ce dernier cas ils pourraient se concentrer sur quelques pilotes Moto2. Mais Bagnaia est également libre, j’aurais déjà essayé cette voie, en effet je lui aurais fait un pré-contrat en sa faveur. »

Quant au retard dans la signature de Rossi, Pernat n’a aucun doute.

« Ils doivent juste régler le problème de la composition de son équipe technique. Valentino veut toujours courir, il pourrait continuer quelques années de plus. »

Andrea Dovizioso et Claudio Domenicali (DG de Ducati) avec une moto en Lego

Paolo Scalera, Carlo Pernat et Matteo Aglio

 

Photos © Ducati, GPOne, Il Resto del Carlino



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team