Les courses virtuelles étaient jusqu’à il y a peu, un moment ludique, une prouesse technique et un milieu marginal bien qu’économiquement loin d’être anodin. Mais en deux mois, elles sont devenues le seul spectacle possible offert aux passionnés des sports mécaniques. Pour le coup, la fiction a vraiment dépassé la réalité au point que les joutes numériques sont maintenant assumés par de vrais pilotes qui en sont à demander des conseils à ceux qui se sont lancés dans le milieu en rêvant de leurs exploits sur la piste… Reste que c’est un autre monde qui demande d’autres prédispositions, un schéma qui est aussi une question de génération. Marc Márquez et Cal Crutchlow nous disent ce qu’ils en pensent…

Le 12 avril, soit ce dimanche, aura lieu une nouvelle course virtuelle mettant aux prises dix pilotes titulaires en MotoGP. Un scénario inimaginable il y a seulement quelques semaines. Mais la crise du Coronavirus met à bat un monde tout en en faisant émerger un autre, aux forceps… Mais il faut s’adapter ou disparaître, agir et ne pas subir. Alors, à défaut de guidons, les champions se mettent aux manettes. Et ce n’est pas toujours de gaieté de cœur…

Prenez le cas d’un Marc Márquez qui ne carbure qu’à la victoire. Là, il sait qu’il n’est pas fait pour ça : « j’en suis. Je pars parce que je pense que c’est quelque chose de bien pour les fans » commente l’officiel Honda sur Speedweek.com avec Mario Fuli. « Je sais que ce n’est pas ma plus grande force que d’être sur la PlayStation. Que ce soit le MotoGP ou la Formule 1, le football ou “Call of Duty” par exemple – mon frère et mon cousin sont meilleurs que moi. Pour une raison quelconque, je ne suis pas si bon dans ce domaine. Pourtant, je vais jouer à nouveau, car finalement, l’essentiel de ces courses est de fournir un bon divertissement aux fans et aux réseaux sociaux. »

 

 

 

Le show doit en effet continuer pour ne pas définitivement fermer. Et ça fonctionne. Les chiffres de la première course au Mugello parlent d’eux-mêmes : 400 contenus numériques ont été créés autour de l’événement, 60 millions d’impressions et 13 millions de visionnages de vidéos ont été enregistrés en ligne – dont 3 millions pour la seule course. Les interactions étaient supérieures à 2,5 millions, a calculé Dorna.

Lors de cette seconde représentation, il y aura de nouvelles têtes. La plus célèbre sera celle de Valentino Rossi, mais il y aura aussi Takaaki Nakagami. Certes, mais pourquoi pas plutôt Cal Crutchlow ? L’anglais répond qu’il a une bonne raison de ne pas être dans le paysage : « j’ai dû envoyer à Dorna un courriel pour m’excuser de ne pas pouvoir participer à la course virtuelle sur PlayStation ou quoi que ce soit d’autre. Parce que je n’en ai pas ! Vous pouvez peut-être voir mon âge. Je l’aurais fait et j’aurais joué, mais je n’en ai pas chez moi. »

Le Grand Prix virtuel au Red Bull Ring de Spielberg commencera dimanche à 15 heures avec une séance de qualification de cinq minutes, suivie de la course sur dix tours. L’événement eSports ne sera pas seulement diffusé sur MotoGP.com mais aussi sur les canaux officiels des médias sociaux du Championnat du monde de moto, y compris Facebook et YouTube.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda, Repsol Honda Team