Le dernier Grand Prix MotoGP à Misano a illustré une fois de plus le manque de clarté des décisions prises par le panel des commissaires FIM MotoGP dirigé par Freddie Spencer. Les images du départ ont été décortiquées dans tous les sens par nos collègues étrangers, même si cela n’a pas vraiment influencé le déroulement de la course, il semble certain que, au mieux, Francesco Bagnaia s’est élancé quelque millisecondes avant l’extinction des feux rouges.

Au-delà d’une polémique que nous ne chercherons pas à entretenir, même si Cal Crutchlow doit l’avoir mauvaise d’avoir était pénalisé d’un ride through en Argentine en 2019 pour un simple hoquet de sa moto, le sujet est intéressant car il met en lumière le temps de réaction d’un être humain, donc d’un pilote.

Francesco Bagnaia se justifie en déclarant qu’il s’agit de son meilleur départ jamais effectué en MotoGP (nous n’en doutons pas !) car il s’est entraîné à cet exercice : « J’ai probablement réalisé mon meilleur départ jusqu’ici. Je me suis élancé pile au moment où les lumières se sont éteintes… Je me suis beaucoup entraîné pour réussir à faire cela. »

Il faut savoir que, conformément au règlement, les feux rouges s’allument pour une durée comprise aléatoirement entre deux et cinq secondes avant de s’éteindre pour libérer les pilotes : Dans ces conditions, il est tout simplement impossible de s’entraîner à démarrer au moment même de l’extinction des feux rouges (et encore moins juste avant) à cause du fameux temps de réaction.

Pour en avoir pleinement conscience, nous vous proposons dans un premier temps d’utiliser un des deux liens suivants pour mesurer précisément votre temps de réaction. Puis nous interrogerons certains pilotes sur le sujet.

N’hésitez pas à inscrire vos scores en commentaire, en sachant qu’à la rédaction nous n’avons jamais pu descendre sous les 0,216s malgré de nombreuses tentatives (PC + souris) !

http://www.msc.univ-paris-diderot.fr/~olivier/TE1_TP2/

https://humanbenchmark.com/tests/reactiontime

Ce test permet de mesurer le temps de réaction à un stimulus visuel de type couleur. Chez l’homme il est de l’ordre de 200-250 ms, ce à quoi il faut ajouter le temps de clic, qui peut dépendre de votre souris (en moyenne il est de 20 ms) et la latence due à l’envoi du signal au processeur, et le traitement de l’information (moins de 5 ms). En répétant l’exercice votre temps de réaction devrait descendre progressivement en dessous de 200 ms.

Faux rouges départ MotoGP




Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team