Aleix Espargaró et son Aprilia ont égalé en Espagne, ce week-end, le meilleur résultat d’une RS-GP en MotoGP en prenant la sixième place. Faire mieux semble décidément difficile pour l’usine de Noale qui a cependant entrevu cet exploit lors de la course à Jerez. Avec un peu plus de 5 secondes d’écart seulement sur le vainqueur, l’Espagnol sur la machine italienne n’a certes pas à rougir de sa prestation. Cependant, comme Fabio Quartararo, il a souffert du syndrome des loges. Un mal qui avait touché Jack Miller au Qatar, qui a dû en passer par la chirurgie. L’ainé des Espargaró explique pourquoi ce phénomène fait florès.

Le syndrome des loges. Voilà un mal dont on risque de parler encore cette saison au vu des derniers événements. En effet, Jack Miller et Iker Lecuona en ont souffert au Qatar et se sont fait opérer pour s’en débarrasser. A Jerez, il a foudroyé Fabio Quartararo qui tenait pourtant son Grand Prix d’Espagne bien en main jusque-là. Derrière lui, Aleix Espargaró serrait les dents pour les mêmes raisons. Mais l’Espagnol a réussi à préserver sa sixième position malgré tout.

L’officiel Aprilia dit ainsi : « dans les derniers tours, j’ai souffert de l’avant-bras droit, je n’avais plus de force et j’ai perdu des performances aux freins ». Aleix ne pense pas que le problème vienne de la spécificité du tracé de Jerez. « Le MotoGP devient de plus en plus rapide, avec de plus en plus d’appui, plus d’aérodynamisme et plus de puissance. Nous ne sommes pas des machines comme les motos, nous sommes des personnes. La course a été presque 20 secondes plus rapide que l’an dernier, l’accélération des motos est tout simplement incroyable », a-t-il souligné.

Aleix Espargaró : « nous ne sommes pas des machines, nous sommes des personnes »

L’Espagnol ajoute : « j’adore m’entraîner, mais je ne sais pas ce que nous pouvons faire d’autre pour entraîner cet aspect. J’ai subi l’opération il y a plus de dix ans, mais j’en ai parlé avec le Dr. Charte et peut-être que je devrai subir une autre opération car les muscles sont à nouveau tendus. Je vais faire quelques vérifications demain ou mardi car j’ai souffert dimanche ».

Au vu de l’approche, on peut se demander si les MotoGP modernes ne poussent pas les pilotes au-delà de leur limite physique : « je ne sais pas, je suis curieux de voir si je peux m’entraîner différemment, changer un peu ma position sur la moto… Je suis en MotoGP depuis dix ans et je n’ai jamais eu ces problèmes. C’est nouveau, il faut donc d’abord comprendre. Je suis un peu inquiet maintenant, pas pour Le Mans, mais pour le Mugello ».

Sur son Grand Prix d’Espagne proprement dit, il parle de cette sixième position finalement pas si loin du trio de tête : « nous parlons du podium, mais nous ne devons pas oublier d’où nous venons. L’année dernière, il était difficile d’entrer dans les points. Je suis le premier à vouloir le podium plus que quiconque. Mais la régularité et la vitesse que nous montrons sont très bonnes. Nous nous sommes battus avec le champion du monde, nous n’étions pas loin ». On rappellera en effet que Joan Mir a fini cinquième à Jerez.

« J’ai eu une très bonne chance. J’étais derrière Morbidelli, c’était comme un train, tout le monde avait un rythme similaire. J’étais derrière lui et prêt à tenter de me battre pour le podium à la fin de la course. Malheureusement, j’ai perdu beaucoup de temps avec Fabio, je n’ai pas pu le doubler et il était très lent sur la trajectoire, mais bien sûr, c’est une course et j’ai perdu beaucoup de temps. Nakagami et moi ne l’avons malheureusement pas dépassé, j’avais le même rythme que les autres de devant, mais je ne pouvais pas passer. J’ai perdu deux secondes sur le tour avec Quartararo, c’était un peu frustrant. Mais c’est comme ça que les courses sont, être le plus rapide ne prévaut pas toujours. Mais je suis heureux de me battre comme nous l’avons montré. Parce que c’était une course très rapide » termine Aleix.

Aleix Espargaró Espagne

MotoGP Espagne J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini