Brad Binder illustre avec son vécu les images parlantes qui ont été regardées lors d’un Grand Prix de France disputé par des conditions à ne pas mettre un motard dehors. Les propos de l’officiel KTM révèlent toutes les difficultés que les pilotes ont rencontré sur un tracé du Mans soumis à la colère des éléments. Il donne ainsi une dimension encore plus grande de l’étoffe dont ces héros sont faits…

Brad Binder a raconté l’enfer du Bugatti en un dimanche après-midi passé sous une pluie battante alimentée par des bourrasques. « Le vent était fou. Nous avons tous essayé de rester sur les motos » raconte le vainqueur de Brno en MotoGP l’an passé. Puis il rentre dans le détail : « je m’attendais à une course sèche, mais les nuages noirs sont apparus rapidement et après trois tours la piste était déjà mouillée ».

« Il y avait un chaos complet. Personne ne savait ce qui se passait.  Certains poussaient, d’autres attendaient. C’était difficile de comprendre ce qui se passait ». Le Champion du Monde Moto3 2016 s’attendait même à un moment à un drapeau rouge : « le vent était fou. Sur la ligne droite, cela m’a projeté d’avant en arrière. Vous ne pouvez pas imaginer le peu d’adhérence que nous avions. Je ne pouvais pas mettre de pression sur les freins. Nous avons tous essayé de rester sur les motos ».

Mais l’équipier d’un Miguel Oliveira qui a dû abandonner sur chute commente tout de même : « malgré tout, ce fut une expérience cool car c’était mon premier changement de moto en course dans la catégorie MotoGP et j’ai beaucoup appris ». Brad Binder a fini 13e une épopée qui avait mal débuté avant même le départ donné puisque son aide à l’envol est tombé en rideau. « Les deux premières courses ont été très difficiles. Je n’ai récolté que quelques points. Le week-end en France a été particulièrement frustrant car je ne trouvais tout simplement pas la vitesse et ne pouvais pas entrer dans les virages aussi vite que d’habitude » regrette le pilote de 25 ans.

Brad Binder : les circonstances étaient difficiles

Il termine : « je ne peux pas dire grand-chose de cette course. Les circonstances étaient difficiles ». La prochaine étape sera le Mugello : « je n’ai pas encore piloté la MotoGP là-bas, mais c’est l’une de leurs pistes préférées pour de nombreux pilotes », a déclaré le pilote KTM d’Afrique du Sud. « J’ai vraiment hâte de voir l’Italie et je suis motivé pour travailler sur nos problèmes et les améliorer ». Brad Binder a maintenant récolté 24 points. Grâce notamment à son top 5 au Portugal, il est onzième du championnat du monde en tant que pilote KTM le plus zélé. On rappellera que le meilleur pilote en RC16 au Mans était Danilo Petrucci qui a fait le bonheur de son team Tech3 avec sa cinquième place.

MotoGP France Le Mans J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP