C’est un sujet redondant dans le paddock qui ouvre sur la conduite de la politique Honda en MotoGP. L’argument est que si la RC213V est si difficile à manier, c’est parce que le constructeur n’écoute que son champion Marc Marquez, au style de pilotage unique. La réponse du blason ailé est que ce n’est pas le cas tandis que le pilote nie aussi cet argument, jurant qu’il aimerait également avoir une Honda plus facile à manier. Le dénouement de ce débat sans fin vient d’arriver avec le directeur technique de Honda Racing Corporation Takeo Yokoyama. Et le voici…

Le premier constructeur mondial assumait-il depuis 2013 une monoculture Marc Marquez dans la mise au point de sa RC213V ? Au vu du palmarès depuis 2013, la démarche aurait toute légitimité. Mais elle a été niée. Jusqu’à présent. Car voilà qu’en 2020, Honda doit faire une saison entière sans son champion. Absence qui se fait douloureusement sentir car le constructeur n’a plus que trois Grands Prix pour éviter de faire d’un mauvais souvenir datant de 1982 une actualité déprimante : soit ne comptabiliser aucune victoire au terme d’une campagne dans la catégorie reine.

Cependant, il n’a échappé à personne une certaine embellie dans cette fin de parcours. Une conjoncture marquée par le renforcement des déjà bons résultats de Takaaki Nakagami, tandis que la montée en puissance d’Alex Marquez est un révélateur fort d’une sorte de changement. Qu’en pense le patron de la technique Takeo Yokoyama ? Il ne nie plus un changement d’approche qui avoue la priorité absolue jusque-là accordée à Marc Marquez

« Nous avons suivi les indications des autres pilotes »

Dans The-Race.com, le Japonais a ainsi admis que l’absence de l’octuple Champion du Monde a permis d’explorer d’autres pistes de développement… « Quand Honda a un incroyable champion, la philosophie est toujours de lui adapter la moto. C’est ce que nous faisons depuis sept ans et que nous ne pouvons plus faire. Le style de pilotage des autres conducteurs est différent ».

Le manager japonais poursuit en expliquant comment HRC a agi lorsque Marc s’est retrouvé sur la touche à la suite de sa blessure : « avec tous les ingénieurs, nous nous sommes assis pour réfléchir aux domaines dans lesquels intervenir sans lui. Nous avons essayé de tirer le meilleur parti de ce que nous avions, c’était difficile. J’imagine que sans la blessure de Marc, la moto ne serait pas la même aujourd’hui. Nous avons suivi les retours des autres pilotes ».

Il sera intéressant de voir quel sera le sentiment de Marc Marquez sur la RC213V avec les modifications apportées ces derniers mois. Certes chez Honda, on a également conservé la configuration de Jerez, mais le phénomène Cervera aura le moyen d’évaluer plus tard si les progrès réalisés avec les autres pilotes s’adaptent également à son style de pilotage… Et cela risque d’être seulement en 2021, au vu de l‘évolution de sa convalescence




Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team