Hervé Poncharal est curieux de savoir ce que va réserver le Mugello à ses pilotes en RC16 françaises. Après avoir affronté les éléments au Mans il y a deux semaines, les troupes Tech3 devraient profiter de meilleures conditions ce week-end pour un Grand Prix d’Italie qui marquera les retrouvailles avec le tracé transalpin. L’an passé, la crise sanitaire avait en effet empêché la tenue de ce rendez-vous en Toscane apprécié de tous. En 2019, c’est un certain Danilo Petrucci qui avait décroché la victoire sur sa Ducati. Celui-là même qui est à présent sur la KTM orange des tricolores…    

Petrucci continuera-t-il sur sa belle série ? Vainqueur en 2020 du Grand Prix de France, il a réalisé sa meilleure performance de la saison il y a plus d’une dizaine de jours au Mans avec un top 5. En 2019, il avait triomphé dans un Grand Prix d’Italie du monde d’avant, soit avec du public, ce qui fait à nouveau de lui un dernier vainqueur en date. Alors pourquoi ne pas profiter de cette onde positive pour, à nouveau, bien se placer avec la moto autrichienne couvée par les tricolores ?

C’est tout le mal que lui souhaite son patron Hervé Poncharal : « après l’excellent résultat du Mans pour l’équipe, il est maintenant temps de se diriger vers le magnifique Mugello, qui, je pense, est une piste que tout le paddock aime. Danilo a été le dernier vainqueur MotoGP au Mans sous la pluie et nous avons fait un bon résultat là-bas. Je voudrais rappeler que Danilo était aussi le tout dernier vainqueur MotoGP au Mugello sur le sec la dernière fois que nous y avons couru en 2019. Donc, j’espère qu’il a de bons souvenirs ! » déclare le patron de Tech3.

« C’est une piste qu’il aime et il va vite, ce qui est évident, car il a gagné la dernière course là-bas. Bien sûr, il va être très intéressant de voir, ce qu’il peut faire sur une moto différente et comment il évalue la KTM par rapport à ce qu’il pilotait en 2019. Toute l’équipe et Danilo ont de très bons souvenirs du GP d’Italie et, étant italien, il espère bien sûr pouvoir briller à domicile » ajoute-t-il.

Hervé Poncharal n’oublie pas son second pilote Lecuona chez qui il a vu une récente embellie : « concernant Iker, c’est un peu la même histoire car bien qu’il n’ait jamais piloté une MotoGP au Mugello, il sort tout de même d’un très bon week-end au Mans, où dans les deux cas, sur le sec et sur le mouillé, il a été très compétitif. Il est clair qu’Iker a fait un pas en avant dans son pilotage et sa confiance depuis le test du lundi après Jerez et nous pensons qu’il arrivera aussi au Mugello avec un état d’esprit positif et prêt à essayer d’être une fois de plus dans le top 10, ce qui est son objectif pour le moment ».

Hervé Poncharal : « il faut toujours trouver la bonne réponse aux problèmes qui se posent »

« Le Mugello est un très beau circuit, mais aussi très exigeant, où vous avez presque tout à mettre ensemble sur un tour rapide : le moteur, l’accélération, la stabilité au freinage, la vitesse en virage, les chicanes rapides… » dit le tricolore. « Si nous parvenons à délivrer une performance décente là-bas, je crois que nous serons en mesure de comprendre encore mieux notre moto. Nous sommes impatients d’arriver là-bas, car cela fait longtemps que nous n’avons pas couru au Mugello avec KTM. Je pense que tout le monde dans la famille KTM est impatient de voir où nous nous situons par rapport à nos concurrents ».

« Je dois ajouter que Danilo était avec nous mardi et mercredi derniers ici dans l’atelier en France. Nous avons passé un bon moment ensemble en travaillant dur pour produire des vidéos pour notre partenaire ELF, mais nous avons aussi eu le temps de discuter et d’échanger dans un environnement beaucoup plus cool, en plus de faire du VTT dans la forêt autour du siège de Tech3. Je pense que ce n’était pas seulement un moment agréable, mais aussi important pour mieux se comprendre et partager des choses que nous ne pouvons pas partager pendant un week-end de Grand Prix, où tout le monde est concentré et sous pression. Je veux croire que cela nous aidera également à être plus efficaces sur la piste ».

Il termine sur les soucis actuels de la KTM avec les pneus Michelin : « nous devons nous adapter à cette nouvelle situation. Nous devons essayer de nouveaux réglages, les pilotes devront peut-être changer leur style de conduite. Brad Binder m’a dit qu’il avait un peu changé son style de pilotage pendant la course au Portugal afin de mieux gérer le pneu avant. Après cela, ça s’est mieux passé. Il faut toujours trouver la bonne réponse aux problèmes qui se posent. C’est l’essence même de la course. On ne peut donc pas se plaindre du manque de pneus avant. Nous devons être rapides avec ce que nous avons ».

Hervé Poncharal

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Tech3 KTM Factory Racing