Jack Miller les a qualifiés de « clowns », Joan Mir a fait part de sa grande tristesse face au spectacle donné et Fabio Quartararo a identifié la scène comme “injuste et dangereuse”. Ce groupe de huit pilotes évoluant sur la piste du Mugello à un train de sénateur en fin de FP2 ne s’est décidément pas fait favorablement remarquer en ce vendredi après-midi passé sur le Mugello. Dedans, il n’y avait certainement pas que des débutants… Des considérations de statut dont les officiels ne s’embarrassent pas lorsque la même scène se produit en Moto3. Alors, deux poids deux mesures ?

Jack Miller a sonné la charge vendredi soir sur un événement lors de la FP2 du Grand Prix d’Italie qui semble indigne de la catégorie MotoGP. L’officiel Ducati expose ainsi : « on devrait être des modèles et pourtant, lorsque l’on fait un tour rapide on tombe sur un groupe plein de clowns. C’était au moins huit pilotes. Il y avait les deux Honda d’usine, une Yamaha Petronas dont le pilote a remporté neuf titres, et ainsi de suite », a déclaré Miller.

« Nous montrons aux talents de la catégorie Moto3 comment ils doivent piloter. Il n’est tout simplement pas nécessaire de ralentir et d’attendre. En MotoGP, le sillage n’aide pas beaucoup. S’il y a un ou deux pilotes en attente, ce n’est pas un problème. Mais avec huit pilotes, je ne pense pas que ce soit correct et vous devriez penser aux pénalités. Après tout, il y en a aussi dans les petites classes ».

Valentino Rossi était l’un des “clowns”

Joan Mir, qui aussi buté sur ce groupe a exprimé également ses regrets et aimerait tout autant un rappel au règlement. Fabio Quartararo qui en a pâti a aussi son avis : « j’ai fait un tour rapide mais honnêtement je ne sais pas comment, parce qu’il y avait beaucoup de pilotes lents dans le secteur 1, le secteur 3, le secteur 4 », a déclaré le Français. « Nous allons tellement vite ici, et ce n’est que la FP2. Pour moi, c’est inutile de le faire à ce moment-là. En qualifications, je peux comprendre, mais pas maintenant. Lorsque les gars font ça en Moto3 et Moto2, ils partent de la voie des stands, pourquoi pas en MotoGP ? Nous sommes tous pareils. Nous courons tous pour le championnat du monde ».

L’officiel Yamaha ajoute : « oui, le MotoGP est une catégorie différente, mais nous roulons plus vite qu’eux, c’est plus dangereux, donc pour moi ça devrait être la même chose que le Moto3 et le Moto2. Chaque fois que je fais un tour, je ne dérange personne. Pour moi, OK, en qualification ça peut arriver, mais pas pendant la FP2, en étant au milieu de la piste dans les derniers tours. Les derniers tours, c’est là où vous êtes vraiment à la limite et vous trouvez tout le monde au milieu de la piste, donc je pense que ce n’est pas juste et dangereux ». Les officiels se montreront-ils aussi impitoyables avec les grands pilotes du MotoGP qu’avec les sans grades du Moto3 et du Moto2 ?



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Jack Miller, Joan Mir, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Monster Energy Yamaha MotoGP, Team Suzuki Ecstar