Les grandes manœuvres ont commencé chez KTM en vue du remplacement de son pilote Johann Zarco qui ne fera pas une seconde saison MotoGP sur la RC16. Il n’est d’ailleurs même pas dit que le même Français finisse la présente campagne. A ce stade de l’année, des bons pilotes libres, il n’y en a pas pléthore. Jack Miller était une belle occasion. Mais l’Australien est sans rancune contre Ducati qui l’aurait pourtant bien laissé sur le bord du chemin pour reprendre Jorge Lorenzo…

Les choses se sont précipitées en Autriche lorsqu’il est devenu évident que Johann Zarco ne poursuivrait pas son aventure avec KTM. Une fin prématurée qui chamboule les plans et ouvre des opportunités. Sur ses terres, la firme de Mattighofen avait toutes les raisons d’accueillir comme une aubaine la mise sur la sellette de Jack Miller au sein du team Pramac Ducati mobilisé pour recevoir un Jorge Lorenzo qui aurait fait un retour fracassant sur la Desmosedici.

Jack Miller s’est révélé en Moto3 au sein du team officiel KTM géré par un Aki Ajo qui est son manager. Ajoutez à cela la perspective d’une moto au sein d’un vrai team officiel et la belle opportunité de faire un pied de nez à des patrons qui l’ont déconsidéré le temps d’une rumeur, et vous aurez toutes les raisons de voir un Jack Miller en partance vers Mattighofen.

Seulement voilà, l’Australien a gardé la tête froide, bien que déçu par la posture de Ducati à son égard. Il explique sur Speedweek pourquoi il va renouveler son bail avec Pramac Ducati : « c’est un énorme soulagement. J’avais d’autres options, mais mon objectif principal était de rester avec Pramac et de disputer un GP20 l’année prochaine. Ici, je peux me battre pour les podiums. Je ne veux pas manquer cette opportunité ».

« J’ai travaillé pour devenir un candidat pour le podium avec Ducati. Je ne veux pas prendre revenir en arrière maintenant. Tout est clair maintenant avec Pramac et Ducati. J’ai rencontré le manager Aki Ajo après la course, puis le directeur sportif de Ducati, Paolo Ciabatti. C’était un après-midi occupé. De telles rencontres ne sont pas vraiment ce que je veux faire après un crash… ».

Il termine : « KTM a fait du bon travail. Ils ont réagi incroyablement rapidement lorsque les rumeurs ont été révélées sur le possible retour de Jorge vers Ducati », a déclaré Miller. « J’apprécie sincèrement les considérations de KTM à mon égard. Mais c’est ma deuxième année chez Ducati et je souhaite récolter les fruits de mon travail avec cette moto en 2020 ».

La KTM n’est donc pas une moto qui attire, même dans les meilleures conditions pour s’en saisir. Une situation que les Autrichiens vont devoir gérer en vue de 2020, et même pour la fin de cette année.



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP