Le dernier Grand Prix de Malaisie a mis en exergue les différences techniques qui existent entre les motos que les constructeurs alignent en MotoGP. Il y a l’école de la puissance et de la vitesse de pointe et celle de l‘agilité dans les virages. Lorsque les deux styles sont en duel, l’indécision est grande et il faut sans doute forcer son destin. Ce qui est plus facile sur certains tracés que sur d’autres. A Sepang, les atouts étaient du côté de Ducati, si bien que Valentino Rossi n’a pu, avec sa Yamaha, mettre au pas Dovizioso. Le retraité John Hopkins compatit…

Cela fait un bout de temps que l’on n’a pas vu Valentino Rossi sur un podium. Une expérience qu’il n’a pas été loin de revivre lors du dernier Grand Prix de Malaisie. Mais il y avait une puissante Ducati devant lui avec un bon Dovizioso dessus. Si bien que le Doctor n’a pu trouver la solution au guidon de sa Yamaha moins fringante en moteur…

John Hopkins a suivi ce duel et, dans la dernière édition du podcast “Last On The Brakes” sur MotoGP.com, il a partagé la frustration de Vale : « il faut compatir au sort de Valentino Rossi, car je pensais vraiment qu’il finirait sur le podium. Malheureusement, les choses se sont déroulées différemment et il est tellement frustrant de devoir combattre une moto comme la Ducati. »

Quand une moto manque de chevaux, tout ce que vous avez à faire est de prendre des risques. « Il manque juste de puissance, il faut donc tout risquer en tant que pilote. Je me souviens exactement de la situation lorsque j’ai dû me battre contre des concurrents Ducati et Honda quand j’étais chez Suzuki », se souvient le retraité âgé de 36 ans. « Parfois, dans cette situation, vous devez risquer les manœuvres les plus dangereuses où vous ne pouvez pas passer. Vous pouvez pratiquement pousser votre adversaire hors de la ligne idéale pour qu’il ne puisse pas riposter. Vous devez juste tout risquer»

Mais Rossi et Dovi se sont félicités d’un duel propre et réglo. Au contraire, on a vu les pilotes Suzuki à Sepang forcer la décision… Question de génération et d’approche… « Lorsque vous êtes coincé derrière un adversaire sur une bonne moto, vous ne pouvez pas prendre votre ligne habituelle et à la fin vous allez détruire les pneus. Vous essayez d’adapter votre style juste pour passer au travers. Cela aurait été vraiment agréable de le voir sur le podium, car il a très bien piloté. Tout comme Dovi – a conclu l’ancienne star Suzuki – qui a évidemment fait une course exceptionnelle. »

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP