MotoGP : Jorge Lorenzo aurait mis son véto au retour de Rossi si Yamaha le lui avait demandé

par | 1 décembre 2021

Jorge Lorenzo est devenu intarissable sur sa période avec Valentino Rossi lorsqu’ils partageaient l’espace du box Yamaha. Une cohabitation qui a commencé en 2008 avec un mur, avant une séparation en 2011. Les retrouvailles se sont faites en 2013 mais à écouter Por Fuera, s’il avait été plus vigilant, elles n’auraient jamais eu lieu… Mais Vale avait encore des hommes dans la place, dont un, clairement pointé du doigt comme son espion attitré.

Jorge Lorenzo nous raconte les petites histoires qui ont fait la grande en MotoGP et qui tournent surtout autour d’un Valentino Rossi forcément incontournable. Le quintuple Champion du Monde retraité se souvient non seulement de ses débuts aux côtés du Doctor chez Yamaha, qui devait alors faire face non seulement à cet encombrant jeune équipier mais qui était aussi malmené par un certain Casey Stoner. En 2011, Vale a décidé de rabattre les cartes en signant pour Ducati. Hélas pour lui, c’était une mauvaise pioche.

Deux ans plus tard et après trois podiums en 35 courses, on retrouvait le Doctor chez Yamaha. Un moment subi par Jorge Lorenzo qui n’avait pas anticipé le coup. On lit ainsi sur Todocircuito : « si, après six ou sept courses, vous faites de mauvais résultats, votre valeur chute rapidement. Valentino avait eu deux mauvaises saisons chez Ducati, et sa valeur avait radicalement changé par rapport aux deux années précédentes, lorsqu’il gagnait avec la Yamaha. Si on m’avait demandé chez Yamaha mon avis sur son retour et que j’aurais répondu “Je ne veux pas que Valentino retourne chez Yamaha”, Yamaha l’aurait sûrement accepté ».

Mais l’aurait-il vraiment voulu ? Apparemment, oui : Jorge avoue que le retour de Valentino en 2013 l’a pris par surprise, et c’est pourquoi il n’a pas eu le temps de mettre son veto à son retour : « je ne l’ai pas fait parce que je n’y ai pas pensé, je n’ai pas imaginé que Yamaha puisse récupérer Valentino. Si je l’avais su, je l’aurais sûrement fait, car c’est une chose naturelle : j’ai entendu dire que Valentino avait auparavant mis son veto à l’entrée de Stoner chez Yamaha ». Un scénario que l’Australien a en effet révélé

RossiLorenzo-3456.jpg

Pour Jorge Lorenzo, l’espion s’appelait Maio Meregalli

Mais Jorge Lorenzo ne s’arrête pas là. Dans l’univers impitoyable du MotoGP, tous les coups sont permis. Le Majorquin se souvient bien sûr du mur érigé par Valentino Rossi en 2008 pour isoler les deux côtés du box Yamaha. Le Doctor montrait ainsi qu’il ne donnerait aucune indication à son jeune équipier débutant. Mais pendant ce temps, c’est Vale qui était alimenté en renseignements sur Lorenzo et d’une manière qui pose question sur l’espion désigné. Car il avait une fonction qui aurait dû le sensibiliser à la notion d’équité entre les deux pilotes Yamaha

Jorge Lorenzo dit ainsi : « en 2008, quand je suis arrivé chez Yamaha, il y a eu le mur entre nous deux pour éviter l’échange d’informations. Théoriquement, Meregalli était le team manager des deux, mais Maio se concentrait davantage du côté de Valentino. Ensuite, quelqu’un allait à Tavullia pour parler à son entraîneur et lui dire ce que je faisais pour améliorer ma condition physique. Cela ne m’a pas transporté de joie car je voulais garder secret sur ce que je faisais pour m’améliorer, car je voulais battre Valentino ».

« Plus tard, en regardant ses photos sur les réseaux sociaux, j’ai découvert que Valentino avait commencé à rouler avec la même moto avec laquelle je m’entraînais. J’ai compris que Meregalli ou quelqu’un de Yamaha lui avait raconté comment je m’entraînais avec mon père », termine le triple. Champion du monde de MotoGP. On ne se faisait pas de cadeaux à l’époque et il y a fort à parier que l’on ne s’en fasse pas plus de nos jours…

Rossi_Lorenzo_CAT_20

Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP