MotoGP Yamaha : piqué au vif, Lin Jarvis répond à Fabio Quartararo

par | 28 novembre 2021

Depuis la fin de la saison, et même depuis qu’il a conquis son titre à Misano, Fabio Quartararo n’a de cesse d’exprimer doutes et revendications en direction de Yamaha au sujet de l’après 2022. Un horizon où « tout est ouvert », une estimation rendue célèbre par le manager Eric Mahé. Le duo français veut légitimement la perspective d’une M1 capable de tenir tête aux Ducati en ligne droite, ce qui, au vu des dernières évolutions amenées par les ingénieurs d’Iwata semble encore loin d’être garanti. Pour peu, ça commencerait même à sentir le roussi. Mais voilà que Lin Jarvis sort du bois pour tenter de faire baisser la pression…

La fin de campagne dès après Misano-2, lieu d’un sacre retentissant pour le Français de 22 ans, a été en demi-teinte et lors des deux jours de tests de l’intersaison à Jerez, sensés lever le voile sur le potentiel 2022, la déception a été clairement affichée. On semble comme s’éloigner entre Yamaha et Fabio Quartararo à un moment où il faut d’ores et déjà discuter de l’avenir. Le manager Eric Mahé a donné le ton en révélant que la marque d’Iwata serait considérée comme les autres propositions à évaluer, montrant ainsi qu’elle n’était pas une priorité. Mieux, Corsedimoto, on y lit que le tricolore aurait déjà sur la table « deux offres pour 2023 ».

A ce rythme, et au vu de ce qu’a techniquement proposé récemment la marque aux diapasons à son nouveau Champion du Monde, on semble vivre comme le préliminaire d’une prochaine séparation. Une mauvaise tendance qu’a peut-être aussi ressentie Lin Jarvis qui s’est exprimé sur Marca.

Lin Jarvis

Lin Jarvis Yamaha : “c’est toujours mieux si des négociations compliquées peuvent être évitées pendant la saison”

Toujours sur Corsedimoto, on lit en effet : « nous parlerons avec Fabio est certain » a expliqué Lin Jarvis. « Nous voulons gagner à nouveau l’année prochaine. Nous parlerons de beaucoup de choses. Bien sûr, nous voulons l’avoir à nouveau dans l’équipe d’usine à l’avenir, nous allons donc certainement négocier pour prolonger son contrat. Pour moi, c’est toujours mieux si des négociations compliquées peuvent être évitées pendant la saison ».

Cette dernière phrase sonne comme le signal d’une trêve estivale qui n’aura pas cours en coulisse. Car pour s’éviter ces “négociations compliquées pendant la saison” mentionnées, il faut s’y mettre tout de suite. La rentrée aura lieu à Sepang avec les tests de début février suivis de ceux d’Indonésie puis le premier Grand Prix du Qatar aura lieu le 6 mars. Du côté des Français, on a pourtant déjà mentionné qu’il était urgent d’attendre le bilan des premiers tours de piste en Malaisie. La partie ne fait que commencer…

MotoGP, Lin Jarvis

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP