Dani Pedrosa est une de ces légendes des Grands Prix qui ne peut revendiquer un titre mondial dans la catégorie majeure. Ces trois couronnes ont été prises dans les disciplines intermédiaires qu’étaient à son époque la 125 et la 250. Cela étant dit, il a tout de même remporté 31 victoires avec Honda en MotoGP. 13 ans de fidélité qui servent aujourd’hui au développement de la KTM… Mais celui qui l’on surnomme Titanium a tout de même un regret…

Sa morphologie de jockey ne le prédestinait nullement à être un dompteur de fauves sur deux roues de plus de 250 ch lancés au-delà des 350 km/h. Et pourtant, Dani Pedrosa a fait le job, usant son corps jusqu’à la corde dans sa mission jalonnée de blessures aussi diverses que variées… Pesant à peine plus de 50 kilos, annonçant 158 cm sous la toise, l’Espagnol a dû s’adapter. Dans un entretien avec Sebastian Porto, il se souvient : « j’ai essayé de compenser par l’entraînement mes limites de taille et de poids », explique-t-il.

« Le plus gros problème concernait surtout la configuration de la moto. Étant plus petit, vous devez rapprocher le guidon, les repose-pieds vont plus haut. Les roues sont un peu plus éloignées et dans certaines situations, comme sous la pluie ou le manque d’adhérence, vous ne pouvez pas mettre de poids sur la roue. Un conducteur plus grand est situé au-dessus de la roue avant et de la roue arrière en même temps… J’ai essayé de gérer le mieux possible ».

Un hommage à Nicky Hayden 

Dani Pedrosa se souvient aussi de ses équipiers, qui ont tous été de haut niveau, puisque son équipe n’était autre que Repsol Honda. Mais il se souvient d’un en particulier, pour une raison bien définie. Il s’agit du regretté Nicky Hayden : « c’était une personnalité très forte mentalement, il savait que peut-être il n’allait pas aussi vite que moi. Mais en même temps, il se battait pour s’assurer que cela ne se produise pas … Il n’a jamais abandonné ».  Sur Casey Stoner, il ajoute : « nous étions tous les deux assez froids, chacun se respectant. Nous avons discuté en tant que coéquipiers, mais chacun voulait battre l’autre ».

Dani Pedrosa termine sur un regret avoué : « à l’époque, il y avait deux marques qui allaient fort : Honda et Yamaha, alors que maintenant il y a aussi Suzuki, Ducati, tandis que KTM se développe. J’aurais aimé savoir à quoi ressemblait une Yamaha. Mes rivaux étaient Valentino et Jorge. À plusieurs reprises, lorsque Honda a demandé quoi changer sur la moto, les pilotes se sont toujours plaints en disant “Yamaha fait ceci ou cela”. Il aurait été curieux de savoir comment allait cette moto ».

On rappellera tout de même que Dani Pedrosa a eu l’occasion de grimper sur une M1. En effet, lorsque Petronas a commencé à monter son projet en MotoGP, avec Yamaha, l’Espagnol était fortement sollicité pour être le pilote de cette aventure malaisienne. Mais il a choisi la retraite…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Dani Pedrosa

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team