Quand Maverick est arrivé chez Yamaha en 2017, il a été immédiatement vainqueur du premier GP au Qatar, puis du deuxième en Argentine 2.9 devant son coéquipier Valentino Rossi. La suite a été plus difficile et Viñales a dû attendre le dix-septième Grand Prix (sur dix-neuf) de la saison suivante à Phillip Island pour renouer avec la victoire. Avec deux premières places à Assen et Sepang en 2019, Maverick terminait troisième du mondial.

Le jeune Espagnol avait auparavant créé la surprise sur une 125 Aprilia en gagnant le quatrième Grand Prix de sa carrière de débutant au Mans, puis en remportant trois autres, terminant ainsi troisième du Championnat du Monde en 2011. Champion du Monde Moto3 en 2013, il passait une seule saison en Moto2, remportant son deuxième GP de l’année 2104 au Texas, avant de passer chez Suzuki en MotoGP et de s’imposer à Silverstone en 2016.

Maverick a bien commencé l’année 2020 en renouvelant son contrat avec Yamaha pour deux ans. « J’aime toujours renouveler tôt, me sentir à l’aise et bien travailler pour les deux prochaines années. A voir comment les choses se passent avec la pandémie, ça a été une bonne décision » a expliqué le futur coéquipier de Fabio Quartararo à Serena Zunino de Motosprint.corrieredellosport.it. « J’ai construit mon équipe ici, au fil des ans, cela a été la clé. De plus, j’ai ressenti la grande confiance de l’entreprise, et c’est toujours nécessaire. »

A quel point en avez-vous été de vos discussions pour changer d’équipe, étant donné l’intérêt de Ducati ?

« Les autres options sont toujours intéressantes. J’étais déjà avec Yamaha depuis trois ans et pendant cette période, les résultats n’ont pas été ceux que j’espérais, mais j’accorde plus de valeur à l’engagement de mon équipe et de Yamaha. Il me reste maintenant trois ans à vivre avec eux pour atteindre notre objectif. »

Qu’est-ce qui vous a enthousiasmé dans l’offre de Ducati, qui pensait à vous pour ouvrir un nouveau chapitre ?

« Le rôle de leader, mais aussi la compétitivité de la moto, et puis j’ai été convaincu par les personnes qui travaillent dans l’équipe. Il a été difficile de choisir entre Ducati et Yamaha. »

En 2021 vous serez l’expert, à côté de Fabio Quartararo.

« Il sera le premier rival à battre. Il pourra apporter des indications importantes à Yamaha. Fabio pilote très bien et il sera très utile d’avoir son avis lorsqu’il essaiera de nouveaux composants. Un de ses points forts est sur un seul tour de piste. Avec lui dans le stand, je peux peut-être améliorer mon temps sur un unique tour. »

Avoir Quartararo dans son propre stand est synonyme de départ de Valentino Rossi de l’équipe officielle. Au cours de ces trois années, a-t-il été davantage un rival interne ou un maître ?

« Valentino va me manquer, je ne m’attendais pas à ce genre de développement. Je suis un peu attristé par son départ de l’équipe car nous avons passé un très bon moment en tant que coéquipiers. J’espère qu’il sera toujours en piste en 2021, j’espère qu’il pourra courir pendant de nombreuses années encore, courir contre lui est toujours très excitant. J’ai beaucoup appris de Rossi et il m’a notamment appris à donner ce petit quelque chose en plus le dimanche. Et puis j’ai examiné ses données pour améliorer les aspects où je ne pouvais pas être rapide, peut-être dans certains virages. »

Pensez-vous que vous serez encore sur la piste à son âge ?

« Non, je ne pense pas. Valentino a une motivation énorme. Je me vois sur la piste tant que je serai compétitif, mais je ne peux pas dire combien d’années de MotoGP il me reste à faire. La satisfaction personnelle et le plaisir sont très importants dans ce travail.  »

Une hypothèse qui semble inévitable est de courir sans spectateurs.

« Il est clair que nous devons beaucoup à nos fans, mais la possibilité de courir le championnat est la priorité. Si vous devez faire les courses à huis clos, c’est très bien aussi. Bien sûr, il sera très étrange d’être sur la grille et de ne voir personne dans les tribunes et de n’entendre aucun bruit. »

Marc Márquez, le Champion du Monde en titre, est de nouveau dans votre collimateur cette année ? 

« C’est la cible. Au Championnat du Monde, j’ai commencé à me battre avec lui, pour de vrai, en 2016. Je le respecte en tant qu’adversaire et en tant que pilote, mais pour moi, au final, c’est un nom comme un autre, comme Valentino. Ce ne sont que des noms et un seul gagne sur la piste, le plus fort. Je donnerai toujours le meilleur de moi-même. »

De quoi avez-vous besoin pour le battre ?

« Nous avons montré que lorsque nous étions bien concentrés, et lorsque nous faisions tous notre meilleur travail, Marc n’était pas imbattable pour nous. Nous devrons donc toujours être à 100% dans tous les Grands Prix que nous courons.  »

Vous êtes des compatriotes, presque du même âge, vous vous connaissez depuis l’époque des mini-motos. Y a-t-il quelque chose que vous lui enviez ?

« Je l’enviais pour avoir créé sa propre équipe, mais maintenant j’ai la mienne et j’en suis très heureux. Année après année, nous nous sommes fait de plus en plus confiance et maintenant, il y a une atmosphère fantastique dans le stand. Je me sens préparé, et je suis prêt à me battre contre Márquez. »

« Nous avons fait du bon travail. Nous avons bien fait nos devoirs pendant l’hiver et nous sommes prêts. Je suis de plus en plus doué pour le freinage et dès que nous pourrons reprendre l’entraînement, je continuerai à le faire. J’ai hâte de commencer. Il y aura des valeurs très similaires sur la piste cette année et le niveau sera élevé. Je m’attends à un championnat amusant et je ne peux pas attendre plus longtemps. »

Quel est votre point fort en tant que pilote ?

« Dans les situations difficiles, je peux très bien gérer la pression. Je peux rester calme. Je suis plus nerveux quand je joue à la PlayStation ! (rires).

Mais vous avez gagné à Jerez, un succès célébré sur la terrasse chez vous en Andorre, après avoir été deuxième en Autriche. Vous n’êtes pas mal non plus pour les courses virtuelles…

« C’est amusant, c’est une autre façon de rivaliser. S’il y a une autre course, je ne peux pas la manquer. »

Pendant cette interruption forcée due à la pandémie de coronavirus, qu’est-ce qui vous a le plus manqué dans votre vie de pilote ?

« C’est la compétition. Le sentiment que vous ne ressentez que le dimanche, et aussi le fait que vous avez un but. Il est difficile de s’en passer. »

Et quelle est la chose que vous avez découverte que vous aimez en cette période de l’année ?

« La détente, je n’ai pas été aussi détendu depuis de nombreuses années : je me repose sur le canapé, je regarde Netflix, je dors. J’en profite. »

Vous avez 25 ans et vous jouez un rôle de premier plan chez Yamaha : pensez-vous que le moment est venu de faire un bond en avant définitif dans votre carrière ?

« Oui. En tant que pilote, j’ai beaucoup grandi l’année dernière, surtout pour le rôle que Yamaha m’a donné. Je me sens plus important dans le développement de la moto, et surtout pour le constructeur. »

Photos © Yamaha et Maverick Viñales Perso



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP