Il a changé de numéro, on lui a attribué les hommes qu’il voulait dans son équipe, et il a tenu sa langue malgré une Yamaha qui est restée peu ou prou la même… Jusqu’à ce Grand Prix de Catalogne. Ce rendez-vous est à domicile et il est donc sensible. Maverick Viñales est justement un homme à fleur de peau, et il n’a pu laisser fermer plus longtemps la boite à critiques…

Au passage, le personnel qui était à son service dans le box officiel Yamaha, œuvrant à présent au sein d’une structure Petronas, satellite de la firme d’Iwata, où il y a visiblement plus matière à se réjouir, doivent intérieurement sourire… Mais le fait est là. Le cauchemar Viñales se poursuit. Arrivé en tant qu’anti-Márquez, après les premiers succès au guidon de la M1, il a vu lentement les problèmes le submerger en même temps que la M1 déclinait. L’Espagnol n’a remporté qu’une victoire au cours des deux dernières années et quelques podiums, ce qui est vraiment insuffisant pour celui qui est arrivé dans une équipe de pointe pour remporter le titre mondial.

Tel que rapporté par “Marca”, le pilote ibérique a commenté sur sa situation : « c’est un plongeon dans la réalité, rien n’a été amélioré en cinq courses. Nous allons continuer à travailler, le test de lundi est très important pour faire un bond en avant. Comme toujours, je vais essayer de faire de mon mieux, je vais essayer d’être le premier Yamaha et nous verrons ensuite où je vais finir dimanche ».

Viñales termine sur le cas du jeune Quartararo : « dans les résultats, il ne brille pas, peut-être lors des essais, mais la différence est que nous, l’équipe officielle, essayons beaucoup de choses. Ici tu travailles pour l’usine. C’est plus difficile pour nous, mais quand la course arrive, c’est le moment de vérité et on voit tout ».

Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP