Le compatriote de Jack Miller qu’est Mick Doohan a fait un état des lieux du MotoGP actuel sur le site motogp.com en insistant notamment sur l’affirmation d’un Fabio Quartararo qu’il habille du costume de nouveau patron de la catégorie. Australien bon teint, il s’est aussi attardé sur son cadet au pays qui a aussi fait du chemin en Grand Prix puisque le voilà officiel Ducati. Il est rapide puisqu’il compte deux victoires cette année. Cependant, cela ne suffit pas. Son illustre aîné lui donne quelques conseils…

Jack Miller ne démérite pas et il montre aussi un bel état d’esprit d’équipe qui ravit comme rassure ses employeurs Ducati. Cela étant dit, il a tout de même plié devant son équipier Pecco Bagnaia qui a fini par débloquer à son tour son compteur de victoires. Mais l’Italien a fait mieux puisqu’il pointe, à la veille du nouveau Grand Prix à Misano à la seconde place du championnat avec 52 points de retard sur le leader Fabio Quartararo. Pendant ce temps, l’Australien n’est que quatrième du même classement général. Mais où donc s’est faite la différence ?

Son compatriote Mick Doohan l’explique : « il est évident que Jack a beaucoup de talent. Il est rapide et prouve à quel point il est rapide et à quel point il peut contrôler la moto, en particulier sur une piste humide. Mais la constance laisse beaucoup à désirer » dit la légende quintuple champion 500 cc. Il tente ensuite d’expliquer les raisons de ce déficit : « je ne peux pas dire si c’est à cause de son style de pilotage, s’il roule trop agressivement et s’il pousse plus le pneu arrière que les autres pilotes. La dégradation des pneus en MotoGP semble être le point névralgique aujourd’hui ».

Doohan in deep_EP 1_2021

Mick Doohan : “Jack Miller doit juste devenir plus constant

« Son coéquipier a actuellement une longueur d’avance et ce serait bien si Jack pouvait inverser la tendance. Il doit obtenir plus de victoires ou au moins plus de podiums. Il doit essayer d’aller le plus loin possible ». Voilà la feuille de route établie. Mais la méthode pour la respecter y est aussi développée : « pour ce faire, il doit se concentrer sur les domaines qui l’empêchent d’obtenir des résultats plus cohérents ».

Doohan termine : « il s’entend bien avec la Ducati, il était déjà fort sur la Pramac-Ducati, même s’il n’a jamais gagné une course avec. Maintenant, il est passé à la moto d’usine, et nous avons vu dans le passé que certaines personnes ne s’entendaient pas bien avec. C’est différent avec Jack, il peut bien travailler avec. Maintenant, il doit juste devenir plus constant ».

Ce week-end à Misano sera l’occasion pour « Jackass » d’appliquer la recette. On y prévoit du froid et de la pluie. Des conditions qui ont toujours été favorables au jeune australien…

TC_AME_Mir_Miller



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team