En ce vendredi 18 septembre, Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes depuis Misano au terme de la première journée du Grand Prix d’Emilie-Romagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Fabio Quartararo sans la moindre mise en forme, même si la première partie (vouvoiement) est traduite de l’anglais.


Fabio Quartararo : « Les choses se passent très bien car nous avons fait avant tout une très bonne FP2, ce qui était notre objectif principal : nous avons fait un long run supposés faire la course, (l’avant dur et l’arrière médium). Nous avons fait un long run et tous les tours ont été en 1’32 donc je suis très content. Puis nous avons décidé d’attaquer le chrono avec le médium arrière, car je voulais essayer ça. Ce n’était pas si mal et le feeling était bon car j’ai encore un peu de marge avec le tendre. Le médium est très bien mais le tendre a un petit extra pour attaquer le chrono. Je suis donc très heureux d’être là, à moins d’un dixième du premier. Et oui, je suis très impatient d’être à demain pour voir notre potentiel avec le pneu arrière tendre. »

La température semble légèrement plus basse. Est-ce pour cela que vous vous êtes fait une petite chaleur ?

« Pour le moment, les températures de cet après-midi sont exactement les mêmes que la semaine dernière : Il y avait plus de 40° sur la piste. C’est donc la même chose. Ce matin, en regardant les vidéos en slow motion de beaucoup de pilotes, il semble que l’usure des pneus est bien plus grande. Il y avait beaucoup plus de consommation du pneu. Mais cet après-midi, j’étais vraiment heureux car la consommation du pneu était très bonne et notre rythme était très rapide. Nous avons encore différentes choses à améliorer, mais ce matin disons qu’il s’agissait de régularité du pneu. »

Comme la semaine dernière, votre rythme paraît fantastique, mais vous avez connu quelques problèmes lors de la dernière course. Avez-vous travaillé quelque chose de spécifique pour améliorer cela ?

« Oui ! Avant tout, mes départs. Et pour l’instant, je suis très heureux car pendant le test je crois que j’ai fait huit simulations de départ. Et pour la dernière, j’ai essayé une position complètement différente sur la moto pour voir comment ça serait. Et avec cette position complètement différente et une manière différente d’utiliser l’embrayage et la poignée gaz, c’était… Wahou ! Ça paraissait pouvoir être vraiment solide, et c’est quelque chose qui sera très bien pour la course, car sur les quatre simulations de départ que j’ai faites aujourd’hui, trois d’entre elle étaient bien meilleures que la semaine dernière. Je suis donc très heureux de cela et aussi parce qu’il semble que nous avons trouvé un petit plus concernant le rythme. Nous essayons également de trouver quelque chose pour pouvoir doubler plus facilement et je pense nous avons également trouvé un petit quelque chose dans ce domaine. C’était donc très positif aujourd’hui mais je pense que nous devons encore travailler davantage avec les pneus usés car actuellement nous souffrons encore un peu. »

Cet après-midi, il semblerait que vous avez également travaillé avec des éléments essayés lors du test. Est-ce la réalité ?

« Durant le test, nous avons essayé beaucoup de choses, mais le temps entre mardi et aujourd’hui était trop court pour tirer la moindre conclusion, car rien n’était incroyablement mieux entre le test et la moto que nous utilisons. Ce matin, nous avons changé des petits réglages électroniques qui nous aident un peu plus. Donc oui, de petits détails, et nous changerons d’autres petites choses demain car je pense nous pouvons être un peu plus rapides lors de l’attaque du chrono en changeant certaines cartographies. Au final, c’était bien d’avoir fait 106 tours mardi pour voir ce qui était mieux, ce qui était pire et ce qui était similaire. Il était bien de faire ce test car nous n’avons pas fait beaucoup d’essais avec le pilote d’essai, donc j’ai été mon propre pilote d’essais (rires). »

Hier, vous avez dit que vous étiez un peu inquiet à cause des Suzuki. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

« Je ne sais pas quoi dire au sujet des Suzuki (rires) car maintenant, à chaque fois que je parle des Suzuki, tout en transforme en disant que j’ai dit que leur moto était parfaite (rires). Mais honnêtement, oui, je m’inquiète toujours au sujet des Suzuki car je pense qu’ils ont un très bon package : Ils étaient rapides en Autriche et ils sont rapides ici. On dirait qu’on a quelque chose de plus, mais oui, ils seront assurément là dimanche. Il semble que tout ce soit bien passé pour Mir aujourd’hui alors que Rins a peiné un peu davantage, mais ils seront là, comme à chaque fois. »

Vous dîtes que vous avez un peu amélioré la capacité de la moto à doubler les autres. Cela implique-t-il qu’elle a également perdu dans certains domaines ?

« Bien sûr ! Quand vous gagnez dans certains domaines, vous perdez dans d’autres. Pour moi, le plus important est d’essayer de pouvoir doubler plus facilement car je pense que nous devons être trop à la limite en doublant les autres pilotes. Disons que nous avons un peu sacrifié la capacité à tourner de la moto et fait un peu trop surchauffer le freinage, mais nous essayons encore car notre vitesse n’est pas la meilleure. Nous verrons en course quelle sera la situation et comment nous gérerons pour doubler, mais j’espère que je n’aurai à doubler personne (rires) et que je pourrai partir devant, même si cela sera la partie la plus difficile du weekend. Mais le positif est que j’ai réussi à faire de bons départs ce matin et cet après-midi. Après mon rythme, je pense c’est la chose dont je suis le plus satisfait aujourd’hui, mes simulations de départ. »

Demain, allez-vous vous concentrer sur votre rythme de course ou allez-vous également vous battre pour le chrono ?

« Bien sûr, j’ai planifié de faire une attaque de chrono en FP3 mais je travaillerai principalement sur le rythme à la fin pour essayer de trouver quelque chose de plus. Au final, nous savons que si tout est OK, nous sommes déjà en sécurité pour passer en Q2. Tout le monde est très proche mais ce serait étrange que plus de sept pilotes fassent mieux que 1’31.6. Je pense que tout le monde sera en 131 mais je pense que notre position est déjà assez sécurisée. Pas à 100 %, mais nous verrons notre potentiel avec le pneu tendre demain matin. Nous verrons bien. Je suis assez confiant et nous avons quelque chose de nouveaux à essayer demain matin. Pas de nouvelles pièces mais juste des réglages sur la moto. »

Depuis le début de saison, tu étais le leader. Tu étais donc le chassé et tu te retrouves maintenant le chasseur. Est-ce que ça change quelque chose dans ton approche de la course ?

« Non, non. J’ai exactement le même feeling. Je pense que le plus important, c’est de montrer qu’on a le rythme, de montrer qu’on est là et qu’on se bat pour la victoire. Je pense que l’autre jour, on l’a bien montré. Mon objectif numéro un, c’est d’essayer de faire une première ligne et un bon départ, et de ne pas perdre de positions. Ensuite, ce sera à moi de faire le job. J’ai fait des erreurs la semaine dernière et il ne faudra pas les refaire cette semaine. Comme je l’ai dit, il faut que je sois prêt pour la qualif, et faire le meilleur que je puisse faire. Mais je me sens bien, j’ai un bon rythme, donc ça ira. »

Classement FP1/FP2 du Grand Prix d’Emilie-Romagne MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team