Ce dimanche 24 octobre 2021, Joan Mir a répondu aux questions des journalistes depuis le Misano World Circuit Marco Simoncelli, à l’issue du Gran Premio Nolan del Made in Italy e dell’Emilia-Romagna.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui est parti à la faute en course, emportant avec lui Danilo Petrucci sans que ce dernier n’ait eu l’air de lui en tenir rigueur.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Joan Mir sans la moindre mise en forme.


 

Joan, cette course ne restera pas dans les annales pour vous. Quel est votre sentiment après celle-ci ?

« Franchement ce fut un weekend difficile, et le finir comme cela c’est très dur à avaler. J’ai commis un départ anticipé, car j’avais des doutes sur le bon usage du launch control à l’extinction des feux. Le début de course n’a vraiment pas été simple, surtout depuis ma 18e place sur la grille. »

« Je tiens à m’excuser auprès de l’équipe, car l’erreur est complètement de ma faute en course. Je n’ai pas su gérer la situation, et je ne suis pas content de moi. Mais nous allons devoir analyser le weekend en profondeur pour bien comprendre déjà pourquoi nous avons dû prendre le départ depuis la 18e place, c’est une première chose. »

« Je suis assez frustré, mais le plus important pour l’instant est de féliciter Fabio Quartararo pour son titre. Je suis bien sûr triste car je n’ai pas réussi à enchaîner sur un deuxième sacre d’affilée, mais lui le mérite totalement. Il a été le meilleur cette saison, et de loin, donc bravo à lui et à Yamaha. »

Avez-vous été surpris après votre accrochage avec Danilo Petrucci de le voir venir vous serrer dans ses bras plutôt que de vous en coller une ? C’était plutôt positif d’assister à cette scène après un accident comme celui-ci…

« Quand j’ai essayé de dépasser Danilo, ce n’était pas une manœuvre de dingue. C’était dans un virage à gauche, mais le fait est que ce weekend, il fallait faire attention aux températures dans les pneus, notamment sur leur flanc gauche en début de course. Quand j’ai changé de direction j’ai tout simplement perdu l’avant, mais il était évident que ce n’était pas une attaque très agressive, et c’est pourquoi Danilo ne m’en a pas voulu après-coup. »

« Je tiens néanmoins à m’excuser auprès de lui, car ce n’est clairement pas le genre de choses que je souhaite faire. Je dois aussi dire qu’en partant depuis la 18e place sur la grille, la motogp est une autre machine, parce que tous les pilotes se coupent les trajectoires et c’est un peu la folie. Je suis content que Danilo ne se soit pas blessé, et bien sûr je n’ai pas fait cela sciemment. »

“Mon dépassement sur Danilo, ce n’était pas une manœuvre de dingue”

 

 

Il semble que vous ayez souffert de davantage de pression lors des dernières courses, car il était devenu évident qu’il y allait avoir un nouveau Champion du monde, et que ce ne serait pas vous. Mais peut-être que maintenant que la chose est faite vous pouvez résolument passer à autre chose, et notamment préparer 2022 de façon plus libérée ?

« Ce n’est pas vraiment une histoire de pression supplémentaire, mais le fait de revenir d’Austin avec un mauvais résultat et de mauvaises sensations qui a été dur à encaisser, alors que nous sortions d’un milieu de saison plutôt prometteur. »

« Ici à Misano, je suis très content des progrès que nous avons réalisés sur le mouillé. J’ai été constamment dans le coup sous la pluie, mais le problème est qu’à la fois lors des FP2 et des FP3, sitôt que la piste se mettait à s’assécher nous avons eu de nombreux problèmes. Cela a vraiment été le point noir ce weekend, et c’est ce que nous devons comprendre pour pouvoir progresser de nouveau, car nous ne savons pas quelle météo il va faire à Portimão et encore moins à Valence. »

 

MotoGP – Misano-2 – Résultats Course :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar