Joan Mir a marqué les esprits dans ce Grand Prix d’Emilie Romagne. De façon probante, il a confirmé qu’il était sur la pente ascendante. Depuis Jerez, il a marqué 45 points de plus que Fabio Quartararo. Il s’abonne au podium en faisant des remontrées solides. Second ce dimanche à Misano, il pointe maintenant à quatre points du leader du championnat Dovizioso. Et au guidon d’une Suzuki que l’on dit la plus homogène des motos du plateau. Pour peu, on en oublierait presque que son équipier s’appelle Alex Rins…

Alex Rins compte deux victoires en Grand Prix et Joan Mir encore aucune. Mais à ce stade de la saison, on fait comme si. Il est l’homme fort sur la GSX-RR et un vrai candidat au titre cette année, même s’il s’en défend : « ce n’est pas le moment de penser au titre maintenant. Il y a encore de nombreuses courses. Nous sommes juste au milieu de la saison » tempère le Champion du Monde Moto3 2017. « Les quatre premiers sont désormais légèrement en avance sur les autres après la course d’aujourd’hui. Nous devons prendre cela positivement. Nous continuons à nous battre avec ces gars maintenant. Le championnat est encore long ».

« On sera encore meilleur à Barcelone »

Sur sa course et son parcours depuis quelques Grands Prix, il ajoute : « il y a eu un moment où je ne savais pas si les gars devant moi pouvaient me rattraper. Mais ensuite, ils se sont calmés et j’ai pu gagner plusieurs dixièmes par tour », a commenté Mir. « Le deuxième podium consécutif est formidable pour moi. Si quelqu’un m’avait dit ça avant, j’aurais dit qu’il était fou. L’année dernière, je n’ai souvent pas vu le bout du tunnel, ce fut une année difficile pour moi ».

« À Spielberg, nous avons fait un pas en avant. C’était extrême ici. Tout le monde a fait beaucoup de tours et l’adhérence était bonne pour tout le monde. Je m’attends à être plus proche de l’avant de la grille en qualifications à Barcelone qu’ici à Misano » prévient l’Espagnol. ​ « Sur le papier, je m’attends à ce que la Suzuki soit encore meilleure qu’en Autriche et ici à Misano. Mais cette année avec les différents pneus, on ne sait jamais. Nous n’en saurons que plus sur notre situation dans le FP1. Vous ne pouvez rien prévoir cette année ». Mais il faut maintenant compter sur Joan Mir

MotoGP Misano 2 J3 : classement

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar