On a souvent retrouvé sur une grille de départ deux frères, les plus récents en catégorie MotoGP étant Pol et Aleix Espargaró. Ils sont rejoints cette année par Marc et Álex Márquez, coéquipiers au sein de l’équipe officielle Honda Repsol.

Voici le point de vue du plus jeune des deux frères Espargaró, en commençant par ce qu’il pense d’« El Diablo ».

Quartararo, après une première année sans attentes, est maintenant un pilote officiel. Va-t-il changer d’attitude ? Et sera-t-il le prochain Champion du Monde ?

« C’est possible, c’est un pilote très fort, il est jeune, il a faim, il n’a peur de rien et il est dans une grande équipe. Mais sa tâche sera désormais difficile, car il n’est pas facile de sélectionner le nouveau matériel à monter sur la moto et d’aller vite. Il va probablement faire des erreurs et il va devoir maintenant faire travailler sa tête pour le développement, pour gérer la pression, pour obtenir des résultats. Maintenant, il y a tout cela et vous devez le comparer avec deux pilotes de haut niveau comme Viñales et Rossi, ce ne sera pas facile.

Vous courez avec votre frère en MotoGP depuis quelques années, mais Marc et Álex sont dans une situation différente, ils sont dans la même équipe. N’est-ce pas risqué, aussi parce que la Honda n’est pas une moto facile ?

« Ce sera difficile pour les deux, et pas seulement pour Álex. Álex en est à sa première année, sur une moto difficile, en plus de tout cela, il va rouler aux côtés de son frère, qu’il connaît bien sûr très bien, mais il y a une rivalité particulière avec son frère. »

« Je n’aime pas rouler avec mon frère en MotoGP, imaginez dans la même équipe, je n’aimerais pas ça du tout. Et puis son coéquipier est le meilleur pilote du championnat, c’est une situation très difficile pour Álex, mais aussi pour Marc, qui aimerait voir son frère réussir sur la Honda officielle. À mon avis, il sera difficile de se débrouiller, mais ils ont un bon patron comme Alberto Puig qui sait ce qu’il faut faire. Ils feront sûrement bien, je suis curieux. »

Comment se passe la rivalité entre deux frères ?

« C’est risqué, parce qu’ils sont très proches comme frères, c’est une très bonne chose, ils sont toujours ensemble à la maison, ils s’entraînent ensemble. Cela rend les choses encore plus compliquées, car si Álex fait septième ou huitième, ce serait un bon résultat, mais si Marc fait premier, ce n’est plus le cas. »

« Ils doivent se battre d’égal à égal dans toutes les courses, avec la même moto, ce qui augmentera la rivalité. Ils devront être bons, comme nous le sommes, nous les frères Espargaró, pour oublier la rivalité afin de continuer à avoir une relation normale à l’extérieur. Ce n’est pas facile parce qu’il faut faire un effort. »

Que voulez-vous dire par là ?

« Il y a des moments où je suis avec mon frère et il y a des émotions que vous ne pouvez pas défaire, vous n’êtes pas complètement à l’aise. Cela prend du temps, il faut se parler, même si nous avons la chance d’avoir des enfants, c’est une excuse pour se voir quand les choses ne sont pas très heureuses. Mais ce sera difficile, parce que les gens ne savent pas à quel point la rivalité est grande en MotoGP, et si vous avez un frère dans la même catégorie ou dans la même équipe, ce sera difficile, je n’aurais jamais voulu cela. »

Selon vous, qui sera la révélation du Championnat du monde ?

« A mon avis, la révélation sera Suzuki, jamais vue aussi compétitive. Ils sont allés vite dans toutes les conditions, je les aime vraiment en tant qu’équipe et la moto fonctionne bien, surtout quand il y a moins d’adhérence. »

« Les nuits au Qatar, lorsque l’humidité augmentait, elles allaient très vite. Les roulages se sont toujours déroulés à un rythme soutenu. Quartararo n’a pas été aussi compétitif que l’année dernière, notamment parce qu’il est maintenant un pilote officiel et qu’en tant que tel, il commence à essayer beaucoup de nouvelles pièces, ce qui complique les choses. Viñales a été très fort, il faut toujours considérer Rossi et puis Dovizioso, qui se cache toujours mais qui se bat pour la victoire en course. »

Avez-vous été surpris lorsque Yamaha a passé les contrats avec Viñales et Quartararo et non Rossi ?

« Yamaha doit se tourner vers l’avenir, se concentrer sur ce qu’ils feront dans les années à venir. Le présent, c’est Valentino, il est toujours aussi fort, c’est une force de marketing, il a une énorme popularité. »

« Mais Yamaha veut gagner en se concentrant sur les jeunes comme l’ont fait toutes les équipes, Ducati avec Bagnaia, Honda avec Alex Marquez, Yamaha avec Quartararo, Suzuki avec Mir, KTM avec Binder. Tout le monde veut de jeunes talents pour l’avenir, Yamaha a bien fait de fermer tout le marché en trois jours. »

Que pensez-vous de Zarco ? Était-ce une erreur de quitter à la mi-saison, même à la lumière des améliorations que vous apportez ?

« A mon avis, oui, Zarco avait placé ses attentes trop haut avec KTM. Probablement qu’en voyant les résultats que Smith et moi obtenions, il pensait qu’il était beaucoup plus fort que nous et qu’il valait mieux que nous. »

Que se passe-t-il maintenant ? Avez-vous des idées sur les programmes de travail ?

« Nous avons commencé la saison il y a deux mois au Qatar, mais pour l’instant il n’y a pas de course, donc il ne sert à rien de se préparer intensivement. Nous devons être calmes, penser au fait que ce sont des vacances, mais nous devons rester en forme. Je m’entraîne le matin, pas trop dur, mais il est important de ne pas perdre le travail effectué en hiver pour se préparer à la première course. »

C’est dommage car KTM et Aprilia semblent avoir fait un pas en avant cet hiver, mais on ne peut pas le montrer sur la piste.

« C’est dommage car nous nous sommes beaucoup améliorés, nous avons fait un grand pas en avant. J’étais sûr que lorsque nous serions en Europe, nous serions vraiment forts. »

« Maintenant, nous sommes tous encore là, nous, l’Aprilia, la Yamaha, la Honda, la Ducati et la Suzuki, nous allons tous repartir de zéro. Le département course de KTM est fermé. Nous reprendrons là où nous nous sommes arrêtés. »

Vous êtes un peu comme le capitaine de KTM, vous êtes là depuis plusieurs années, le progrès est venu grâce à votre travail. Avez-vous l’intention de poursuivre ce projet ? Quels objectifs vous êtes-vous fixés avec cette moto ?

« C’est une situation compliquée pour des gens comme moi qui n’ont pas de contrat pour l’année prochaine, nous allons terminer la saison très tard et nous devrons attendre le contrat. »

« Je suis heureux d’être chez KTM, cette année les ingénieurs ont beaucoup travaillé, surtout sur l’aérodynamique parce que nous étions un peu en retard, le moteur est plus puissant, l’électronique a été améliorée comme le nouveau châssis. Nous avons un bon ensemble. Nous devons commencer à être devant, car au début de cette aventure, nous étions toujours derrière, mais nous nous sommes améliorés. Cette année, nous devons faire de bons résultats pour voir si ma place est ici ou dans une autre équipe. »

Avez-vous eu des contacts avec d’autres équipes ?

« Nous parlons à toutes les équipes, pour comprendre quelles sont les intentions de chacun pour l’année prochaine. Je dois dire que ma priorité est de rester chez KTM et de voir quels résultats nous aurons, de voir s’ils sont aussi bons que je l’espère, de comprendre ce qu’il faut faire de ma carrière. »

« J’ai 28 ans et c’est un moment crucial dans ma carrière car les jeunes comme Quartararo arrivent vite. Il n’est pas facile d’être devant avec une moto qui n’est pas au sommet. »

Source : Sport.sky.it

Photos © Motogp.com / Dorna, Sebas Romero pour KTM



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro, Alex Marquez, Fabio Quartararo, Marc Marquez, Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP, Repsol Honda Team