En ce dimanche 18 avril 2021, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Portimão au terme d’un Grand Prix du Portugal qui l’a vu chuter alors qu’il se battait pour un troisième podium consécutif.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si les premières réponses sont traduites de l’anglais (vouvoiement).


Johann Zarco : « Bien sûr, je suis un peu déçu, mais c’est toujours facile à dire qu’il aurait mieux valu ramener quelques points que de chuter. Je pensais avoir commis une petite erreur. Je pensais de cette façon quand j’ai chuté car j’ai fait une erreur au rétrogradage, mais nous avons analysé et nous avions également un petit problème avec la boîte de vitesses à cet instant. C’est pourquoi je n’ai pas eu la bonne vitesse au bon moment, et c’était critique dans cette zone du freinage. C’est donc la première chose qui m’aide à ne pas être trop déçu et à mieux comprendre pourquoi j’ai chuté. La deuxième chose, c’est le pneu avant qui n’était pas très joli. Il n’était pas parfait et c’est aussi peut-être pourquoi garder ce rythme était un peu difficile. Ce rythme sous les 40 était difficile pour moi et demandait beaucoup d’énergie. Quand Pecco m’a doublé, j’étais plutôt satisfait car j’ai pensé pouvoir avoir un peu plus d’air et de contrôle, car j’avais passé beaucoup de tours devant Mir en essayant de rattraper Fabio. Si j’avais pu rattraper Fabio, j’aurais eu un bon écart avec le gars derrière. J’ai donc beaucoup attaqué mais je pense qu’il me manquait quelques dixièmes aujourd’hui. Je n’étais pas à l’aise partout, donc je devais utiliser un peu plus d’énergie pour compenser cela, et la course devient alors plus difficile. Mais même dans ces conditions, j’étais là à me battre pour le podium, et c’est positif. L’avantage en ligne droite est très important et je savais que je pouvais faire la différence en haut de la bosse de la ligne droite. Cela faisait plaisir de bien utiliser cela et c’était très bien de bien voir comment Mir pilotait. Rins et Fabio se sont échappés et il aurait été difficile de rester avec eux. Et je le répète, j’espérais vraiment pouvoir rester derrière Pecco, mais j’ai commis mon erreur presque immédiatement après qu’il m’ait doublé. »

Il semble que de toutes façons vous auriez peut-être eu du mal à conserver le podium. Avez-vous été surpris que votre rythme soit peut-être un peu moins rapide que ce qu’il était durant ce weekend ?

« Je pense que le rythme était très fort. Nous attendions un rythme plus lent que celui-ci. »

Je voulais dire, comparé à Fabio et aux Suzuki…

« Non, pour moi, ce rythme sous les 40 est quelque chose qui… Nous avons fait un bon pas entre vendredi et samedi et je pense que nous aurions dû trouver un cran supplémentaire entre samedi et dimanche. Nous ne l’avons pas fait et nous nous sommes davantage adaptés aux conditions, mais il nous manquait un peu de vitesse. Quand Rins et Fabio se sont échappés, je me battais avec Mir : Je le doublais avec quelques erreurs, et il me repassait. C’était bien, mais cela n’aidait pas à rester avec eux ! Même si j’avais raté le podium après que Pecco m’a doublé, cela n’aurait pas été un drame : Même sur la moto, j’ai essayé d’y penser et d’analyser, et ce n’était pas un gros souci. Mais la chute n’a pas eu lieu à cause de ça, c’était quelque chose d’autre. »

Concernant la raison de la chute, vous êtes-vous retrouvé avec un faux point mort dans la boîte de vitesses ?

« Non, je ne suis pas passé au point mort. Au lieu de la deuxième vitesse, j’ai simplement eu la première vitesse alors que je freinais avec beaucoup d’angle, et j’ai donc eu un peu plus de frein moteur. Et comme le pneu avant n’était également pas très joli du côté droit, il n’a pas supporté de glisser, et c’est pourquoi j’ai immédiatement chuté. Nous n’avons jamais rencontré ce problème mais peut-être qu’en faisant beaucoup de tours, cet (?) n’est pas facile. Comme je le dis, il me manquait quelques dixièmes aujourd’hui et peut-être que j’attaquais un petit peu trop pour rester avec les autres. Alors peut-être que les changements de vitesse n’étaient pas aussi propres qu’ils auraient dû être. Je pense que c’est aussi une raison. »

Tu dis que tu as fait une erreur. Mais ton erreur est plus ce problème de rétrogradage ou le fait d’avoir voulu rester avec eux alors qu’il te manquait quelques dixièmes pour le faire ?

« Quand je parle d’erreur, c’est parce que quand j’ai rétrogradé mes deux rapports je me suis retrouvé en première. Pour moi, l’erreur était parce que je n’avais pas bien mis la quatrième avant. Mais après le team m’a bien rassuré en disant que j’avais correctement mis la quatrième et que j’avais fait le virage précédant en quatrième. Mais avec notre système seamless, elle ne s’était peut-être pas si bien enclenchée, et au moment de rétrograder, la troisième était déjà revenue, et donc j’ai fait le mouvement automatique de rétrograder deux rapports, ce qui m’a mis en première. Donc on va dire qu’en fait là où je pensais peut-être avoir fait une erreur en amont, ils m’ont rassuré en disant “non, ça nous est déjà arrivé ce petit souci avec d’autres pilotes avant”. Voilà, des fois tu peux tomber dessus. Donc un peu de malchance, mais même dans cette malchance, l’analyse est qu’on était un poil trop vite. Et vouloir rester sur le podium, après je suis en course et je le tente ! Parce que quand tu vois l’avantage que tu as en ligne droite, tu essaies toujours quand même de pouvoir gérer tout au long du circuit pour pouvoir garder cet avantage en ligne droite. Malheureusement, il y a eu la chute avant, mais je pense que je n’étais pas trop en stress de rater le podium. Mais quand j’ai vu que c’était Bagnaia qui me rattrapait, ça ne m’inquiétait pas car c’était pour moi une bonne chose, ça aurait pu mettre cet intermédiaire avec Mir : Peut-être que si je copiais un peu plus le style de Bagnaia, ça me redonnait un peu d’air et on lâchait Mir. J’avais plus ça en tête et je n’étais pas stressé de perdre le podium. Je ne pense pas. »

Depuis que tu es en MotoGP, tu te bats pour obtenir une victoire ou un podium, mais là c’était la première fois où tu menais le championnat : vas-tu être obligé de revoir ta stratégie ?

« Possible oui ! Après, on dit toujours ” soit intelligent, la saison est longue “. Quand tu es par terre, c’est mieux de dire que même si je terminais sixième, ça faisait 10 points. J’en avais 50 au championnat et on continue à avancer. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça. Moi, je suis encore pour pouvoir avoir la vitesse car tout le monde va très vite, et dans tous les cas donner le max. J’ai encore des steps à passer pour trouver encore plus de confort sur la moto et aller encore plus vite ! Je vais donc pousser dans cette direction et c’est après, en course, que l’on analyse si l’option de gagner ou d’avoir un podium est là. Je pense que le moment où il faut assurer, oui, c’est pendant la course. Comme là : je profite de ma première ligne, je pars en tête, on ne va pas très vite mais au moins je suis en tête et j’attends qu’on me double pour voir un peu la force des autres pilotes. Ça paraît simple comme ça mais finalement j’ai vu que ce rythme en dessous des 40, si je le voulais il fallait y mettre beaucoup d’énergie qui, après, rend la course plus difficile. Donc oui, il faudra assurer dans d’autres moments. Aujourd’hui ça aurait pu être moment comme ça, mais il y a eu cette erreur qui finalement n’est pas complètement une erreur. On va dire qu’il y a eu un petit peu de malchance et que tout ne s’est pas bien combiné. »

A suivre…

Classement du Grand Prix du Portugal MotoGP à Portimão : 

Crédit classements et photo: MotoGP.com

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing