La décision de Viñales de quitter prématurément Yamaha continue à faire débat et à alimenter les conversations y compris parmi les anciennes gloires. Les derniers arguments en date ont été développés séparément par Kevin Schwantz et par Jorge Lorenzo, mais autour de la même certitude : l’Espagnol a fui un Fabio Quartararo qui l’a privé, d’un coup d’un seul, de lumière chez Yamaha…

Si Cal Crutchlow en quittant Ducati avant la fin de son contrat et Johann Zarco en déménageant de KTM avant le terme de son bail sont sortis grandis d’un tel acte d’indépendance et de volonté, il n’est pas sûr que Viñales, qui a provoqué une rupture conventionnelle avec Yamaha, prenne la même dimension. Ce serait même un tantinet le contraire…

Kevin Schwantz et Jorge Lorenzo interprètent ainsi l’initiative de l’Espagnol comme un aveu d’impuissance, une capitulation en rase campagne face à son équipier tout juste installé Fabio Quartararo. Et il est vrai que l’arrivée du Français a fait mal. Ainsi, Viñales a remporté huit courses MotoGP pour Yamaha en quatre ans et demi et, Quartararo sept en onze mois. Viñales a aussi mobilisé trois chefs d’équipe chez Yamaha en deux ans et demi.

En tant que consultant Suzuki, Kevin Schwantz a bien connu Viñales en 2015 et 2016. Que dit le Texan sur le comportement de l’actuel sixième du championnat du monde ? « Le voir à la dernière place avec l’usine Yamaha en Allemagne alors que Fabio Quartararo terminait troisième de la course était incroyable. Avec une Yamaha d’usine ! Et une semaine plus tard, il était le plus rapide à chaque session à Assen, il a obtenu la pole position et n’a été battu que par Fabio en course », rappelle Schwantz sur Speedweek.

Viñales

Schwantz sur Viñales : “il ne suffit pas d’être un bon pilote, il faut aussi être fort dans sa tête”

« Les deux pilotes d’usine Yamaha étaient plus rapides que tout le monde à Assen et avec une nette marge » poursuit l’Américain qui signale aussitôt : « une moto ne passe pas d’une machine de dernière place à une moto gagnante en une semaine. Il peut passer de la cinquième ou sixième place à la première place. Mais une moto de course ne peut pas être si loin en quelques jours et devenir si compétitive. Fabio l’a montré. Il a terminé troisième en Allemagne et premier aux Pays-Bas. Bien sûr, l’écart dans le peloton est plus étroit aujourd’hui que jamais. Donc, si vous passez une mauvaise journée, vous pouvez perdre trois ou quatre dixièmes. Mais alors tu ne recules pas de 20 places ».

Sur cette base, il fait sa démonstration qui nous ramène à l’homme : « il ne suffit pas d’être un bon pilote de course en MotoGP », souligne le retraité âgé de 57 ans. « Il faut aussi être fort dans sa tête. Si le gars à côté de vous gagne et mène le championnat, vous pouvez facilement devenir triste ou découragé. Ensuite, vous vous sentez brisé et battu. Mais vous devez toujours vous concentrer sur votre travail, en tirer le meilleur parti et faire de votre mieux jusqu’à la fin de l’année ».

Un Viñales dilué par le tourbillon Quartararo est aussi une piste suivie par Jorge Lorenzo. Il dit sur GPOne : « Maverick a tout donné pour gagner avec Yamaha, mais pour une raison ou une autre il n’a pas réussi. C’est sûr qu’avoir un coéquipier comme Quartararo, qui est généralement devant lui, n’est pas facile à gérer d’un point de vue psychologique et je pense que cela a beaucoup pesé pour lui. Il pense certainement qu’il est un pilote capable de remporter le championnat et il a essayé pendant de nombreuses années avec Yamaha. Il a échoué pour une raison quelconque et maintenant il veut essayer une autre route. J’ai fait ça aussi dans le passé et je lui souhaite le meilleur ».

Viñales



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP