Pedro Acosta a beau semblé marquer le pas dans son championnat après les deux derniers Grands Prix, il n’en reste pas moins celui qui est la grande révélation du Moto3 cette saison. Il est au centre de toutes les négociations et la vedette de tous les projets, à tel point qu’on ne l’imagine pas faire une seconde année dans la catégorie d’entrée des Grands Prix. Le Moto2 lui est pratiquement garanti alors que tout reste à faire dans son actuelle course a titre. Le jeune espagnol d’à peine 17 ans est aussi affublé de toutes les qualités. Mieux : à écouter Rossi père et son team manager Aki Ajo, il serait la redoutable synthèse de deux pilotes encore en activité et entré de leur vivant dans la légende…

Quoi de plus valorisant que d’être présenté comme une sorte de synthèse entre Valentino Rossi et Marc Marquez ? Soit ce qui s’est fait de mieux comme pilote moto ces dernières décennies ? Un honneur accordé, mais aussi une sacrée pression mise sur les épaules de Pedro Acosta, dont le nom était juste connu des initiés au début de cet exercice 2021.

Depuis que cette campagne a commencé, ce fils de pêcheur s’est affirmé comme le gros poisson à prendre. Bien que KTM l’ait dans ses filets, la VR46 travaille à l’appâter. Il faut dire qu’il rappelle des bons souvenirs si l’on en croit Graziano Rossi, père de Vale : « il ressemble beaucoup à Vale dans son approche » dit-il.  « Même lorsque Vale est arrivé en 125, il y avait beaucoup de pilotes expérimentés et rapides. Et comme Valentino, Acosta a aussi le même naturel, la même aisance, comme le contrôle de la moto. C’est vrai, que pour ça, il lui ressemble, Acosta ne la roule pas comme les autres, il fait faire à la moto ce qu’il veut ».

De son côté, son team manager Aki Ajo lutte pour que son phénomène ne se sombre pas au chant des sirènes… « Parfois ces bonnes années sortent, mais il est encore trop tôt pour croire que ce sera comme ça toute la saison, donc il faut continuer à travailler » dit le sage finlandais qui rappelle qu’il a déjà connu ce type de saison faste : « peut-être 2016. Voyons si ça continue ». Une année au cours de laquelle il a remporté deux titres mondiaux avec Johann Zarco en Moto2 et un tout jeune Brad Binder en Moto3.

Graziano

« Pedro Acosta a des choses de Marc Márquez, même si elles sont différentes »

Cependant, Ajo peut être fier de Pedro Acosta. Le Murcien est déjà considéré comme le pilote révélation de la saison et s’il ne veut pas le porter aux nues au risque de lui nuire, il ne peut s’empêcher de le comparer à un de ses jeunes pilotes du passé, et pas n’importe lequel… « C’est un pilote différent, c’est clair, et c’est vrai qu’il a des choses de Marc Márquez, même si elles sont différentes. En quoi se ressemblent-ils ? Ils ont la capacité d’apprendre beaucoup et vite malgré leur jeunesse ». Puis il se reprend : « mais ils sont très jeunes et il faut attendre ».

Beaucoup tiennent le passage de l’Espagnol au Moto2 pour acquis après cette saison, et pas forcément sous les couleurs de KTM… Une information qu’Aki Ajo lui-même ne veut pas confirmer mais il laisse la porte ouverte. « Il est trop tôt pour dire si Pedro doit monter en Moto2 la saison prochaine.  Il faut y aller étape par étape et sans précipitation. On verra ». Certes, mais Pedro Acosta a déjà brûlé quelques-unes de ces fameuses étapes, et le paddock MotoGP ne demande qu’à lui ouvrir toutes les portes.

Propriétaire de l'équipe Aki Ajo



Tous les articles sur les Pilotes : Pedro Acosta

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo, SKY Racing Team VR46