C’est à croire que Pol Espargaró aime bien les situations conflictuelles. Après l’Autriche, il s’était fait froidement tancer par son patron Alberto Puig sur son potentiel perdu. Au début du meeting à Silverstone, il s’est fait houspiller par son frère Aleix qui l’a trouvé étourdi sur sa trajectoire en plein tour rapide… Mais Pol aime être sur des charbons ardents car le voilà ce samedi soir carrément en pole position du Grand Prix de Grande Bretagne. Et lorsqu’il explique ce revirement, il ne parle pas de technique, mais bel et bien de son état d’esprit…

Pol Espargaró a presque connu une trajectoire à la Viñales entre deux Grands Prix, soit celui d’Autriche et de Grande Bretagne en ce qui le concerne, mais l’officiel Honda ne le fait pas exprès. Une situation qui pose question sur la friabilité de son mental, mais qui révèle que lorsque tout est en ordre dans la tête, le cadet d’Aleix est redoutable. Sur sa performance au terme des qualifications, il commente : « je n’arrive toujours pas à y croire. Je suis passé de l’un des moments les plus critiques de ma carrière le week-end dernier, en Autriche, où je ne comprenais rien, je n’avais aucune adhérence, je n’avais pas de traction, je ne pouvais pas conduire la moto, à l’euphorie et à l’extase complètes ».

« Ce sont des sensations très opposées et c’est difficile à comprendre. Il s’est passé des choses qui m’ont motivé à nouveau et qui obtiennent ce petit plus et cette étincelle que j’ai à l’intérieur et qui ne sort pas toujours » expose-t-il. Et cette combustion interne redécouverte, il reconnait qu’il la doit au remontage de bretelles d’Alberto Puig : « ce qui se passe après une défaite comme celle de l’Autriche, c’est la tristesse, qui laisse place à la colère et si cela vous permet de l’aborder de manière productive, les choses s’améliorent. Ce week-end Alberto Puig est revenu et avant-hier nous parlions. Il m’a donné un discours de motivation qui m’a été utile. Il y avait en partie de la colère, parce qu’il croit en moi et croit que je peux bien le faire. Il m’a dit que je ne profitais pas au maximum de ce que je pouvais obtenir et, finalement, de me concentrer davantage. Finalement, une touche d’attention suffit pour que les choses se passent mieux. Sa présence ici m’a beaucoup aidé ».

Pol Espargaró est le poleman de Silverstone

Pol Espargaró : “une touche d’attention suffit pour que les choses se passent mieux

Il précise aussi : « sans aucun doute, la piste me convient bien. C’est agressif, avec des températures basses, l’asphalte a de l’adhérence. Cela couvre beaucoup de problèmes de notre moto. Quand il y a de l’adhérence, tous les problèmes disparaissent un peu. C’est la même chose que lorsque vous mettez un pneu tendre. L’adhérence que nous avons ici est un peu extrême par rapport à l’Autriche et c’est quelque chose que j’adore. Avec cette adhérence, je suis capable de réaliser de bonnes choses, de grandes choses, et je me sens très à l’aise de rouler. C’est ainsi que s’est déroulé tout le week-end jusqu’à présent ».

Jusqu’à présent en effet, mais il reste l’essentiel : la course de dimanche. La victoire y est-elle envisageable ? « Pour le moment, je vais profiter de cette journée que j’ai célébrée comme si c’était une victoire. On verra. Partir dans les premières positions permet d’avoir une course plus sereine, de ne pas se demander si vous êtes dépassé par celui que vous devez à nouveau doubler pour que ceux qui précèdent ne vous échappent pas. Après tant de mauvais moments, pouvoir profiter un peu, c’est bien ».

La stratégie de course serait donc la suivante : « en partant devant, il faut valoriser un peu plus la stratégie et penser à se battre aussi dans les derniers tours, mais maintenant le plus important c’est de se reposer, de savourer cette victoire et demain on y retournera à nouveau ».

Pol Espargaró

MotoGP Silverstone J2 : qualifications

Silverstone

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team