En remportant le titre mondial en 2020, Joan Mir s’est également octroyé le droit de porter le numéro 1 la saison suivante. Le pilote Suzuki a finalement choisi de conserver son numéro 36 sur sa GSX-RR, mais a inclus le numéro 1 dans un nouvel autocollant.

On retrouve donc celui-ci à la fois sur sa moto et sur le casque AGV Pista GP RR Winter Test qu’il a inauguré lors des premiers essais hivernaux au Qatar, mais encore fallait-il défendre ce numéro leader sur la piste, et c’est à quoi s’est employé le champion du monde 2020 ce samedi.

Sans aucune pression, puisque le but de cette première journée sur le circuit de Losail était avant tout de retrouver ses sensations et ses marques malgré le vent et la poussière sablonneuse qui caractérisait hier la piste qatari, comme l’a indiqué le directeur technique Ken Kawauchi : « Notre programme était principalement destiné à permettre aux pilotes de retrouver leurs sensations, et nous avons également vérifié de nombreux petits éléments. Les deux pilotes ont trouvé leur rythme rapidement, et j’en suis très heureux. Demain, nous allons essayer d’autres choses, comme comparer les spécifications du moteur et travailler sur le châssis. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui a été une bonne journée d’ouverture et je suis satisfait des progrès réalisés. »

La satisfaction peut effectivement être de mise puisqu’au terme de cette première journée de retrouvailles, Joan Mir a bouclé un total de 45 tours avec un meilleur temps de 1’54.980, ce qui le positionne à la 3ème place de la hiérarchie provisoire. Il a déclaré se sentir à l’aise dès le début de la séance, ce qui lui a permis de travailler sur de petits ajustements dans les réglages afin d’améliorer l’ensemble de la base avant la deuxième journée d’essais du lendemain. Le pilote d’Hamamatsu a travaillé dans les domaines du châssis, de la suspension et de l’électronique.

Joan Mir : « En remontant sur la moto, mon feeling a été bon, et je suis content parce qu’il est important d’être compétitif le plus tôt possible. J’ai pu travailler sur la moto et les réglages parce que je me sentais déjà assez à l’aise. Nous avons essayé de nouvelles choses et nous avons atteint notre objectif pour aujourd’hui. Monter sur la moto et rouler à pleine vitesse est la meilleure façon de se remettre en selle. La moto est un animal et c’est difficile quand on n’a pas roulé pendant quelques mois parce que le corps n’y est pas habitué, mais ça fait du bien ! J’ai hâte d’être à demain et de poursuivre notre travail. »

Parallèlement, les pilotes d’essai de l’équipe Suzuki Ecstar, Sylvain Guintoli et Takuya Tsuda, ont pu rouler sur leur moto un jour plus tôt, vendredi, pour la journée de “shakedown” qui était réservée aux pilotes d’essai et aux débutants. Sylvain Guintoli a passé cette première journée à essayer de nouvelles spécifications moteur pour la moto de 2022, avant de passer à la moto de 2021 pour travailler sur le châssis, la suspension et l’électronique.

Sylvain Guintoli : « Les conditions n’étaient pas parfaites car il y avait beaucoup de vent, mais nous avons quand même pu terminer le programme prévu. Nous avons travaillé sur le châssis et le bras oscillant, ainsi que sur d’autres points. C’était vraiment intéressant et je suis satisfait du travail que nous avons fait. Nous avons déjà une bonne base, donc nous cherchons juste à nous améliorer par petites touches ici et là. J’espère que les conditions seront meilleures demain, et je pense que ce sera un peu plus facile parce que plus de motos sont en piste maintenant. »

Crédit classement: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir, Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar