Alex Rins rejoint, après le périple à Misano fait d’un Grand Prix de Saint Marin et de deux jours de test, l’avis général qui désigne la Ducati comme la moto à battre pour les quatre prochaines et dernières courses de la saison. Par rapport à sa Suzuki il y aurait même carrément un monde, ce qui est aussi une manière de renvoyer ses employeurs à leurs chères études. Il existe néanmoins une personne qui impressionne l’Espagnol dans cette équipe et il s’agit tout simplement du pilote test Sylvain Guintoli…

Alex Rins ne connait pas la fortune en cette saison 2021 de MotoGP où il chute plus souvent qu’à son tour. Lors du dernier Grand Prix de Saint Marin, il était quatrième lorsqu’il est parti à la faute en commettant l’erreur de vouloir suivre la GP19 d’Enea Bastianini. Au contraire d’un Marc Marquez qui s’était rendu compte qu’il ne fallait pas sous-estimer le pilote Avintia en état de grâce dans cette course. Alex Rins, lui, n’a pas compris le piège de se fier aux apparences d’un rookie sur une moto de deux ans de l’équipe la moins huppée du plateau…

Mais cette nouvelle déception lui a aussi un peu plus ouvert les yeux sur le niveau de la Ducati et sur celui de sa Suzuki… « Pour sûr, j’ai vu que la Ducati avait au moins cinq longueurs d’avance sur nous » a déclaré Rins. « Je veux dire, ils sont assez forts. Cette chute s’est peut-être produite parce que j’essayais de maintenir le même rythme que Bastianini. Joan Mir et moi, nous essayons de donner le meilleur de nous-mêmes avec la Suzuki ».

« Joan se bat pour le championnat du monde, mais moi je n’ai rien à perdre donc j’ai essayé d’être un peu moins agressif, mais en allant plus à la limite. Parfois je dépasse la limite et je chute. Ils sont bien meilleurs que nous ». Et il rappelle : « la Ducati était une moto qui ne fonctionnait bien que sur les circuits de type départ-arrêté. Maintenant, elle fonctionne bien sur presque tous les circuits. En Aragon, Pecco a fait une course fantastique, dépassant Marc, la moto tournait super bien. Aussi, sur cette piste de Misano qui est une très petite piste et pourtant, ils ont été en mesure de bien tourner ».

Au passage, il s’agit plus d’une confirmation que d’une découverte : à Misano, il s’agissait de la cinquième victoire de Ducati en 2021, après les victoires consécutives de Jack Miller à Jerez et au Mans, et la première victoire du rookie de Pramac, Jorge Martin, en Autriche. En plus de ses cinq victoires, Ducati est également monté sur le podium avec toutes ses équipes et cinq de ses six pilotes, avec le rookie Enea Bastianini portant sa moto de deux ans, gérée par Avintia vers la troisième place à Misano.

Alex Rins, Team Suzuki Ecstar, Misano MotoGP™ Official Test

Alex Rins : “Sylvain Guintoli ? Je ne sais pas comment il fait

Seule Yamaha a dépassé Ducati avec six victoires cette année, dont cinq ont été remportées par Fabio Quartararo et une par Maverick Viñales. Suzuki n’a encore rien remporté cette année. Mais on y travaille, et certaines nouveautés vues lors des tests de Misano devraient être employées au cours de cette dernière partie de saison : « nous utiliserons désormais certaines parties concernant les suspensions, l’électronique, le châssis, mais nous devons être sûrs. À présent, nous savons bien comment elles fonctionnent à Misano, mais nous devons comprendre comment elles se comportent également sur d’autres pistes, comme Austin par exemple » explique l’équipier de Joan Mir.

Au passage, il n’y a pas que Ducati qui impressionne Alex Rins qui souligne le travail du testeur Suzuki, Sylvain Guintoli : « Sylvain est remonté sur la moto à Misano et a réalisé des chronos très intéressants. Je ne sais pas trop comment il fait, le week-end dernier il était au Bol d’Or et maintenant tout de suite sur la MotoGP… ». Le Français fait même des tutos concernant ses Suzuki de compétition, la preuve…

 




Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar