La conférence tenue à l’issue du Grand Prix de Grande-Bretagne MotoGP sur le circuit de Silverstone a accueilli Álex Rins, Marc Márquez et Maverick Viñales.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les propos bruts de Álex Rins, sans la moindre interprétation journalistique.


Álex, c’est votre 2e victoire en MotoGP et la 4e arrivée la plus serrée en catégorie reine. Tout s’est joué dans le dernier virage. Racontez-nous…

Álex Rins : « incroyable ! Cette course a été folle pour moi. J’ai commis quelques erreurs et j’ai été très près de chuter dans le premier virage. Je ne sais pas si c’était à cause du pneu trop froid ou autre chose, mais quoi qu’il en soit j’ai pu remonter. Avant la course, je savais que Márquez et Quartararo seraient les 2 gars à battre, donc si je restais avec eux durant la première partie de la course, j’aurai des possibilités à la fin de celle-ci. On a alors commencé à jouer un peu puis Marc a fermé les gaz. J’ai alors mené un tour devant lui mais je l’ai laissé passer très rapidement car il était incroyablement plus rapide que moi dans le dernier secteur et je ne voulais pas montrer mon point faible. Mais dans le dernier tour, j’ai récupéré beaucoup de temps sur lui puis j’ai commis une très grosse erreur à 2 tours de la fin en pensant que c’était le dernier tour. J’ai essayé de le passer à l’extérieur et quand j’ai vu qu’il continuait à ouvrir plein gaz, je me suis dit “Álex, il reste un tour, tu dois le tenir”. Le dernier virage était le seul endroit pour le battre et ça c’est passé comme ça, donc je suis très heureux. »

On a vu aujourd’hui que la Honda et la Suzuki se comportaient différemment, la première accélérant très fort, la 2e pouvant surprendre à Honda à la corde. À quel point cela a-t-il influencé votre stratégie jusqu’au dernier virage ?

« En milieu de course, j’étais en mesure de gagner beaucoup de dixièmes dans le dernier virage, mais dans les deux virages précédents, il était beaucoup plus rapide : il me prenait 1/2 seconde dans le T16 et le T17. Mais je pouvais récupérer beaucoup de temps dans le dernier virage. Cela s’est passé comme ça et je suis très heureux. »

Quelle différence voyez-vous entre votre victoire d’aujourd’hui et celle au Texas ?

« Je pense que ces 2 victoires, au Texas et ici, ont assurément été difficiles. Sincèrement, je ne pensais pas gagner la course car Marc et Fabio avaient plus de potentiel que nous, un peu plus, et au Texas c’était également le cas pour Valentino et Marc qui étaient plus rapides que moi. Ici, je me suis senti très à l’aise derrière lui à un moment durant la course et je pilotais très bien derrière lui. Comme ça, j’ai pu essayer de jouer pour avoir une chance de gagner dans le dernier virage, et ça c’est passé comme ça. »

C’est la 2e victoire d’une Suzuki à Silverstone. Y a-t-il une autre piste où la Suzuki peut être très compétitive d’ici la fin de la saison ?

« Je pense que l’objectif principal pour nous, maintenant que nous avons une très bonne base et une moto compétitive puisque j’ai quasiment toujours été là pour me battre à l’exception des 2 résultats nuls, que j’ai fini 3 fois sur le podium avec beaucoup de 4e et de 5e places, c’est que la régularité est la clé. J’essaierai de terminer aux 3 premières positions de maintenant jusqu’à la fin du championnat et nous verrons bien ce qui se passera. Nous savions que ce serait difficile avec ce gars (Márquez), mais bien sûr nous allons essayer. »

Vous avez presque fait toute la course derrière Marc donc vous avez dû vous intéresser aux différences de performance entre la Honda et la Suzuki. Comparé à la Honda, où sont vos points forts et vos points faibles ?

« Je pense dans le premier, le 2e et la la moitié du 3e secteur, j’étais plus fort que lui : dans tous les virages rapides et la chicane. Mais sur la fin, dans le dernier secteur à l’exception du dernier virage, il était beaucoup plus rapide que moi : toute l’accélération après le 16e virage et le 17e. J’ai eu de la chance de reprendre beaucoup de mètres dans le dernier virage, sans ça, il serait parti. »

Pensez-vous que vous aviez plus de pneu sur la fin ?

« Peut-être. Peut-être que j’ai davantage conservé mes pneus derrière lui, et c’était également une bonne chose. »

Votre victoire ressemble à une victoire de Kevin Schwantz. Êtes-vous fier de la façon spectaculaire dont vous avez remporté la course ?

« Je suis très fier ! Oui, bien sûr. Si vous regardez les papiers, également dans le passé, Suzuki a fait son retour en 2016 alors que Honda, Yamaha et Ducati ont beaucoup plus d’années dans la catégorie reine du MotoGP. Nous savions qu’ils travaillaient très dur mais Maverick peut le dire : Suzuki fait du bon travail, en travaillant tout le temps. »

Un moment, vous vous êtes retourné pour voir où étaient les suivants. Étiez-vous vraiment confiant, car vous avez commis une erreur juste après ?

« J’ai regardé derrière car je voulais vérifier où était Maverick. J’étais à l’aise en pilotant sur cette portion du circuit par rapport à Márquez, puis quand j’ai remis la tête vers l’avant, j’ai mis un petit peu plus d’angle et dès que j’ai ouvert les gaz l’arrière a immédiatement commencé à glisser : cela m’a fait peur. »

À quel point cette victoire remportée sur Márquez est importante pour vous mentalement ?

« Cette course est très importante pour moi mais encore plus pour Suzuki. Ils ont travaillé très dur et j’ai été très proche, j’ai été proche, lors de nombreuses courses après le Texas, mais remporter cette course est incroyable ! Cela veut dire que notre moto est compétitive, mais nous ne devons pas nous relâcher, et continuer à travailler et à améliorer la moto pour arriver au niveau maximal ».

Au moment, on vous a passé le panneau « Maping 3 ». Que voulait-il dire ?

« C’était pour réduire la puissance pour préserver le pneu. »

Et cela a fonctionné, de façon évidente…

« De façon évidente ! (Rires) »

Classement Grand Prix de Grande-Bretagne MotoGP :

Crédit classements et photo : MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar