Pendant cinq ans le Superbike a été une planète verte, mis en coupes réglées par la lame d’un Ninja venu d’Akashi et maniée par un Irlandais du Nord appelé Jonathan Rea. Mais depuis l’entame de cette saison, tout a viré au rouge Ducati sous la férule du toréador Alvaro Bautista parachuté du MotoGP avec une machine elle aussi aux gènes de Grand Prix la Panigale V4R. Avec onze victoires en autant de course, les oreilles et la queue des maîtres d’il y a peu sont déjà coupés. Ils prépareraient leur revanche pour 2020. Mais les dominateurs d’avant jettent la pierre aux nouveau tauliers…

Jonathan Rea estime ainsi que la domination affichée par Alvaro Bautista et Ducati en mondial Superbike est un véritable “désastre” pour le destin du championnat. Le pilote de Kawasaki craint que la stratégie de Ducati de construire une moto de route directement dérivée du MotoGP ne devienne la norme en Superbike. Selon sa lecture, ce serait mauvais pour le championnat.

Je ne suis pas content de ne pas gagner, mais vous devez l’accepter, même si c’est difficile mentalement de le faire“, a déclaré Rea à Marca. “Heureusement pour moi, j’ai remporté les quatre derniers titres, mais pour beaucoup de gens, ils ont été des succès prévisibles et ennuyeux, même si j’ai gagné par une ou deux secondes. Les mêmes doivent être heureux parce que, maintenant, il y a un vainqueur différent, parce qu’ils voulaient changer les choses, mais c’est un désastre pour le championnat“.

Puis il a ajouté: “Le V4 a un niveau incroyable. Leur propre marketing a déclaré que c’était une MotoGP quand ils présentaient la moto. Félicitations à eux, mais ce championnat a introduit une balance de performances pour aider les équipes privées à être compétitives. Je suis inquiet pour l’avenir, si Honda, Yamaha et Kawasaki commencent également à concourir avec des motos de route qui coûtent 40 000 euros.”

Lorsqu’on lui a demandé s’il craignait d’être vu comme un geignard, Rea a répondu : “non, car je ne me plains pas toujours, je parle simplement de la réalité. Si vous parlez aux autres pilotes, ils vous diront la même chose. A Phillip Island, j’ai déclaré que Ducati avait un avantage considérable et tout le monde m’a dit que je me plaignais. Simplement, beaucoup sont peut-être heureux de voir que je ne gagne pas”.

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team