Les problèmes sont apparus à la fin du 18e tour du Grand Prix d’Espagne, le moteur de la YZR-M1 de Valentino Rossi ayant cassé. Il s’est arrêté le long du parapet, ses espoirs d’un bon départ pour le championnat 2020 partants en fumée.

Une semaine après, Franco Morbidelli subissait le même sort, exactement au même endroit. Sa Yamaha YZR-M1 a également cassé dans la ligne droite, mais cette fois au 16e tour.

De retour au box, l’équipe a observé avec incrédulité qu’un autre de leurs moteurs avait lâché. Ce n’est qu’au début de la semaine que Yamaha avait renvoyé un moteur de Valentino Rossi et Maverick Viñales au Japon pour une analyse complète afin d’essayer de trouver l’origine du problème. A l’issue du Grand Prix d’Andalousie, ils en avaient un autre à renvoyer.

La question est donc de savoir si Yamaha a un problème sérieux qui pourrait les voir pénalisés s’ils dépassent le nombre maximum de moteurs autorisés pour la saison 2020?

 

 

Quel était exactement le problème avec le moteur de la M1 de Valentino Rossi ? Yamaha est toujours en train de faire son analyse et il est probable qu’ils garderont ces informations pour eux lorsqu’ils le découvriront.

Ce qui est certain, c’est que ce moteur a été retiré de l’allocation de Rossi pour l’année. Chaque pilote a droit à 5 moteurs à utiliser pour l’année, donc avec 1 étant retiré de l’allocation de Rossi, il n’en a plus que 4 pour le reste de l’année.

Lors de la première manche à Jerez, il a utilisé les moteurs 1 et 2, le moteur 1 étant celui qui a cassé en course et retiré de son allocation.

À Jerez 2, Rossi a utilisé les moteurs 3 et 4, ce qui signifie que Rossi a déjà utilisé 4 des 5 moteurs qu’il a pour l’année, il ne lui en reste qu’un seul totalement neuf.

 

 

Franco Morbidelli se retrouve dans un scénario similaire. Lors de la première course à Jerez, il a utilisé les moteurs 1 et 2, avant de passer aux moteurs 3 et 4 pour la deuxième course.

Franco a utilisé le moteur 4 en course, qui sera désormais retiré de son allocation pour l’année et renvoyé au Japon pour y être analysé, étant donné qu’il a cassé.

Fait intéressant, Maverick Viñales se trouve dans un scénario encore pire que Rossi et Morbidelli. Viñales a utilisé les moteurs 1 et 2 en FP1, 2 et 3 lors de la première course à Jerez avant d’utiliser le moteur 3 pour le reste du week-end.

Même si Viñales n’a eu aucune panne moteur lors des deux week-ends de course sur le tracé andalou, son 2ème moteur a été retiré de son allocation. Au Grand Prix d’Andalousie, Viñales a ensuite utilisé les moteurs 4 et 5, au lieu de s’en tenir au moteur 3 qu’il a utilisé pour la course au Grand Prix d’Espagne. Tout cela signifie donc que Viñales a déjà utilisé ses 5 moteurs pour l’année, il n’en a plus aucun totalement neuf.

Son équipe peut basculer entre les moteurs autant qu’elle le souhaite, ce qui signifie que tant que la fiabilité des moteurs restants est bonne, il pourrait terminer l’année avec les 4 moteurs qu’il lui reste dans son allocation.

 

 

Bien que Yamaha ait peut-être des problèmes de moteur, ce n’est pas uniquement pour cela que la marque au diapason ait beaucoup fait parler d’elle. Non seulement Fabio Quartararo a remporté les deux courses, mais la marque a également décroché son premier podium 100% Yamaha pour la première fois en 6 ans!

Leur système de départ (Holeshot Device) a également été testé avec succès. Les pilotes Yamaha ont pris le départ en utilisant ce système lors des deux courses avec des résultats corrects. Yamaha a légèrement peaufiné son système lors des tests de pré-saison. A cette période, les pilotes tournaient une petite molette sur le côté gauche de la moto à côté du couvercle de la boîte à air. Maintenant, les pilotes l’activent à l’aide d’un petit levier au niveau de la main gauche.

 

 

Si vous regardez l’index de Rossi, juste en face de lui, vous pouvez voir un petit levier d’environ 5cm de long. Ce levier est la nouvelle façon d’activer le dispositif de départ. Lorsque les pilotes le tirent, il permet d’abaisser l’arrière de la moto. Nous avons expliqué à plusieurs reprises ce qui se passe lorsque le pilote active le dispositif, mais jamais le processus de réflexion derrière celui-ci en termes d’ergonomie.

Lorsque l’arrière est abaissé, cela signifie que l’amortisseur est au plus bas dans sa course. Cela fait que le point de pivot du bras oscillant est plus bas que ce qu’il serait habituellement. Ceci est très important car cela affecte la façon dont la moto transmet la puissance au sol.

Avec le point de pivot du bras oscillant abaissé, il se trouve maintenant plus bas que l’axe de roue arrière, ce qui signifie que lorsque le pilote accélère, l’extrémité arrière de la moto s’assoit beaucoup, il y a donc moins d’efforts sur le pneu arrière.

Avec une force réduite sur le pneu arrière, le pilote peut mettre plus de gaz pour récupérer cette force, ce qui les aide à passer plus de puissance au sol et, en théorie, à accélérer plus vite.

 

 

Même si Yamaha semble avoir un problème de moteur, c’est également l’équipe qui est en tête du Championnat du Monde (pilote et constructeurs). Ils n’avaient pas été aussi compétitifs depuis 2015, lorsque Jorge Lorenzo avait remporté son titre de Champion du Monde avec la marque d’Iwata.

Les pilotes Yamaha ont terminé 1 et 2 au Grand Prix d’Espagne, puis ont monopolisé le podium au Grand Prix d’Andalousie. N’oubliez pas que Franco Morbidelli a été cruellement privé de sa meilleure place en MotoGP après la casse de son moteur. Il semble donc que les 4 pilotes Yamaha puissent se battre pour les places qui comptent.

Dans un sport qui emmène les constructeurs au sommet, il semble que Yamaha et ses pilotes reviennent tout en haut des écrans de chronométrage. L’ultra domination d’un constructeur, comme on n’en a pas vu depuis longtemps.



Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP