Jonathan Rea ouvrait la saison 2019 après avoir mené le Championnat à 100 reprises. Il figurait en tête du classement général depuis la deuxième course à Buriram l’an passé, soit 20 courses consécutives. Il a gagné les 11 dernières courses, un record et sa série est en cours ! Aucune d’entre elles n’a été remportée depuis la pole position. Les 8 dernières poles sont revenues à Sykes pour 5 d’entre elles, avec 1 chacun pour Melandri, Laverty et Davies.

Au cours des 31 saisons de WorldSBK, le Champion du Monde en fin d’année a toujours figuré parmi les cinq premiers de la course d’ouverture. Tom Sykes (2013) et Jonathan Rea (2018) sont les seuls à y être parvenus en commençant l’année par une cinquième place. « Gagner, c’est comme une addiction, que l’on se sente bien ou mal physiquement » a déclaré Rea lors de la présentation de l’équipe KRT. « Les victoires sont notre objectif et notre but. En tant qu’équipe, nous voulons rester la référence et remporter chaque victoire. Avoir du succès, c’est gagner – mais pour moi, c’est plus que ça. Il s’agit de rester en bonne santé, de s’amuser en course et de s’amuser avec mon équipe et ma famille, de relever tous les défis et de surmonter tous les obstacles. Tout le monde voit notre domination en course, mais personne ne voit ce qui se passe dans les coulisses », a expliqué le Britannique. « Personne ne me voit me défoncer tous les jours. À la maison, pendant l’entraînement, je travaille sur tous les détails. Beaucoup ne voient que les beaux moments, mais personne à quel point nous travaillons dur pour les obtenir ».

Le rookie Álvaro Bautista commença à avoir le sourire quand il fut pointé à 315 km/h, sot 8 km/h plus vite que la ZX-10RR de Rea. « Le fait que nous ayons 1 500 tr/min de plus que tous les autres nous aide, reconnait l’Espagnol ». Pour rappel, la FIM a fixé le régime maxi du nouveau V4 R à 16 350 tr/min pour les trois premières épreuves, tous les autres constructeurs s’étant vu attribuer des régimes compris entre 14 550 (Honda) et 14 950 (BMW). « Le caractère du moteur est très similaire à celui de la MotoGP, mais avec beaucoup moins de puissance », a déclaré Alvaro. « Je me souviens très bien de la Ducati MotoGP – quand vous ouvrez en grand, il y a un feu d’artifice ! Ce n’est pas le cas du Superbike. »

Johnny Rea se méfierait de l’autre pilote officiel Ducati Chaz Davies : « Chaz est un pilote très analytique, je pense qu’il étudie bien la nouvelle moto et avance calmement. Il ne change pas d’avis sans arrêt pendant les tests. Il reste l’un des plus talentueux d’ici, nous avons fait de belles batailles et je suis convaincu que ce sera l’un des adversaires les plus difficiles à battre, peut-être même le plus redoutable ».

Selon Chaz lui-même, « Ma condition physique va bien », a affirmé le pilote Ducati. « C’est d’abord l’un des points positifs et je me sens un peu mieux. Physiquement, je me sens plutôt bien et je dois juste m’assurer que je ferai les bonnes choses au cours des prochains jours pour éviter les problèmes ».

«Álvaro a eu un hiver relativement doux et a fait beaucoup de tours, alors j’ai l’impression qu’il a beaucoup plus d’informations que moi. Donc il est acceptable que je sois un peu en retard. J’en suis à 45%. De toute évidence, Álvaro a montré que l’ensemble est compétitif ».

Marco Melandri (Yamaha) a-t-il été surpris que Tom Sykes ait réalisé le deuxième temps avec la nouvelle BMW lors des pré-essais officieux ? « Non, BMW a beaucoup de savoir-faire, ils ne sont pas repartis de zéro », a déclaré Melandri, qui fut lui-même pilote officiel pour les Bavarois, en 2012 et 2013. « Ils ont beaucoup de données du passé et ne sont jamais vraiment partis. Ils ont continué à travailler en Superstock 1000. Ils ont un bon personnel – et Tom serait rapide sur un tour, même avec n’importe qu’elle moto ».

A l’issue des deux séances d’essais du premier jour, Álvaro Bautista (Aruba Racing – Ducati) devançaient les deux coéquipiers Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team WorldSBK) et Leon Haslam, ce qui signifiait que la bagarre était bien lancée pour la victoire. Bautista sur sa Ducati Panigale V4 R en 1’30.327 ne devançait Rea que de 0.014, alors que son équipier Chaz Davies (Aruba Racing – Ducati) n’était que 14e en  1’31.334, juste derrière Marco Melandri. Tom Sykes (BMW Motorrad WorldSBK Team) occupait la quatrième place sur sa BMW S1000RR devant Alex Lowes (Pata Yamaha WorldSBK Team) et le surprenant Leon Camier (Moriwaki Althea Honda Team).

Pour Melandri, mécontent de ses essais libres (13e sur 19, à 0. 32 du premier), « Nous avons tourné en rond et n’avons rien compris. Nous n’avons pas beaucoup de pneus de course disponibles, nous avons donc dû les ménager. Quand un train de pneus neufs était monté, les réglages devenaient inutiles » ironisait l’Italien. « Samedi, nous reviendrons sur les réglages et essayerons apporter des améliorations à partir de ce point de départ. On dirait que tous les pilotes Yamaha ont des problèmes. Néanmoins, nous pouvons toujours accomplir beaucoup, je n’exclus toujours pas le podium. »

A l’issue de la Superpole, le samedi pour la Course 1 la pole position était occupée par Johnny Rea (Kawasaki Racing Team WorldSBK), devant Leon Haslam  (Kawasaki Racing Team WorldSBK) et Álvaro Bautista (Aruba.it Racing – Ducati). La deuxième ligne comprenait Tom Sykes (BMW Motorrad WorldSBK Team), Alex Lowes (Pata Yamaha WorldSBK Team), et Sandro Cortese (GRT Yamaha WorldSBK). Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK Team) ouvrait la troisième ligne avec à ses côtés Michael Ruben Rinaldi (Barni Racing Team) et Marco Melandri (GRT Yamaha WorldSBK), qui précédait Leon Camier (Moriwaki Althea Honda Racing). Chaz Davies n’était que seizième à 2.1.

Le plus rapide à s’élancer lors du départ de la Course 1 était Johnny Rea devant Álvaro Bautista, Leon Haslam, Alex Lowes, Tom Sykes et Marco Melandri. Bautista se détachait légèrement, tandis que Rea se faisait doubler par son coéquipier Haslam pour la deuxième position.

Bautista creusait un écart intéressant avec 1.3 d’avance sur Rea, Haslam et Lowes à l’issue du deuxième tour. Razgatlioglu amenait sa Kawasaki à la quatrième position en doublant Sykes et Haslam.

Bautista forçait le rythme et possédait une avance incroyable de 3.9 à la fin du cinquième tour sur Haslam, Rea, Razgatlioglu et Lowes.

En fait, la course avait l’air presque normal, avec Haslam, Rea, Razgatlioglu, Lowes, Sykes, van der Mark et Melandri, à cette exception près qu’Álvaro Bautista était loin devant avec 4.6 d’avance sur Haslam, alors qu’il restait quinze tours.

Leon Camier chutait sans gravité avec sa Honda. Bautista semblait mener sans le moindre problème. Il y avait heureusement une très belle bagarre entre les trois Kawasaki de Haslam, Rea et Razgatlioglu, devant la Yamaha de Lowes et la BMW de Sykes.

Chaz Davies remontait de la 16e à la 9e position.

A la mi-course, Bautista possédait dix secondes d’avance (9.857 pour être précis) sur Johnny Rea. Leon Haslam, alors troisième, tombait sans gravité dans l’épingle à droite du virage 4. Il repartait mais ne pouvait que rejoindre son stand.

Tandis que Bautista portait son avance à 11 secondes, Rea résistait difficilement à Lowes, alors que Sykes était deux secondes plus loin avec Melandri (double vainqueur ici l’an dernier) désormais cinquième.

Melandri à l’attaque passait Sykes, puis se rapprochait de Lowes pour la troisième position. A 5 tours de la fin, Bautista précédait Rea de 14.6, ce qui était extraordinaire, à la régulière.

En fin de course, Bautista rejoignait calmement l’arrivée en vainqueur, alors que pour la deuxième position Rea sauvait la deuxième marche du podium devant les Yamaha de Melandri, Lowes et van der Mark. La nouvelle Ducati V4 R venait de magnifiquement marquer l’histoire ! La dernière victoire de Bautista remontait au Grand Prix de Catalogne en 250 cm3 en 2006.

Résultats de la première course Superbike :

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Photos © worldsbk.com

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams :