Après le triplé royal, majestueux et impérial de Sa Majesté Álvaro Bautista à Phillip Island, sur la toute nouvelle Ducati V4 R conçue par le génie Dall’Igna, il faut avouer que Kawasaki a pris une grosse claque en Australie, ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps.

Pour Guim Roda, le boss du KRT, « Je pense qu’après Assen (Ndlr : 14 avril) nous aurons beaucoup plus d’informations, nous saurons où nous en sommes et comment le nouveau règlement nous affecte. À partir de là, nous verrons comment aborder la deuxième partie de la saison ». Cela veut dire qu’après les 3 premières manches où les régimes moteurs sont réglementairement limités, une remise à un plus juste niveau (prévue par le règlement) égalisera les chances de chacun. Ou au moins évitera au Ducati (16 350 tours maxi) de trop dominer les Kawasaki (14 600).

Selon son adversaire Álvaro Bautista (Aruba.it Racing – Ducati), « L’Australie a été un week-end de rêve, je ne pouvais demander mieux comme débuts en WorldSBK. J’ai signé un bon résultat en Thaïlande l’an passé en MotoGP (Ndlr : 8e à 6 secondes du vainqueur Marc Márquez). Je suis donc confiant, mais Buriram est un tracé qui présente des caractéristiques différentes du circuit de Phillip Island, avec davantage de secteurs mixtes. Nous nous rendons en Thaïlande avec le même état d’esprit qu’en Australie. J’ai désormais le bon feeling avec la machine, je vais donc essayer de le prouver ici. La Panigale V4 R un est une moto totalement nouvelle et le potentiel est élevé, mais nous avons encore du travail pour l’exploiter à 100 %. Je ne sais pas si Buriram est un circuit pour Ducati ou non, nous verrons juste comment cela se passe ».

Mais il en faudrait beaucoup plus pour abattre le moral de Johnny Rea, teigneux comme un Nord-Irlandais, qui déclarait « L’année dernière, on a quitté l’Australie avec beaucoup de retard sur Melandri. Nous étions assez abattus, et pourtant, nous avons remporté le titre avec presque 200 points d’avance, rappelle le pilote Kawasaki. Si j’étais battu, ça n’allait pas et je continuais encore et toujours de travailler. J’adore la course, cela me stimule. Pour l’instant, on parle énormément d’Álvaro mais il faut encore attendre quelques courses, c’est quand on arrive en Europe qu’on peut se faire une idée claire du niveau.

« J’ai conscience de l’enthousiasme que génère la rivalité entre moi et Álvaro, mais nous ne nous sommes affrontés que sur un week-end de course ! Quand je repense à ma carrière, en termes de concurrence, ce n’est pas lui qui me vient à l’esprit. Depuis que je suis chez Kawasaki, et même quand j’étais chez Honda, Chaz Davies a toujours été l’un de mes plus grands adversaires. Avec lui, il y a eu des étincelles sur la piste et en dehors », se souvient Rea.

Il faut surveiller de près également Alex Lowes et Michael van der Mark (Pata Yamaha Official WorldSBK Team). Le Britannique a terminé toutes les courses sauf une sur le tracé thaïlandais et a toujours figuré parmi les sept premiers. « Buriram est toujours un endroit sympa pour rouler en WorldSBK, déclare-t-il. C’est un lieu intéressant à visiter, très différent de l’Europe, et les gens sont à la fois passionnés et accueillants. Le Chang International Circuit n’est pas si technique; la première partie est basée sur la vitesse tandis que la deuxième est plus sinueuse, chaque virage conditionnant le suivant. Après des débuts solides en Australie, j’ai hâte de poursuivre sur ma lancée et de me battre pour le podium des trois courses en Thaïlande. Il va faire chaud et humide, ce qui complique toujours les choses, mais c’est quelque chose que j’aime. »

Michael van der Mark est le seul avec Jonathan Rea à compter une pole position en Thaïlande. Le Néerlandais, qui s’aligne au départ de sa 106e course en WorldSBK ce samedi, est bien décidé à faire mieux qu’une deuxième place. « J’ai hâte de courir ce week-end en Thaïlande, se réjouit van der Mark. J’ai terminé deuxième de la deuxième manche l’an passé et Alex était aussi sur le podium. Je suis donc ravi de revenir en Thaïlande. C’est un circuit complètement différent de celui de Phillip Island, mais c’est un tracé que j’ai toujours apprécié, surtout devant les fans thaïlandais passionnés et enthousiastes. »

Du côté du Moriwaki Althea Honda Team, Leon Camier expliquait que « Avant de nous rendre à Buriram, nous avons participé à un événement Honda à Bangkok et avons pu bénéficier du soutien formidable de nos fans, un véritable élan pour nous alors que nous nous préparons pour la prochaine étape, qui sera difficile. La piste de Buriram est en fait simple, avec quelques points de freinage brusques et des virages serrés, mais en même temps, cela rend les choses difficiles, car chaque dixième peut faire une grande différence. La température rend aussi les choses difficiles bien sûr. Des températures de l’air proches de 40 degrés et une température de la piste au milieu des 50° rendent les choses très difficiles pour nous pilotes, physiquement et mentalement. »

Pour son coéquipier nippon Ryuichi Kiyonari, « C’était un plaisir de rencontrer de nombreux fans sur le site du Honda Big Wing à Bangkok. C’était vraiment très amusant et j’ai hâte de faire de mon mieux ce week-end. J’aime le circuit de Buriram et la configuration est assez rapide à apprendre, avec deux longues lignes droites, quelques points de freinage brutal et quelques virages lents. Avec mon style de pilotage, j’aime particulièrement les virages serrés. Ceci dit, c’est une piste difficile pour faire de bons chronos. Les températures seront un autre défi bien sûr, pas tant pour la moto et les pneus que pour le pilote ».

Lors de la première journée d’essais libres, Álvaro Bautista (Aruba.it Racing – Ducati) devançait Jonathan Rea (Kawasaki ZX-10RR Kawasaki Racing Team WorldSBK) de 0.2 et Sandro Cortese (Yamaha YZF R1 GRT Yamaha WorldSBK) de 0.4, suivis par Alex Lowes (Pata Yamaha WorldSBK Team et Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK Team) à 0.5.

A l’occasion de la Superpole, Álvaro Bautista s’emparait de la pole position en 1’31.912 (nouveau record) et précédait sur la première ligne Johnny Rea à 0.4 et Alex Lowes à 0.5. Sandro Cortese quatrième composait la deuxième ligne avec Leon Haslam et Tom Sykes. Sur la troisième ligne, Marco Melandri (à déjà 1.090) précédait Eugene Laverty et Chaz Davies.

La température de l’air était de 35°, celle de la piste de 49° (source Pirelli) et chacun se rafraichissait comme il le pouvait :

Jordi Torres utilisait sa propre technique :

Le plus rapide au départ était Johnny Rea devant Álvaro Bautista, Tom Sykes, Alex Lowes, Leon Haslam, Sandro Cortese et Chaz Davies. Rea conservait le commandement devant Bautista et Lowes. L’Espagnol se rapprochait facilement du Nord-Irlandais dans les deux longues lignes droites grâce à la puissance supérieure de sa Panigale. Lowes avait un peu de mal à suivre.

Bautista passait Rea à l’intérieur, qui le redoublait immédiatement un peu sèchement.

Rea creusait même un écart de plus d’une seconde (1.090) devant Lowes à 1.8, van der Mark à 2.6 et Haslam à 3.6. Tom Sykes était 9e avec sa BMW à 5.8. Eugene Laverty chutait sans gravité et abandonnait.

Rea perdait un peu de temps sur Bautista, qui le suivait à 0.2 à 13 tours de la fin. Lowes se battait pour la troisième place à plus de 4 secondes avec van der Mark, Haslam et Melandri.

Bautista attaquait avec acharnement (et une puissance nettement supérieure) et repassait en tête, tandis que son coéquipier Chaz Davies chutait sans gravité. A la mi-course, Bautista envoyait un message très net 1’32.724 avec le meilleur temps en course au dixième tour. Jonathan Rea essayait de conserver l’aspiration mais se retrouvait rapidement à 0.7.

La troisième marche du podium était l’objet d’une belle lutte entre Lowes, van der Mark, Melandri et Haslam. Sykes 9e était à 15 secondes sur sa BMW, et Camier 13e à 21 sur sa Honda.

L’avance de Bautista sur Rea n’était que de 2.2 à 6 tours de la fin, soit beaucoup moins que lors de la dernière course à Phillip Island. Pourtant Buriram comprend de bien plus longues lignes droites. Lowes par exemple était troisième, mais à 11 secondes, en compagnie de van der Mark, Haslam et Melandri. Jonathan Rea coupait son effort à 5 tours de la fin et se contentait de la deuxième positon alors à 5 secondes.

Bautista l’emportait finalement largement devant Rea, Lowes, van der Mark, Haslam, Melandri, Cortese et Melandri.

Résultats de la Course 1 :

Classement provisoire du Championnat du Monde Superbike :

Vidéo : Les pilotes du mondial Superbike 2019

2019 new Moriwaki Althea Honda Team WorldSBK launch promo video

Photos © worldsbk.com & constructeurs

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :