Comme à Phillip Island, le parachuté du MotoGP, Álvaro Bautista, a, de nouveau, triomphé lors de la course de samedi en Thaïlande. Quatre victoires en quatre courses, la Panigale V4 R de Luigi Dall’Igna fait montre d’une indéniable suprématie, malgré les efforts de Johnny Rea et de sa Kawasaki. Mais le Nord Irlandais pense qu’il n’est pas impossible qu’il donne la réplique ce dimanche à l’Ibérique lors de cette petite course 2 de 10 tours, moins dure d’après lui pour le pneu avant.

Après la Course 1, Álvaro Bautista n’était pas triomphateur. Sans parler de l’incident traité par ailleurs, l’Espagnol précisait « je ne me sentais pas à l’aise avec la moto : ça allait bien le matin mais dans l’après-midi j’avais des difficultés à freiner dans les virages. Et à l’accélération, je souffrais aussi un peu. Malgré cela, j’ai encore gagné et je suis heureux même si le sentiment n’était pas parfait ».

Selon Jonathan Rea, lors de la Course 1, « Je me sentais vraiment bien avec la moto et nous avons obtenu le maximum, alors je suis impatient pour la Course 2. J’étais vraiment fier de mon effort et je l’ai apprécié. J’adore rouler à ce niveau, mais malheureusement, le résultat ne reflète pas cet effort. Nous pouvons faire une petite amélioration, mais je pense que nous avons obtenu le meilleur de notre ensemble samedi. À la fin, il n’y avait aucune raison de continuer, alors j’ai commencé à penser à rapporter 20 points. Samedi, la deuxième place était ce que je pouvais faire de mieux et j’étais heureux de la ramener à la maison. Je suis excité pour dimanche, en particulier pour la course de sprint, car je sens que je peux rouler à cette intensité pendant dix tours sans problème et que nous pouvons peut-être nous battre jusqu’au bout ».

Pour les bons pneus, rendez-vous en Aragon

Pour cette Course 2 de 10 tours – quelle que soit la longueur du circuit – Pirelli a décidé de fabriquer des pneus adaptés à cette distance. Ils seraient également utiles en cas de course normale abrégée par un drapeau rouge. Mais quand la décision d’organiser cette course de 10 tours a été prise l’hiver dernier, tous les pneus destinés aux deux premières courses outremer étaient déjà partis en bateaux dans des containers. Et personne n’avait envie d’ajouter le transport de dizaines d’enveloppes supplémentaires par avion. Il fut donc décidé que les deux premières manches de Phillip Island et Buriram seraient disputées avec des pneus de courses normaux, c’est-à-dire capables de tenir la distance totale d’une course. Les pneus prévus pour 10 tours feront leur apparition (transportés par camions) lors de la prochaine épreuve en Aragon du 5 au 7 avril.

BMW confiant

Du côté de BMW pour Tom Sykes et Markus Reiterberger (BMW Motorrad WorldSBK Team), le Britannique est le premier à avoir pris l’avantage sur Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team) sur le tracé asiatique en 2016. Son coéquipier germanique y a pour sa part signé son meilleur résultat en WorldSBK, avec une cinquième place la même année. Pour Sykes, « C’est toujours génial de venir et de rouler sur le circuit de Buriram, confie le Champion WorldSBK 2013. Mon objectif ce week-end est bien sûr de poursuivre le développement de la nouvelle BMW S1000RR. Je me sens confiant, mais au regard de nos courses à Phillip Island, l’une de mes seules préoccupations concerne les deux longues lignes droites avec le manque de vitesse dont nous souffrons. Toutefois, le châssis de la BMW S1000RR est très bon et capable de rivaliser avec le reste du plateau. Je suis impatient de commencer ce week-end et j’espère que nous pourrons continuer de progresser comme nous l’avons fait durant l’hiver. »

Markus Reiterberger a rapidement repris ses marques chez BMW en WorldSBK, en terminant 13e de la première et 12e de la deuxième à Phillip Island. Classé parmi les dix premiers à trois occasions à Buriram sur quatre courses, l’Allemand entend bien retrouver le Top 10 pour la première fois depuis sa neuvième place à l’occasion de son épreuve à domicile au Lausitzring en 2017. « J’aime beaucoup la Thaïlande, déclare Reiterberger. D’abord parce que j’y ai décroché mon meilleur résultat en Championnat du Monde Superbike avec une cinquième position en 2016. Ensuite, parce que ce tracé convient à mon style de pilotage. Il y a de nombreux secteurs où vous devez freiner fort, ce qui est mon point fort et un domaine dans lequel la nouvelle RR est très bonne. Nous devons seulement essayer de ne pas perdre trop de temps sur les longues lignes droites en essayant de compenser dans les courbes. Nous travaillons tous très dur et je crois que la Thaïlande sera un bon terrain de chasse pour nous. La chaleur sera un défi pour tous, mais nous sommes bien préparés et je pense que nous pouvons boucler un bon week-end. Nous avons trouvé une direction positive à Phillip Island, que nous allons maintenant suivre en Thaïlande. »

Pour Marco Melandri, qui défend les couleurs de GRT Yamaha Supported WorldSBK, « Je suis vraiment content de rentrer en Thaïlande. C’est un circuit que j’aime beaucoup, même si ce n’est pas le circuit le plus technique du calendrier. Sur le papier, ce n’est peut-être pas la meilleure piste pour nous, car il y a deux longues lignes droites et nous manquons encore un peu dans ce domaine, mais je pense que les températures élevées que nous prévoyons ce week-end pourraient jouer en notre faveur. Je me sens bien et confiant après la première manche en Australie et je me sens de mieux en mieux jour après jour avec la moto et l’équipe, alors commençons et voyons ce qui se passe. Il sera également intéressant de voir comment les choses se passent sans tests préalables sur le circuit international de Chang, pour voir si tout le monde est aussi rapide qu’à Phillip Island ».

Son coéquipier allemand Sandro Cortese (GRT Yamaha Supported WorldSBK) a connu l’année dernière sa première participation au circuit international de Chang, « mais je participais évidemment au WorldSSP. Maintenant, je suis en WorldSBK et je suis impatient de voir comment la R1 se sent sur cette piste. Je vais juste essayer d’apprendre le plus rapidement possible. Nous n’avons pas d’essais avant le week-end de la course comme nous l’avions fait en Australie pour la première manche de la saison, ce qui compliquera encore un peu la tâche de trouver une bonne configuration initiale. Mais à Phillip Island, nous travaillions dans une bonne direction et avons atteint notre objectif de terminer les trois courses dans le top dix, alors je suis sûr que nous pourrons continuer à travailler de la même manière ce week-end en Thaïlande. La chaleur sera un facteur majeur, avec des prévisions de températures extrêmement élevées prometteuses, mais je suis complètement motivé par ce week-end ».

D’après Luigi Dall-Igna, pourquoi l’écart entre Álvaro et Chaz Davies est-il si important en ce moment ? « Chaz a été confronté à des problèmes cet hiver et n’a donc pas pu s’entraîner correctement, se familiariser avec la moto ou trouver une bonne configuration pour les premières courses. Ce n’est qu’une question de temps. Nous avons vu en Australie qu’il a récupéré physiquement. Nous avons juste besoin d’un peu de temps sur la piste pour trouver le bon setup et le bon équilibre. »

Au moment du départ, Álvaro Bautista s’élançait depuis la pole position et côtoyait sur la première ligne Johnny Rea et Alex Lowes. Sandro Cortese quatrième composait la deuxième ligne avec Leon Haslam et Tom Sykes. Sur la troisième ligne, Marco Melandri précédait Eugene Laverty et Chaz Davies.

Le plus rapide à s’élancer pour cette course sprint de 10 tours était Johnny Rea devant Álvaro Bautista, Alex Lowes, Marco Melandri, Leon Haslam et Michael van der Mark. Bautista doublait rapidement Rea et se détachait en sa compagnie devant Lowes, Melandri et Haslam.

Bautista creusait un écart de 0.4 sur Rea, avec Lowes à 0.8, Haslam à 1.8, puis van der Mark et Melandri à 2.3. Rea restait au contact du leader espagnol, mais par contre Lowes passait à 1.1 et Haslam à 2.6 devant Melandri à 3.0.

A la mi-course, Bautista possédait 1.2 d’avance sur Rea, alors que Lowes troisième pointait à 1.9. L’écart était ensuite nettement plus important avec van der Mark à 4.4, Haslam à 4.6, Melandri à 5.3 et Cortese à 5.7.

1.7 derrière Bautista, Lowes se rapprochait de Rea à 0.4, quand soudain le drapeau rouge était présenté. Il y avait eu une chute dans le virage 3 sans gravité pour Leon Camier (genou), Warokorn (trauma cranien) et la course était déclarée terminée.

Résultats de la Course 2 :

Classement provisoire du Championnat du Monde Superbike :

Vidéo : Camier and Kiyonari are warmly welcomed by Thai fans

Photos © worldsbk.com & constructeurs

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :