Après une première journée où Chaz Davies surprenait en imposant sa Ducati Panigale V4 R, les pilotes se retrouvaient ce samedi sur le circuit californien avec une grande motivation pour les FP3, Superpole et première course. On allait surveiller de près l’efficacité des deux nouveaux pneus Pirelli.

Le pilote français du Team Ten Kate Racing Loris Baz était tout content de sa 6e place de la veille, premier pilote Yamaha : « Encore une très bonne journée ! Je suis content, car c’est un circuit qui ne m’a jamais vraiment convenu par le passé, même si j’ai toujours adoré y courir. Nous avons réalisé une belle entrée en matière hier matin. Après quoi, nous sommes restés bloqués sur un rythme que je n’arrivais pas à améliorer. Nous avons alors décidé de changer quelques settings sur la moto en vue de la FP2. Nous sommes repartis dans une bonne dynamique et nous avons compris certaines choses. J’ai réussi à entretenir un bon rythme dans les dernières minutes. Il y a encore des détails à peaufiner, la course est longue et le grip est très particulier sur ce tracé. Toujours est-il que, petit à petit, nous continuons d’appréhender cette moto. Ce samedi, notre objectif est de figurer une fois de plus parmi les six premiers, ce qui serait de bon augure pour la première manche ».

De retour de blessure, Michael van der Mark (Pata Yamaha WorldSBK) était en nettement meilleure forme que le week-end dernier à Donington : « Je suis ravi d’être de retour aux États-Unis, en particulier lorsque nous courons sur un circuit aussi fantastique que Laguna Seca. Mon poignet s’est beaucoup amélioré dans la semaine depuis Donington. Je suis impatient de courir à nouveau ce week-end. À Donington, dans la course 2, j’aurais pu me battre pour la cinquième place si j’avais eu de l’adhérence, c’est l’objectif de Laguna Seca ».

Les deux nouveaux Pirelli vont-ils tout changer ?

Pirelli a amené le nouveau SCX au standard Y0448 et le nouveau pneu Superpole au standard Y0449, jamais testés auparavant par les pilotes. La firme milanaise a apporté deux nouvelles solutions pour cet événement. La première d’entre elles est représentée par un nouveau pneu de qualification que les pilotes peuvent utiliser exclusivement lors de la Superpole le samedi et qui devrait offrir des performances au tour encore meilleures que les pneus utilisés auparavant sur ce circuit.

La deuxième nouveauté concerne le pneu de préqualification SCX, la solution introduite par Pirelli cette année pour permettre aux pilotes de disposer d’un pneu extra souple pouvant être utilisé lors de la Superpole en vue de l’utilisation du pneu de qualification pour le tour rapide. Ce pneu est également privilégié pour la course de 10 tours « sprint Race » qui a lieu le dimanche matin ou, dans des cas exceptionnels, même pour des courses de durée normale. La nouvelle solution SCX de la spécification Y0448 devrait garantir encore plus de performances sur ce circuit que les solutions SCX apportées jusqu’à présent par Pirelli.

Pour l’épreuve américaine, Pirelli apporte 1180 pneus à Laguna Seca, une quantité inférieure à celle des épreuves européennes car dans ce cas, seuls les pilotes de la classe WorldSBK sont présents. Comme toujours, cette quantité inclut les pneus slicks, intermédiaires et pluie.

Les pneus 125/70 à l’avant et 200/65 à l’arrière sont également confirmés pour cette course. Au total, les solutions slicks offertes aux pilotes du WorldSBK sont de six, deux à l’avant et quatre à l’arrière.

Pour l’avant, Pirelli permet aux pilotes de choisir entre le composé standard SC1 au format 125/70 en gomme tendre et le développement SC2 X1071 en gomme moyenne.

En ce qui concerne l’arrière, à Laguna Seca, les pilotes disposent de la norme SC0 en taille 200/65, et du développement Y0446 qui utilise la même structure que la norme SC0 mais avec un composé plus orienté vers la performance lorsque la température de l’asphalte est particulièrement élevée.

Mais la véritable nouveauté réside dans les solutions de qualification et de préqualification : le nouveau SCX au standard Y0448 et le nouveau pneu Superpole au standard Y0449, à leurs débuts absolus en Championnat et jamais testés auparavant par les pilotes.

Marco peut enfin souffler

Marco Melandri va raccrocher le cuir en fin de saison, et le pilote italien ressent un certain soulagement : « Depuis que j’ai pris cette décision, c’est comme si un poids énorme avait disparu de mes épaules. Et maintenant que tout le monde sait que c’est ma dernière année, je suis d’autant plus motivé pour donner mon maximum à chaque course. D’abord pour moi, mais aussi pour remercier Yamaha et  le team GRT Yamaha de la confiance qu’ils m’ont témoignée. Cela a été une saison compliquée, mais ils ont travaillé très dur pour m’aider à révéler mon potentiel. Ils ne m’ont jamais abandonné et j’espère que mon expérience les a aidés à s’adapter plus rapidement au WorldSBK. J’ai hâte de finir l’année à leurs côtés et j’entends bien tout donner, faire de chaque tour un tour chrono et essayer de m’améliorer jusqu’au bout pour offrir à l’équipe les résultats qu’elle mérite. Après quoi il sera temps d’affronter le changement, d’avancer et de faire autre chose de ma vie. J’ai vécu des choses merveilleuses et je remercie tous ceux que j’ai rencontrés tout au long de ma carrière ».

Andrea Dosoli (Yamaha Motor Europe Road Racing Manager) rendait hommage à Marco : « J’ai été surpris quand Marco m’a informé de sa décision de prendre sa retraite. Je suis sûr que ce n’était pas une démarche facile pour lui, mais nous respectons ses raisons. La décision de Marco mettra fin à une carrière extrêmement fructueuse depuis de nombreuses années, il a été couronné et a remporté des succès au plus haut niveau, et je suis ravi que Marco ait été, au cours de cette longue et distinguée carrière, un membre engagé de la famille Yamaha Racing, où il a contribué de manière décisive à notre succès. Au nom de Yamaha Motor Europe, mais aussi personnellement, je voudrais remercier Marco pour sa contribution à Yamaha et au sport mécanique. Nous lui souhaitons beaucoup de succès pour l’avenir ».

FP3 : Rea devant les deux Panigale

Le plus rapide des deux séances du vendredi avait été Chaz Davies (Aruba.it Racing – Ducati) qui avait établi le temps à battre en 1’23.387. Il précédait Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team WorldSBK) de 0.032, Álvaro Bautista (Aruba.it Racing – Ducati) de 0.263, Tom Sykes (BMW Motorrad WorldSBK Team) de 0.410, Leon Haslam (Kawasaki Racing Team WorldSBK) de 0.465 et Loris Baz (Ten Kate Racing – Yamaha) de 0.538. L’importance de cette FP3 résidait en grande partie dans l’adaptation des pilotes et des machines au nouveau pneu Pirelli destiné spécifiquement à la Superpole.

J.D. Beach, le pilote wildcard américain sur Yamaha, était le premier à s’élancer. Loris Baz lui emboîtait le pas, suivi de Marco Melandri et d’Eugene Laverty. Tom Sykes (victime d’une panne d’essence la veille) les rejoignait en compagnie de Toprak Razgatlioglu, puis d’Alex Lowes. Les 4 leaders officiels (Davies, Rea, Bautista et Haslam) ne sortaient pas de leurs stands, alors que Toprak Razgatlioglu chutait sans gravité.

A mi-séance, Davies, Rea et Haslam prenaient la piste, mais pas Bautista. Alex Lowes était le premier à améliorer son temps de la veille en 1’24.112 à 0.725 de Davies. Bautista était le seul à ne pas rouler. Il s’élançait finalement à 10 minutes du drapeau à damier.

Dans les dernières minutes, les pilotes testaient le nouveau pneu de qualification qui à Laguna Seca, en raison d’un revêtement peu abrasif, peut effectuer au minimum deux tours consécutifs. Johnny Rea s’en servait à merveille et réalisait le meilleur temps en 1’23.197. Il améliorait au tour suivant en 1’23.089.

Alex Lowes passait troisième à 3 minutes de la fin en 1’23.620, à 0.531 de Rea. Bautista le doublait en 1’23.617, à 0.528. Toprak Razgatlioglu bien remis de sa chute réalisait le cinquième temps en 1’23.705. Il précédait les deux autres Kawasaki de Leon Haslam et Jordi Torres. Loris Baz se classait neuvième. Razgatlioglu ravissait de justesse la quatrième place à Lowes.

Classement confondu des trois séances d’essais libres :

Chronos de référence :

Record des essais : 1’21.811 par Tom Sykes (Kawasaki) en 2014

Record du tour : 1’23.041 par Chaz Davies (Ducati) en 2018

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Vidéo ci-dessus : L’entraîneur de Michael van der Mark

Photos © worldsbk.com / Dorna, constructeurs et équipes

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :