Chez Ducati, c’est une politique assumée, et d’autant plus depuis l’avènement de la Panigale V4R : entre le WSBK et le MotoGP, il y a des vases communicants. Le patron de la marque Claudio Domenicali ne s’en cache pas. Cependant, si les similitudes sont là, les différences sont aussi marquées…

Ducati est une marque on ne peut plus impliquée dans la compétition sur piste et il est un fait acquis que cet engagement ruisselle fortement sur les produits présentés en concession. Un effort qui n’est cependant pas toujours récompensé. Ainsi, le titre pilotes en MotoGP échappe à la marque depuis 2007, avec Casey Stoner, tandis que la dernière couronne en WSBK remonte à 2011, grâce à Carlos Checa.

Un sort partagé qui concerne à présent deux machines similaires. Car entre la Desmosedici et la Panigale V4R, il y a des ressemblances qui ne trompent pas. Mais Claudio Domenicali, le PDG de Ducati, tient tout de même à faire une distinction entre les deux motos. « La V4R est assez similaire à la MotoGP, mais surtout en termes d’inspiration » a déclaré l’Italien sur Speedweek. « Si vous regardez le moteur, vous avez le même rapport alésage-course et la même cylindrée, qui est de 1 000cc. Mais le moteur Panigale se distingue par un design complètement différent. La V4R est une moto que vous pouvez acheter pour un prix relativement raisonnable. Pour ce que vous payez normalement pour une voiture de milieu de gamme, vous obtenez une moto de 221 ch ».

Ducati sur la Panigale : « c’est la même technologie et le même concept que pour le MotoGP »

« C’est la même technologie et le même concept que dans le championnat du monde MotoGP. Mais tout cela est plus terre à terre. Nous avons quand même un logiciel performant sur cette moto avec un anti-patinage de premier ordre, il vient directement du MotoGP. Mais le logiciel ne coûte rien une fois que vous l’avez développé. L’électronique de la Panigale V4 standard n’est pas aussi sophistiquée. Le Championnat du monde Superbike profite donc du MotoGP. Parce que vous avez une bonne base là-bas en termes de développement d’une moto très compétitive. Le prix de la moto de série reste néanmoins gérable » ajoute Domenicali.

« Le MotoGP est entièrement basé sur des prototypes et donc très coûteux, même pour la course. Le championnat du monde de Superbike peut encore être financé à un coût raisonnable. C’est pourquoi je ne vois rien de mal au SBK. Je ne vois aucun problème avec cette série de courses. Nous devons examiner ces deux championnats séparément, en termes de pilotes, de circuits, de technologie, de coûts. Nous devons également prendre des chemins différents en termes de promotion » termine-t-il.

Les pilotes d’usine Chaz Davies et Álvaro Bautista ont utilisé la Panigale V4R pour la première fois en 2019, remportant 17 courses avec elle. La deuxième année, Davies a été rejoint par l’Anglais Scott Redding dans l’équipe d’Aruba de Bologne et les deux Britanniques ont remporté sept courses entre eux et Redding a été vice-champion du monde 2020. Mais les titres ont été manqués, à cause d’un certain Marc Marquez en MotoGP et d’un Jonathan Rea talentueux en WSBK. Par ailleurs les pilotes MotoGP de chez Ducati aiment à s’entraîner sur des Panigale V4S.

Ducati et sa Panigale V4 ...

 



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team