Marco Melandri avait pris sa retraite à la fin de l’année passée et il s’était reconverti dans le métier de commentateur. Son franc-parler commencé à lui tailler une certaine notoriété dans cette nouvelle activité, mais les démons de la compétition l’ont repris pour le mettre sur une Ducati V4R du team Barni en WSBK. Son retour à Jerez a été encourageant. Mais sa dernière apparition en Aragon a été déprimante. Au point que l’Italien, à nouveau, ne se sent plus à sa place. Mais cette fois, l’écueil est physique…

Après la saison 2019, Marco Melandri a pris sa retraite du championnat du monde de Superbike en raison d’un échec avec Yamaha. A la fin de la saison 2018, il avait été conduit vers la porte de sortie de l’équipe d’usine Ducati en WSBK, pour faire place nette à Alvaro Bautista.

Le pilote de 37 ans avait raccroché casque et combinaison lorsque l’équipe Barni est venu à lui à la mi-juillet pour remplacer Leon Camier, blessé. L’Italien pensait réussir avec la nouvelle Ducati Panigale V4R, même s’il n’était pas monté sur une machine de course depuis dix mois.

Après avoir terminé 8e et 9e à Jerez, Melandri a connu la déception à Portimao et en Aragon ne marquant que quatre points au championnat en six courses. Un coup au moral qui lui fait même dire qu’il n’a plus la morphologie pour courir dans ce monde d’après… « Les motos modernes ne veulent pas de pilotes petits et légers », a-t-il déclaré dans une conversation frustrée avec Ivo Schützbar de Speedweek.com.

« La V4R est totalement différente de la V2 »

Il étaye en commençant par son équipier : « Rinaldi pèse presque dix kilos de plus que moi. À pleine vitesse, Bautista pèse huit kilos de plus que moi. Je pense que cela pourrait être une raison. Parce que tout ce que nous essayons avec la géométrie n’a aucun effet. Tout me semble très raide ».

« Ce ne sera pas facile », regrette le Champion du Monde 250cc de 2002. « Si vous ne correspondez pas au caractère de la moto, vous pouvez encore vous améliorer. Mais arriver à 100% comme ça est presque impossible. Nous faisons de notre mieux. Dans mon imagination, je pensais que le V4R était quelque chose comme le châssis V2 avec un meilleur moteur. Mais c’est une moto complètement différente. Le V2 était mieux adapté à mon style. Pas le moteur, mais le châssis ».

« Je ne m’amuse pas en ce moment. Je n’ai même pas encore trouvé la bonne position assise. Et nous n’avons pas le temps pendant un week-end de course. C’est pourquoi nous essayons beaucoup de choses à la fois et en fin de compte, nous ne savons pas ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas ». Une situation qui pourrait le décider à rejoindre le statut de retraité : « je dois m’amuser pour que ça ait du sens » prévient Melandri

 

Tous les articles sur les Pilotes : Marco Melandri