Scott Redding a effectué en 2020 sa première saison en WSBK en tant que pilote officiel Ducati. S’il n’a pas démérité sur la Panigale V4R, puisqu’il est tout de même vice-champion de la référence Rea sur la Kawasaki, il n’a cependant pas fait mieux que son prédécesseur Bautista en termes de victoires. L’Anglais haut en couleur explique pourquoi et signale à l’occasion qu’une échelle de mesures et de poids serait la bienvenue pour l’équité sportive de ce championnat …

Scott Redding a fait rebondir sa carrière en épousant a cause du Superbike. Après avoir dominé en BSB en venant du MotoGP avec un moral touché, le voilà à 28 ans parmi les ténors du WSBK. Sa première année à ce niveau de la compétition a été honorable, même marquée par une défait face au taulier Jonathan Rea : « je ne connaissais pas certains circuits, je n’ai jamais participé au championnat du monde de Superbike et notre moto était encore très neuve » rappelle-t-il. « En 2021, nous devrions être beaucoup plus forts », promet dès lors le pilote Ducati.

« Maintenant, nous avons le matériel et la connaissance des tracés. Je n’ai plus rien à apprendre. Et je n’ai plus besoin de découvrir comment fonctionnent les trois courses. Je suis convaincu que je peux me battre pour gagner. J’ai l’expérience. Chaque élément de ma liste est coché, je peux me concentrer sur la victoire » assure-t-il.

Un an d’expérience est-il suffisant pour mettre le six fois champion du monde de Superbike et 99 fois vainqueur dans de sérieux ennuis ? Qu’est-ce que Rea et Kawasaki ont qui manque encore à Redding et Ducati ? « Comment puis-je répondre … ce n’est pas l’expérience », dit Redding sur Speedweek. « C’est juste que nous arrivons sur un circuit et puis il y a Kawasaki et Jonathan Rea, qui y concourent avec le même package depuis des années. Autant d’années avec le même package, les mêmes circuits et toujours avec le même pilote qui obtient également toujours le même résultat. C’est la routine pour eux ».

Scott Redding a un argument de poids

Mais il y a aussi autre chose, et c’est plus profond … « Ce qui me dérange vraiment, c’est qu’il n’y a pas de limite de poids. Il y a ça en Formule 1, mais pas en MotoGP ni en Superbike World Championship », regrette Redding. « Des pilotes comme Bautista et Rinaldi pèsent environ 10 kg de moins que moi. C’est bon pour plus de vitesse de pointe, mais ils sollicitent également moins le pneu avant lors du freinage et présentent des avantages à la sortie d’un virage ».

« En tant que gabarit plus fort, vous avez un inconvénient. Chaz Davies a essayé le pneu SCX super tendre pendant la course, mais n’a pas pu couvrir la distance avec lui. J’ai pu suivre le rythme au début avec, mais dans les cinq derniers tours, j’ai perdu une seconde par tour », explique Redding. « Le pneu SCX offre plus d’adhérence à l’entrée de la courbe, dans la courbe et à l’accélération. Les pilotes plus légers ont un avantage dans presque toutes les disciplines du sport. Je ne peux pas utiliser le pneu SCX, mais eux oui, c’est un peu injuste ».

Redding termine en rappelant qu’une limite de poids est par ailleurs prescrite dans le championnat du monde 300 Supersport. Dans la série junior, les motos y compris le pilote sont pesées. Si l’ensemble est trop léger, le poids manquant doit être ajouté…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding