Après un Grand Prix d’Espagne qui ne restera pas dans la mémoire du team Reale Avintia Racing, les pilotes Loris Baz et Hector Barberá ont poursuivi leur ouvrage sur une piste de Jerez ouverte cette fois à des tests. Un travail qui aurait porté ses fruits si l‘on en juge par le duo qui était en duel lors de la course andalouse pour le gain de la douzième position. A la différence près que, sur la feuille des temps, la satisfaction de l’Espagnol semblait plus légitime que celle du Français.

On rappellera en effet que, pour le Savoyard, le chrono lors de la Q.1 à Jerez avait été de 1’39.824. Celui des tests du tricolore a été de 1’40.377. Avec Hector Barberá, la lecture est plus limpide. De 1’39.906, la performance est passée à 1’39.460, soit pratiquement une demi-seconde de mieux. L’Espagnol a d’ailleurs fini huitième cette journée de tests. Par quel miracle ?

Une révélation qui semble être venue d’une nouvelle position de pilotage. Le Valencien a en effet travaillé sur ce secteur en rehaussant de deux centimètres sa selle et ses cale-pieds. Il s’agissait principalement de mettre davantage de poids à l’avant afin de retrouver le feeling dont il avait souffert durant tout le week-end andalou.

Une montée en centimètres sur la GP16 alors que l’on se souviendra que Jorge Lorenzo a réclamé la même chose sur sa GP17. Quoi qu’il en soit, le résultat est là : des temps au tour meilleurs : « j’ai chaussé un pneu tendre et j’ai enregistré le meilleur chrono de toute ma vie sur ce circuit » s’est réjoui celui qui est loin de ses prestations de l’an passé avec la GP15. « Ces essais ont donc été positifs et je quitte Jerez avec un sentiment de satisfaction. Nous avons enfin trouvé la direction m’aidant à retrouver mon feeling et à me sentir à l’aise sur la moto ».

« Les sensations reviennent et c’est la bonne nouvelle. Nous ne sommes peut-être pas encore à 100%, mais nous nous rapprochons et cela me rend optimiste. Nous avons également évalué le pneu avant Michelin que j’aime beaucoup. Le principal reste néanmoins mon changement de position de pilotage, car mes chronos étaient similaires avec les deux types de pneus. »

On se souviendra que Loris Baz, au guidon de sa GP15, n’était au contraire pas convaincu du nouveau pneu avant Michelin. Rendez-vous à présent dès le 19 mai au Mans.