Un numéro spécial de la revue Riders, entièrement consacré à Valentino Rossi, est disponible dans les kiosques italiens depuis le 20 février.

À travers une très longue interview exclusive du champion italien et de ses proches, la revue transalpine dresse tout au long de ses 100 pages un panorama aussi complet que vaste puisque englobant également un reportage sur Tavullia, un reportage sur la société VR 46, la VR46 Riders Academy, le Ranch, le team Yamaha MotoGP, le Sky Racing Team VR46 et le Monza Rally Show.

Riders Magazine, qui fait référence en ce qui concerne le style de vie des motocyclistes est dirigé par Moreno Pisto qui n’hésite pas à déclarer dans son éditorial : « Cela n’a jamais été fait, personne ne le fera plus jamais. Avec aucun média ou journaliste, Valentino Rossi n’avait jamais ouvert son monde avec autant de volonté » .

Extraits…

Accédez à la première partie

Accédez à la deuxième partie


Les extraits reportés dans cette partie sont les propos de la garde rapprochée de Valentino Rossi à son sujet.

Ils éclairent de façon très intéressante « le monde de Vale »…

Le passé

Stefania Palma,  la mère de Valentino : « Je me souviendrai toujours d’un épisode à la maternelle. Lorsque vous commencez à aller à la maternelle, ils vous font dessiner un autoportrait. Je me souviens que Vale avait fait ce superbe autoportrait et avait peint le visage rose avec des yeux bleus brillants. Et à partir de là, j’ai toujours pensé qu’il deviendrait un ingénieur ou un médecin, qu’il serait toujours une bonne personne avec d’excellentes compétences. Brillant, précisément. Je me souviens encore de ces yeux. Ils brillaient, je ne sais pas comment il a réussi à les colorier de cette façon, mais ils brillaient vraiment, et à partir de là, je me suis rendu compte que lui aussi était destiné à briller ».

1998 Uccio: « Une fois, Aprilia avait organisé un tournage de deux jours. Vale n’avait toujours pas le permis de conduire et nous sommes allés avec la Fiat Bravo de ma mère, à Venise ou ailleurs. Premier jour d’accord, deuxième jour d’accord, puis ils disent: « Ah, il y a quelque chose à faire demain matin ». Ok. Après le troisième jour, ils nous ont dit que nous devions déménager ailleurs pour finir les dernières choses dans l’après-midi. Nous rejoignons les autres voitures, à un certain point, celle de tête met son clignotant, tout le monde se prépare à tourner et Vale me fait: « Tu vas tout droit ». Il y avait aussi Capirossi, il y avait les patrons d’Aprilia, très puissants. Vale n’avait remporté qu’un seul Championnat du Monde, il ne pouvait pas se permettre de se comporter comme il voulait. Les autres vont à gauche et nous ne le faisons pas. Vale me fait toujours: « Maintenant, passe une vitesse, accélère et éteins les téléphones portables». Pernat, alors manager de l’équipe Aprilia, m’a appelé le soir très en colère car ils ne pouvaient pas finir le travail à cause de nous. Ahahahahahahaha. Vale est resté le même: pour lui faire faire ce genre d’activité, il faut être précis. Si vous lui dites qu’une entrevue dure une demi-heure, elle doit durer une demi-heure, sinon cela devient dérangeant ».

En 2007, Uccio ne sourit pas, au contraire: « Avant, nous étions entre les mains de gens qui ne voyaient que le côté commercial de Valentino, sans mettre le moindre sentiment. Je me souviens qu’en Turquie, en 2006, je me suis battu avec le manager de l’époque et que, de là, j’ai commencé à faire ouvrir les yeux à Vale ».

Moments intimes : l’habillage

Toujours Uccio: « Nous avons fait les mêmes choses depuis 96, et il ne doit y avoir que certaines personnes. Dans les courses européennes, moi, Carlo, Vale, Albi et Max, qui m’a remplacé comme assistant. Hors Europe, moi, Vale et Max. C’est assez. Plus personne n’entre. Vale dit: « Fermez le bar », qui est le bureau où il se change. De là, tu ne plaisantes plus.
Vale commence à réfléchir à ce qu’il y a à penser, et c’est une façon de commencer sa concentration et de se dire: « Bon, ça part dans une demi-heure ».
Voici les étapes: « Camping-car. J’arrive et Max est déjà là. Max vérifie si tout va bien, bottes, gants, combinaison. Ensuite, j’arrive et je fais une autre vérification. Puis Vale, Carlo et Albi arrivent. Albi arrive à pied, Carlo et Vale avec le scooter. Une fois tout le monde là, on ferme le bar. Si l’un des nôtres s’est bien débrouillé, alors nous écoutons les interviews de Moto2, puis « ça suffit “. Vale allume la musique. Soit un titre vintage de Vasco Rossi, soit l’album Nessun Pericolo per te » .

Flavio Fratesi raconte les aspects bénéfiques du fan club: « C’est la partie la plus humaine, celle que tout le monde ne connaît pas. Les gens ne pensent qu’à l’aspect frivole, ils pensent que ce sont des garçons qui n’ont jamais grandi, des éternels Peter Pan.
Au lieu de cela, cette année, nous nous sommes rendus dans trente hôpitaux, visité plus de 4 200 enfants, rencontré des handicapés et collaboré avec Vanni Oddera pour la Motothérapie .
C’est arrivé ainsi: il y a une dizaine d’années, l’hôpital de Padoue nous a contactés . Nous sommes allés d’enfant à enfant pour apporter des choses, parce que c’est bien, de les impliquer, d’impliquer les parents, d’impliquer les médecins. Immédiatement après cela, il a eu connaissance d’un centre de cancérologie à Milan où il y avait un enfant malade, Riccardo, un grand fan de Vale. Il nous a invités. Et nous avons accepté. Quand, un mois plus tard, nous sommes arrivés, Riccardo était très malade, il refusait le traitement, à tel point qu’ils lui avaient donné vingt jours de vie. Il nous est venu à l’esprit de lui dire que nous avions parlé à Vale et qu’il était notre représentant officiel à l’hôpital, le stimulant avec une promesse: «à la première victoire, Vale t’apporte la coupe». Deux mois et demi passent, Vale gagne, mais aucun d’entre nous n’a le courage d’appeler Riccardo. Au lieu de cela, Riccardo était toujours là! Nous allons le voir avec la coupe et un message vidéo de Vale qui dit: « Salut Ricky, si je gagne le Championnat du Monde, tout ce que je gagne te sera apporté par Flavio et Rino ». C’était toujours un moyen de le stimuler davantage, même s’il était question d’un Championnat du Monde et que le championnat venait juste de commencer. Mais Vale emporte vraiment le championnat du monde, au Japon, sept mois et demi après la première fois que nous y sommes allés. Nous appelons Ricky, et Ricky est toujours là, et nous tenons notre promesse, en lui apportant tout ce qui avait été donné à Valentino. Ricky a été intubé avec un sourire que je ne vais pas vous raconter. Le voir, mais aussi voir les parents, qui avaient été démolis il y a six mois, et qui étaient maintenant calmes parce que Riccardo avait atteint le but de sa vie, c’était indescriptible. Il serait mort de toute façon, mais au moins de cette façon, il a réalisé son rêve. Nous étions là, une demi-journée, parce que, malgré tout, il parlait, était actif, et était absolument incroyable. Avant que nous partions, il nous appelle et nous donne une feuille: « C’est pour Vale, c’est un cadeau pour lui quand je serai parti. Merci ». Deux jours plus tard, il est monté au ciel. Il avait dessiné sa petite main parce qu’il savait qu’il ne s’en sortirait pas. Deux ans plus tard, nous avons mis sa petite main sur le maillot du fan club. Mais réalises-tu ce qu’ont réussi à faire un T shirt et une casquette? Et tout a commencé à partir de là.

Alberto Tebaldi sur la relation avec Yamaha: « Tout ici est spécial, même la relation avec Yamaha. Nous respirons le maillot Yamaha, nous le sentons, et des projets comme le Mastercamp, fait en collaboration pour faire grandir les jeunes prometteurs, nous lient encore plus ».

Claudio Sanchioni, expert-comptable de la VR46: « L’Academy est la manière dont Vale a essayé de rendre à la moto ce que la moto lui a donné. Habituellement, les familles, pour pouvoir faire rouler leurs enfants, paient, s’endettent et hypothéquent leur maison, et Vale, pour ses pilotes, ne voulait plus qu’une telle situation se produise. Nous avons tous répondu oui. Deuxièmement, il a décidé de ne pas le faire à des fins lucratives, et nous avons dit que lorsque les pilotes commençaient à gagner de l’argent, ils paieraient dix pour cent de leur salaire pour financer les activités de l’Academy. Initialement, Vale a dû apporter une contribution personnelle pour mettre en route ce mécanisme, mais aujourd’hui, cela fonctionne ».

Source: Riders